Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 20:58

C’est le grain de sable qui peut bloquer la mécanique. Que la suppression des départements soit biffée des mesures attaliennes on le regrette, d’autant plus que la suppression de cette strate pouvait s’échelonner sur 10 ans, que le principe de précaution soit laissé dans la constitution, il suffit de le rendre caduc comme tant d’autres dispositions constitutionnelles tombées en désuétude mais que les pharmacies soient maintenues avec leurs rentes de situation et leurs privilèges est une prime payée au lobbysme, à l’incivisme voire à la voyoucratie.

pharma.jpg
Si les mots ont un sens cette profession profite de numerus clausus et de deux monopoles que « Bruxelles » a jugé contraire au droit européen. Ses représentants ont exercé un chantage éhonté allant jusqu’à demander aux exploitants de saboter le système d’information de la sécu, de bloquer les remboursements, de faire la grève des gardes et de ne plus substituer les
lingot.jpggénériques en lieu et place des spécialités…le forum de leur site nous  a laissé sans voix 


Et pour prix de son incivisme cette corporation est épargnée par le président. Alors on ne se gênera pas pour donner raison aux taxis, aux ambulanciers, aux coiffeurs et à tous ceux à qui un effort est demandé lorsqu'ils se mettront en travers des réformes de Mr Attali. Si les plus fortunés, les mieux éduqués, les plus choyés sont exemptés de payer leur écot, au nom de quel principe peut-on demander aux moins bien lotis de payer pour les pré cités ?

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 21:19
 
del_davos-copie-1.jpgIls y seront tous, enfin tous ceux qui croient compter…tous ceux qui s’auto désignent les maîtres du monde, de ce monde dont Jean Marie Messier avait entre deux éclairs de flash prétendu être le primus inter pares, avant de sombrer et de disparaître.

Condamné à persifler pour n’avoir point été convié, il reste à mesurer ce que le commun des mortels perdrait à la disparition de cette grand messe des puissants. Une fois compris que le réseau est important pour franchir la porte d’entrée il ne sert plus guère une fois parvenu au « sommet ».

Étalonner son QI à celui de Bill Gates, son portefeuille d’action à celui de Georges Soros, ou afficher sa copine … Carla Bruni n’est cette fois pas de la sortie, pas plus qu’Angelina Jolie ! Les raisons sont multiples d’étaler sa science et d’exhiber sa suffisance au forum de Davos. Ce blog nous épargne d’y aller…

A constater que Davos ne nous a évité ni la crise des sub primes, ni les dégâts de ladelegation_versailles_01.jpg mondialisation ou ceux du réchauffement climatique, on reverra avec nostalgie le film un peu jauni de juin 1982 où Mitterrand le socialiste fraîchement élu  accueillait à Versailles, dans une version raccourcie, les 7 grands de ce monde pour une conférence dont personne ne se souvient ce dont elle a accouché, excepté la mise sur orbite d’un brillant sherpa, qui déjà servait les puissants : un certain Jacques Attali.

Mais au fait il y sera Attali à Davos ? Non il enrage d’être scotché avec Sarkozy !


 

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 21:17

attali.jpgImaginez la réunion des portes voix de tous les conservatismes, des défenseurs de tous les privilèges, des bénéficiaires de tous les avantages acquis vous aurez une idée de la coalition que devra affronter Jacques Attali dès la fin de la lecture de son rapport.  Puisque l’objectif du travail commandé par Sarkozy c’est mettre à plat les carcans qui bloquent le développement de notre économie, c’est à tous ces gens là qu’il devra s’attaquer.


Tout le monde étant d’accord pour faire le ménage chez son voisin et pour justifier que dans son cas c’est différent, il n’y a rien à changer. La généralisation de cette attitude donne la stratification que l’on connaît depuis la dernière grande remise à plat : c’est à dire depuis 1945 et les lois prises pour la reconstruction.


Alors si les allemands voulaient bien encore une dernière fois nous prêter main forte, contourner laallemagne.jpg ligne Maginot, rester 4 ou 5 ans dans nos villes et dans nos campagnes avant de s’en aller comme par enchantement, peut être pourrait-on mettre en oeuvre les bonnes idées de Mr Attali ?


