Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:17
Peut-on éclairer en 20 lignes le débat sur les retraites  ? 

Le point de vue ci dessous est une Infime contribution dont l'objet est de développer un argument qui, sauf à le contredire, peut éviter au débat de s’enliser dans d’inutiles polémiques.

Age légal et durée de cotisation sont deux paramètres indépendants que le législateur prévoit d’accroitre pour équilibrer l’équation des pensions à verser et des cotisations à percevoir dans la perspective de l’allongement de la durée de vie.

Ces deux chiffres sont devenus tabous, le nombre de trimestres de cotisation et l’âge légal, soit âge minimum pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Ces paramètres sont imposés par la logique de la répartition et contingents pour les adeptes de la capitalisation. Dans ce dernier cas peu importe l’âge légal ou la durée de cotisation sur l’équilibre général puisqu’aucune obligation d’un % de reversement par rapport au dernier salaire perçu n’est contractuellement établie, la pension ne dépendant que de ses propres cotisations.

Dans le système de répartition-mutualisation que nous connaissons les membres du groupe sont solidaires. D’où la nécessité de rechercher l’équité, fondement de la solidarité. Très mal posé par le parti socialiste, voir le pas de clerc de Mme Aubry, le problème peut être résolu par appel au bon sens.

Pourquoi un salarié ayant commencé à travailler jeune devrait-il travailler un à deux ans de plus au seul titre de l’allongement de l’âge légal de la retraite alors qu’il a obtenu le nombre de trimestres nécessaire avant d’atteindre l’âge fatal ? Si on trouve normal qu’un diplômé entrant tardivement dans la vie active doive dépasser ce seuil pour obtenir ses droits à taux plein, la situation inverse doit aller de soi.

Sans entrer dans des polémiques stériles, fixer l’âge légal sans tenir compte de l’âge d’entrée dans la vie active conduit à un traitement inéquitable.  Solution : considérer seulement le nombre de trimestres de cotisation et ne plus imposer d’âge légal, sauf cas de pénibilité.

Faire sauter l’âge légal et augmenter comme la plupart des participants à cette discussion l’ont accepté le nombre de trimestres de cotisations n’est-il pas un premier pas vers un alignement des positions ? Bien d’autres problèmes resteront à régler, dont celui de la définition de la pénibilité, mais un pas aura été fait vers l’équité.


Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article

commentaires