Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

Recherche

Texte libre

Archives

5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 21:15

LETTRE D UN ISRAELIEN AUX HABITANTS DE LA TERRE
                                      
(lire jusqu'au bout, même si cela vous parait long...)

Chers Habitants de la Planète terre,

Navré de vous perturber !

Je comprends qu'en ce moment, nous autres, Israéliens, vous irritons.
Il s'avère, en effet, que vous êtes vraiment contrariés, fâchés, voire indignés.
En fait, vous êtes souvent fâchés contre nous.

 


lire la suite



 

 Daniel


Tu m'as adressé la lettre ci dessus dont j'ai pris connaissance avec grand intérêt au moment où la guerre fait rage dans la région qui t'es chère. Ce texte prouve mieux qu'un long discours le fossé que votre communauté n'a cessé de creuser avec le reste des habitants de cette planête. Il apporte de l'eau au moulin de ceux qui sont consternés par la quête compassionnelle permanente du peuple juif, peuple autoproclamé "victime des autres habitants de la terre".

 

 Cette plainte récursive  "on ne nous aime pas " est insupportable aux oreilles laïques et cette théorie inaudible du "peuple élu" revendiquant des droits divins sur une parcelle de terre est une insulte à tous ceux qui en ce bas monde doivent se battre pour un quignon de pain. Tout terrien qui aurait aujourd'hui l'arrogance de se proclamer "membre du peuple élu" et de se ghettoïser pour ne pas risquer de se méler aux impies serait confronté à la même exclusion.   
On peut toujours compter les morts, il n'en demeure pas moins que le processus de ségrégation est enfanté par le concept même de choix divin.
 
L'auteur de cette lettre doit avoir une très haute opinion de sa petite personne pour imaginer que la terre entière va l'écouter... il devra un jour redescendre sur Terre !
 
bien amicalement
 
Michel


Partager cet article
Repost0
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 09:29
Qui osera ? Quel dirigeant brisera le tabou ? Sarkozy n’en a pas l’étoffe, les anglais sont trop calculateurs, et les autres dirigeants européens dans cette guerre de religion qui secoue la Palestine ne comptent que pour du beurre.

Qui sera le Nixon reconnaissant un Mao plus rouge que jaune, le Mitterrand reconnaissant le Fatah et son chef Arafat, terroriste couvert de sang ? A-t-on remarqué comment après la légitimation par les nations "démocratiques" de la Chine rouge et du role du Fatah l’Histoire avait pris un autre tournant ? Passées les critiques de ceux qui n’avaient pas eu le courage d’affronter leurs opinions publiques, a-t-on sérieusement récusé le bien fondé de l'officialisation de régimes allant à contre courant de toutes les "valeurs" de l’Occident ?

La reconnaissance du Hamas est incontournable. Les terroristes de l’Irgoun et de la Haganah ont fusionné dans Tsahal acquerrant au gré de cette reconversion un certificat d’honorabilité. Les mêmes assassins, les mêmes lanceurs de bombes et tueurs d’innocents étaient par le miracle d’une « résolution* » devenus de simples soldats.

La mutation du Hamas et l'existence d'une armée officielle palestinienne ne se négociera pas. Elle est inscrite dans l’Histoire. Plus tardive se fera cette évolution plus nombreux seront les actes de terrorisme et de désespoir contre les prosélytes de l’intégrisme sioniste.

Obama sera-t-il le Nixon du Proche orient, le Mitterrand du Fatah ?  C’est ce que son silence peut laisser augurer. Ce serait plus qu’une révolution, ce serait une déflagration dont les effets permettraient d’envisager une négociation à égalité des habitants se partageant  la Palestine.  En aura-t-il l'audace ? On ne s'improvise pas Danton !


•    Quatrième ordonnance de ben Gourion suite à la résolution n° 181 créant l’Etat d’Israël.





Partager cet article
Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 16:39
Sarkozy en fait toujours un peu trop. Et son déplacement lundi sur le théâtre des opérations ne sera pas l’exception confirmant cette règle. Sarkozy est le moins crédible des interlocuteurs dans ce conflit où il n’a cessé d’être le plénipotentiaire du sionisme et de ses agents. Aller au Moyen orient sans aller à Gaza, ce serait franchement hilarant ne serait-ce la situation pathétique des habitants de ce territoire. Mais voilà Sarkozy ne reconnaît pas le Hamas dont le pouvoir a été démocratiquement obtenu.