Sinon son rapport ira rejoindre les précédents, comme ceux  que chaque nouveau président dès son élection s’est empressé de commander avant que de les archiver !


Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 20:55

Le polémiste est provocateur par nature et le lecteur peut considérer qu’il tend à pousser le bouchon un peu loin quand il manie l’hyperbole comme ce titre pourrait le laisser craindre. Mais qui a écouté Mme Royal ce soir au grand jury Le Figaro RTL ne peut être que consterné par la désinvolture de la dame du Poitou et l’incroyable connivence dont elle bénéficie de la part des média.

 

rd.jpgInterrogée une heure durant par les faire valoir habituels des grands de la politique Mme Royal s’est amusée à jouer au chat et à la souris. Accusant son adversaire de la présidentielle de tous les maux de la terre, inventant des citations quand le besoin se faisait sentir et refusant de répondre à chacune des questions qu’elle jugeait embarrassantes.

 

On ne saura rien de ses relations exécrables avec Delanoë, on serd2.jpg saura rien de sa position par rapport au referendum sur la constitution européenne, on ignorera ce que les réformes Attali lui inspirent, on continuera d’ignorer si le secrétariat du PS lui servira un jour de tremplin pour son ambition présidentielle

 

A quoi sert-il d’inviter une marionnette à gesticuler sur le petit écran si c’est pour la laisser déblatérer et s’interdire de la coincer sur ses incohérences ?

 

Sinistre émission où la presse en toute indécence a montré sa totale soumission aux présidentiables. On se remémore les crocs acérés des mêmes journalistes affairés à mettre en lambeau un le Pen dont il savait qu’il ne serait jamais en situation de les « retrouver ».

 

Apathie, Séguillon et Théard : une honte !



Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 19:11

sisyphe.gifAvoir soutenu un candidat n’impose pas de rester prisonnier de son choix. La réduction imposée par l’élection au suffrage universel du président conduit moins à souscrire à une option, qu’à éliminer celle qui paraît la plus contestable. Le président dès lors est élu par ceux qui refusent de désigner son  challenger et non pour l’adhésion à ses propres thèses.

De ce constat découle le fait que l’opinion que l’on dit à tort versatile, se démarque rapidement de celui qui croit naïvement avoir réuni sur son nom les voix qui l’ont portées à l’Élysée. Il sombre dans le populisme démago pour tenter de reconquérir l’approbation de ceux qui n’avaient que désapprouvé son concurrent. Seules les voix du premier tour donnent une indication du niveau réel de symbiose avec la population : concernant Sarkozy, il s’est agi de 30 %

Vaine recherche, qui nous ramène à Sisyphe et à son calvaire récurrent. Qui dira à Sarkozy qu’il est en phase d’auto destruction ? Personne ne lui enjoint de parler de tout et de dire n’importe quoi. Bien avant Eric le Boucher et son papier du Monde  on a fustigé l'hermétisme de Morin et son indéniable talent pour sodomiser les diptères. 

Avant hier la politique de civilisation,  hier la recherche de Dieu et aujourd’hui la suppressionhochet.jpg des quotas de pêche, logique Dieu s’y connaît en pêches miraculeuses… alors que la veille, sur instruction de Bové, il confisquait les OGM.

N’est-il pas temps que Sarkozy cesse ses mouvements browniens et se glisse enfin dans son costume de président?

Les français pourraient un jour lui demander de rendre son hochet.

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 18:34

undefinedMunicipales enjeu national ? ou choix local ? Quelque soit le résultat, le camp qui aura marqué des points ne se privera pas de tirer la couverture à lui. Cette récupération alimentera les gazettes, fera gloser les commentateurs mais n’aura in fine aucune conséquence sur la politique poursuivie par le gouvernement.


Quelques duels dépassent ce cadre étroit des querelles de clocher. Bordeaux, Toulouse, Lille, Lyon et Paris seront suivis attentivement par ce que les protagonistes de ces duels ont une dimension nationale, mais leur élection ou leur défaite n’influera que sur les carrières de ces politiciens.


