Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

Recherche

Texte libre

Archives

3 juin 2005 5 03 /06 /juin /2005 19:55

Il y a les mots, les mots simples pour tous les jours,

Il y a les mots pour les artistes. Ils les manient, les triturent, les juxtaposent, les opposent et composent pour notre plaisir poèmes, romans et toute sorte de littérature. 

Il y a ceux des plumitifs, des échotiers, des scénaristes, des chansonniers, de tous ceux qui ne vivent que pour eux, de l’apologiste au verbicruciste, la liste serait longue.

Et puis il y a ceux des politiciens, ceux des petites phrases, des formules assassines. Ceux qui sont signés par François comme donner du temps au temps, ou empruntés par Jacques comme acadabrantesque. Et les plus nombreux, tous ceux aux quels plus personne ne croit ; ceux de toutes les lunes, de toutes les promesses qui ressurgissent lors de chaque grand messe érodés, dévalués, déjà archi consommés.

Je vous tairai ceux du moment ; on vous les mitraille, on vous les tambourine, on vous les assène : il ne manquerait plus que je vous les épelle.  Martiaux, ou flatteurs, ils vont toujours par paires : acquis sont les avantages, sociale est la protection, durable est le développement, forte est l’impulsion, grande est l’attente, éternelle est la France. J ’hésite à poursuivre car longue est la liste de ces mots qu’ils pacsent parce que si leur musique est douce, leur sens est à ce point évidés que tous y puissent puiser ce qu’ils espèrent entendre.

Seulement il n’y a que dans les allégories que la force du verbe déplace les montagnes. Pour l’avoir oublié un roi de l’incantation, récent premier ministre, a du rabattre du caquet, ce que son sémillant successeur au verbe péremptoire n’a semble-t-il pas capté en plaçant la barre très haut : « quand c’est difficile tout est possible » nous a-t-il confié, version gaullienne d’un désuet «à cœur vaillant rien d’impossible». Ils s'épuisent les uns les autres dans cette infernale quête du mot qui marque, qui frappe, qui étonne, du superlatif définitif qui englobe tout.

 

De cet art franco-français, un seul connait toutes les finesses, a joué de tous les registres,  a déjoué tous les pièges, est passé Maître, c'est Devos. Le magicien de l'absurde c'est lui. 

Qu’attend-il, Jacques, pour le nommer à Matignon ?  

 

 


Partager cet article
Repost0
25 mai 2005 3 25 /05 /mai /2005 15:48

Le créationnisme, c’est tendance ; chez les Bush men ça fait même fureur. C’est encore de l’hébreu pour vous ? Laissez moi vous affranchir. C’est la doctrine selon la quelle la Bible est à prendre au pied de la lettre. Dieu créa le monde en 6 jours et pris sa RTT le 7 ème. Vous souvenez vous de la pomme, du serpent et d’Ève la femme de la côte ? Alors vous y êtes.

C’est vrai que ça fait un peu BD, on a tous souri au catéchisme imaginant Noé à la barre de son arche, ou grimpant 4 à 4 les marches de la tour de Babel, ou Aaron faisant un barbecue avec un veau d’or !

On avait compris, vite pour la plupart, plus tard pour d’autres que la Bible c’est comme Noël ; il faut laisser croire aux autres qu’on y croit mais on savait que ce n’était pas pour de vrai. C’est allégorique !

Alors on a fait des recherches, on a cru que l’homme venait d’Asie mineure, puis on l’a retrouvé en Afrique de l’est. On l’a cru fils de Lucy, pour le découvrir descendant  d'Homo floresiensis habitant d’une caverne de l'île de Flores, (est de Java, en Indonésie). Mais Adam et Ève n’y étaient pour rien et la Genèse , cette belle histoire à raconter aux enfants, se retrouva dans les étagères à coté des contes de Grimm.

C’était avant Bush et bien après que Pasteur eut jeté aux orties tout ce qui de près ou de loin ressemblait à une génération spontanée. Darwin organisa tout ça et doctement expliqua les mécanismes de l’évolution par la sélection naturelle. Plus personne ne songea à s’opposer à sa théorie et même l’Église dès la fin du XIX siècle tint pour acquis le principe de l’Origine des Espèces, mâtiné d’un peu d’hérédité des caractères acquis. Intégrant les découvertes issues de la génétique le néo darwinisme sert aujourd’hui de support théorique aux études sur l’origine de l’homme. Naturellement les scientifiques peuvent se tromper.  Darwin n’échappe à la règle. Beaucoup reste à comprendre mais aucun paléontologue ne relut la Genèse pour y trouver le chaînon manquant.

C’était compter sans le réveil du Malin. Lové dans quelques recoins de l’Arizona depuis sa sortie de l’Eden il envenima la campagne électorale aux États Unis s’arrogeant le droit de valider ou d’interdire d’enseignement tout ce qui n’était pas strictement issu de la Genèse. Il effara les honnêtes gens par sa propension à ré écrire l’histoire de l’homme en gommant tous les faits avérés et en imposant une lecture primaire des textes d’inspiration religieuse. En Europe, on se gausse, le créationisme n’y est pas dévastateur, du moins pas sous cette forme. 

Car l’obscurantisme n’a pas qu’un seul visage et des adeptes outre atlantique. On en croise aussi dans nos contrées et aux abords de nos champs de maïs.

Et si vous êtes choqués que certains veuillent nous faire commencer le Monde il y tout juste 10.000 ans et si vous pensez qu’Adam n’a pas été façonné dans la glaise et qu’Ève n’est pas seulement la fille de la côte mais d’abord la petite fille de Lucy, alors demandez à ces gens qui trouvent juste de chasser de chez eux un peuple nomade, de prendre leurs terres et de refuser de les leur restituer, au nom de quoi agissent-ils ?

Au nom de la Bible , n’est ce pas ?

 

 

Partager cet article
Repost0