Aller serrer la louche des israéliens et de leur faire valoir égyptien ou palestinien fera la une des JT français et n’intéressera aucun des belligérants bien décidés à en découdre puisque le grand Satan américain s’est opposé à une résolution onusienne exigeant le départ des israéliens de la bande de Gaza.

La situation des Gazaoui est suffisamment dramatique pour ne pas justifier les pitreries d’un bouffon, qui n'est plus - mais le lui a-t-on dit, président de l'UE.





Partager cet article
Repost0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 16:34
Le jour où Tsahal, bras armé du peuple juif répand la terreur chez les palestiniens, la Licra n’a d’autres soucis que de menacer de représailles un vieillard sénile du nom de Faurisson et son faire valoir dit Dieudonné. Qui sont les négationistes ?

Pour prouver son inféodation aux extrémistes sionistes la Licra ne pouvait faire entendre un silence plus assourdissant.



Partager cet article
Repost0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 10:14
Rythmée par le cycle des agressions répressions l’histoire du conflit israélo palestinien donne une fois encore d’Israël le pire des visages : celui d’un État meurtrier.

Le regard porté sur les massacres perpétrés par une armée sur équipée dans un ghetto où est parquée une nation paupérisée, sous alimentée, désœuvrée ne peut s’abstraire de la tragédie quotidienne que l’impérialisme exterminateur du spoliateur inflige à cette population.

Trop facile de renvoyer dos à dos ceux qui expédient quelques roquettes sur des colons hystériques et les représailles sous forme de panzer divisions qui déciment des populations que l’on n’en finit pas de vouloir mater.

A l’origine, la faute originelle est celle de l’occident chrétien et bien pensant, qui a cru s’offrir à bon compte la rémission de sa responsabilité dans l’holocauste nazi en octroyant aux juifs leur « terre promise » dont ils ont exproprié l'arabe autochtone.

Cette faute là restera inexpiable et il sera éternellement vain de prétendre stopper le cycle agresseur et agressé.

Le péché mortel, c’est l'intrusion de l’État d’Israël.


Partager cet article
Repost0
18 décembre 2008 4 18 /12 /décembre /2008 15:55
Il aura été impossible d’échapper à la bronca. Elle s’est élevée de toutes parts et les rares commentateurs qui ont tenté d’expliquer que ce choix relevait logiquement du président n’ont pu le plus souvent terminer leurs explications.

Jugez en : le futur président de la chaîne de télé publique sera nommé par le président, comme le premier des ministres et tout ceux qui ont ce rang, comme des centaines de dirigeants d’entreprises semi publiques, et comme la plupart des personnages qui peuplent ces hautes autorités dont la république ne peut plus se passer.

Nul ne songe à remettre en cause le droit du chef d’Etat pour  "staffer" ces postes mais la télévision devrait échapper à la logique présidentielle.

Sauf que personne n’est capable d’expliquer pourquoi sauf à ressasser l’éternel retour à l’ORTF et rappeler la main mise de l’Etat sur ce qui était autrefois le monopole de l’information.

Outre que ce procès est une insulte au personnel de la télévision publique qui ne semble pas uniquement composé de godillots c’est aussi refuser d’appliquer la logique démocratique. Si la démocratie consiste à donner raison à celui qui obtient la majorité plus une voix, à quel titre ce droit disparaîtrait quand il s’agit d’informer les concitoyens. Faut-il que la minorité s’exprime plus haut que la majorité à l’instant où les urnes lui ont donné un statut d’opposition?

Quant à penser qu’un comité ad hoc choisirait une personnalité falote mieux à même de protéger les intérêts multiples et contradictoires qui ont le droit de s’exprimer c‘est reconnaître aux lobbys une puissance qui n’a rien de franchement démocratique.

Alors où est le problème ? A part d’avoir perdu les élections

Partager cet article
Repost0
15 décembre 2008 1 15 /12 /décembre /2008 21:26
Rachida Dati, Michèle Alliot Marie et Rama Yade pour n’en citer que 3 tentent de ramer contre les effets d’une spirale descendante. Sans aucun succès.

En quelques mois ces stars de la politique sont passées du statut de diva à celui de quasi proscrite. Une fois poussées sur le devant de la scène elles ont été propulsées en haut de l’affiche. 

C’est l ‘époque où tout sourit, tout semble permis. Toute intervention est jugée pertinente, toute décision prouve l’intelligence et l’audace de son auteur. Et même les bourdes sont mises au crédit de la fraîcheur.

Leur popularité - croyaient-elles - devait les protéger de toutes les chausses trappes. Jusqu’au jour où elles découvrent que la magie ne fonctionne plus, que les hésitations sont dues à la méconnaissance des dossiers et non plus à un sens politique affûté, que les bourdes sont devenues des gaffes et que les amis se défilent de peur d’être vus en leur compagnie.