Il serait plus correct de dire que les municipales sont des élections dont l’enjeu essentiel est le choix d’un politicien de proximité, voire d’une équipe et du programme qu’ils ont concocté. Le marais se décide en partie par rapport aux investitures officielles ce qui laisse aux électeurs attentifs à la vie publique un poids plus conséquent dans l’expression de leur préférence. C’est la chance de ces vrais apôtres laïcs et républicains. Leur implication, leur disponibilité, leur connaissance des dossiers les met au contact des problèmes quotidiens de la France
d’en bas.


On est loin des strass, des paillettes et des ors de la république. Ce personnel politique fidèles à ses convictions voit arriver avec consternation les Martinon et autres parachutés que le système leur impose. Il n’y a qu’un réflexe républicain : favoriser l’élection des hommes de terrain, boycotter les transfuges qui cherchent un point de chute temporaire avant de reprendre le chemin des palais nationaux.


Conséquence du cumul des mandats le parachutage est le virus qui gangrène la politique locale. Le choix citoyen c’est de l’éradiquer.


Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 18:02
 undefinedLa défaite est consommée : totale. Par son attitude face aux plaignant la société avait déjà enregistré une défaite sur le terrain des principes, de l’éthique et de la morale, mais pouvait encore escompter se voir blanchie sur le plan du droit. Il n’y aura pas de compensation, pas de petite victoire, Total est condamné sur tous les fronts, juridique aujourd’hui comme hier celui de l’opinion publique.

 

L’état major de la major peut s’enorgueillir d’avoir transformé ce désastre industriel en déroute du système libéral. Les adversaires de l’économie de marché auront beau jeu de fustiger la cécité de dirigeants imprégnés de leurs seuls intérêts financiers.

Depuis l’origine de l’affaire nous avons montré ce qu’il y avait de stupide à défier le bons sens, la morale et la nature dans cet acharnement à ne faire qu’une lecture littérale du droit. Seule incertaine satisfaction que cet arrêt pourra susciter chez les tenants de l’économie de marché : au cas inévitable où un accident de cet ampleur se reproduirait que les futurs acteurs assument dès le début leur responsabilités, au lieu de se réfugier derrière leurs avocats. Ils s’éviteront une double peine. Enfin, on peut toujours rêver.


Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
15 janvier 2008 2 15 /01 /janvier /2008 19:27

chef.jpgLe chef, c’est quand il manque qu’on découvre son utilité. Le chef a tous les défauts sauf celui d’être chef, du moins quand il en assume les attributions. Il pare au coup, quand il ne les a pas anticipés, il châtie ceux qui veulent sortir du rang et il assure pour le monde extérieur la cohérence de l’institution. 

A constater le capharnaüm qui règne au PS, à entendre les voix discordantes qui s’élèvent pour approuver ou déplorer le processus de ratification du traité européen il faut avoir une totale cécité pour penser que Hollande a l’ombre de la stature d’un chef.

 

Rappelez vous le parti du Chirac flamboyant, le PS d’Épinay au temps de Mitterrand pourhol3.jpg mesurer l’abîme qui sépare ces patrons de ce pantin joufflu, incapable de démissionner si c’est le prix à payer pour restaurer l’ordre dans sa maison. Et dire qu’il aurait pu être candidat aux présidentielles. Bayrou qui dans ce domaine prend le problème par l’autre bout est convaincu d’en avoir la vocation. Car Bayrou à l’opposé de Hollande fait fuir ses partisans, et quand "bien même il n’en resterait qu’un, il serait toujours le chef". Pathétique.  

Billet facile, offert sur un plateau par la pantomime d’un persifleur de talent ; mais rares sont les pamphlétaires qui font de brillants commandants. Hollande ne sera pas une exception.

 
Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
14 janvier 2008 1 14 /01 /janvier /2008 19:44

Agora.JPGC’est la fusion de l’agora et l’Internet, du meilleur des grecs et des nouvelles technologies. Est ce l’osmose vers la quelle évolue notre système politique, ou un miroir aux alouettes dans le quel se reflètent les insuffisances du suffrage universel ?