La spirale ascendante qui les a propulsées et fait atteindre l’état provisoire d’apesanteur s’est inversée et les précipite dans l'abime d'impopularité dans un mouvement qui s’amplifie à chaque instant.

Rien n’y fait et les tentatives de freiner la chute ne font que prouver l’existence de cette dernière qu’elles accélerent.

Rachida Dati n’est plus en odeur de sainteté, Rama Yade l’a récemment rejoint dans cette catégorie des nouveaux mal aimés.

Seule solution : reprendre le contrôle de la situation en provoquant plutôt qu’en subissant l’issue inévitable de la séquence. C’est à dire chez les hommes (ou femmes) politiques en changeant de camp !

Dans cette deuxième vie vous aurez de nouveau le loisir d’emprunter la spirale ascendante et de vivre votre seconde descente aux enfers … Sisyphe en est passé par là.

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2008 7 14 /12 /décembre /2008 10:41
L’information a été glissée au JT de 20 heures, elle étrangement absente ce matin des sources d’information. Les faits : une gigantesque escroquerie bancaire a fait perdre 50 milliards de dollars aux établissements financiers (10 fois le krach de la société générale).  La BNP et d’autres banques françaises seraient lourdement  piégées dans cette débâcle. (TF1 de 20 H.)

Pour combien : on ne le sait pas. L’information la plus consternante est la succession de débâcles dont on ne voit pas la fin. Cette affaire frauduleuses n'a pu fonctionner qu'en impliquant des centaines de personnes très haut placées ( et motivées à se taire) dans l’establishment financier : or elle vient seulement de surfacer.

Combien d’autres krachs vont-il se déclarer ? quand les banques cesseront elles de se prétendre vertueuses alors qu’elles ignorent  les chemins qu’ont emprunté les fonds qui leur sont confiés ?

L'illusion que les banquiers peuvent s'auto régénerer est une gigantesque arnaque intellectuelle. On doit mettre un terme aux agissements des états major des banques ,  et les nationaliser le temps d’un nettoyage complet de leurs écuries.

Bouton : la figure emblématique du faussaire banquier.




Partager cet article
Repost0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 09:27
S’il y a de l’eau dans le gaz, ce n’est pas de l’eau ordinaire, mais du super !

Les années écoulées les gouvernements ont justifié l’augmentation incessante du prix du gaz par son indexation automatique sur le prix du baril. Cette indexation avait pour objet d’éviter des arbitrages incessants et contradictoires entre ces deux énergies fossiles. On croyait avoir compris.

Mais depuis le début de l’année le gaz a augmenté de plus de 15 %, le pétrole a chuté de 50% au moins.

On apprend de la bouche des autorités qu’au mieux le gaz n’augmentera pas cet hiver, mais de baisse il n’en est pas question.

Quelle logique derrière cette situation ? Une bonne nouvelle si cela nous indique que dorénavant le prix du gaz évoluera selon la loi de l’offre et de la demande, à moins que ce ne soit tout simplement une décision dont la seule cohérence est de privilégier un gros contribuable : à savoir le groupe GDF Suez.

Michel COUDERT  Candide

Partager cet article
Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 21:52
Toujours plus facile de donner des conseils quand l’affaire nous est étrangère, encore que ce qui se passe dans notre berceau ne puisse vraiment nous être indifférent.

C’est de la Grèce qu’il s’agit, des troubles, des émeutes, de leur mai 68 avec quelques années de retard. Depuis notre fauteuil devant notre écran de télé ça y ressemble : mêmes violences, mêmes provocations, mêmes répressions. Comme si une génération plus tard les mêmes causes pouvaient produire les mêmes effets.

La solution semble toute simple : des élections.

Un gouvernement démocratique et impopulaire est-il illégitime parce que la foule se déchaîne ? Des forces de l’ordre sont-elles l’instrument d’un parti ou une nécessité qui transcende les clivages politiques quelque soit le pouvoir établi ?

Réclamer des élections c’est donner à la rue le droit de rendre illégitime ce qui est sorti des urnes, c’est mettre la police au service d’une faction.  Les refuser c’est perpétuer les désordres et donner aux plus extrémistes des contestataires l’opportunité de  renverser la démocratie.

C’est bien confortable de pouvoir en philosopher devant sa télévision ; c’est autrement redoutable d’avoir à trancher au coeur de l’action.

Michel COUDERT  Candide
Partager cet article
Repost0