 

Au hasard d’une implication citoyenne le constat peut êtreblogger.jpg dressé que les frontières entre l’électeur et le politique s’estompent. De la dyarchie héritée du système censitaire, où les rôles sont clairement établis : l’élu et l’électeur, survient une troisième catégorie, l’homme d’influence. Pas qu’il n’ait de longue date existé, mais a contrario de celui qui tirait les ficelles dans l’ombre en finançant tel ou tel parti, « l’influenceur » d’aujourd’hui est polymorphe et intervient à découvert.

 

Ségolène Royal les a instrumentalisés la première en ouvrant les primaires de son parti aux internautes à 20€. Elle a assuré sa sélection avant de tenter d’en théoriser le rôle dans des développements fumeux sur la démocratie participative. Elle a foiré son exam,  mais on aurait tort de jeter le bébé avec l’eau du bain.

 

Le mouvement consacre l’entrée par le petit écran  de l’opinion dans la joute électorale, pas seulement dans sa version réductrice du sondage, par essence quantitatif mais ouvert sur le qualitatif par la magie des média locaux que sont devenus les sites, les blogs et les forums.

 

Les municipales de 2008 sont les premières élections au cours des quels l’expression citoyenne locale ne sera pas cantonnée aux cours de récré et aux préaux. Aucun journal, même d’audience cantonal ne peut donner la parole « aux gens », aucune chaîne de télé même citadine ne peut ouvrir sa grille aux intervenants « d’en bas ». Internet offre aux citoyens et à ceux qui veulent bien les entendre un moyen de communiquer sur un pied d’égalité. Le politique n’y a pas le dernier mot !

 

Pour avoir méprisé ce support certains nouveaux venus dans l’arène vont se mordre les doigts, tout juste capables d’imaginer des coups foireux pour museler ceux qui expriment d’autres opinions. Incapables de comprendre qu’en fermant leurs écoutilles à la doxa ils trahissent en fait leur rejet de la volonté de l’électeur.

 

doxa.jpgL’opinion n’est pas aussi volatile que le prétendent ceux qui s’en détournent. Un point de vue extériorisé engage celui qui l’émet bien au delà de ce qu’il en serait si cette opinion n’avait pas été exprimée. De l’autre coté du miroir l’élu ne peut plus s’en tenir à la position du mandat électif valable quoiqu’il advienne pour 5 ou 6 ans. Les moyens existent de confronter les positions pré électorales aux évolutions commandées par le temps. Le mandat impératif sur lequel s’assoient les élus doit subir une révision au risque de donner à la rue le rôle de 3 ème pouvoir comme on le voit fréquemment lors du décrochage entre les votes des élus et la volonté des électeurs.

 

Pour en revenir à l’enjeu des municipales, l’incapacité de nombreux candidats à intégrer la demande de « doxocratie » risquent de leur donner au soir des élections un sérieux coup de blues.

 

* Terme emprunté à Jacques Juillard

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
13 janvier 2008 7 13 /01 /janvier /2008 10:26

montebourg-dixit.jpgL’anecdote a été publiée par le « Canard » et reprise par certaines radios. Qui ne connaît le Montebourg, le député qui voulait guillotiner Chirac, le sans culotte qui croit encore à son destin de fossoyeur de la V ème république. L’homme blanc comme neige qui pourfend de ses flèches verbales tout ce qui n’est pas rose, ou tout simplement n’a pas l’heur de lui plaire. On connait sa croisade contre les cumulards, ceux qui empilent les fonctions et les sinécures : maire, conseiller général, député, tout en gardant un casier au barreau …las ne fut-on pas surpris d’apprendre, il y a quelques jours, que toute cette croisade n’avait pas convaincu l’impétrant lui même qui s’est décidé à briguer aussi un mandat de conseiller général de son département où on le voit si peu. Une volée de bois vert ne le fit pas taire… 


Notre illustre mousquetaire s’en est depuis violemment pris à ce président qui côtoie les milliardaires et les puissances de l’argent. Jetant sans vergogne l’anathème sur ceux qui au mépris de tout esprit républicain foulent au pied les valeurs fondamentales de la France éternelle.
 

Le même jour, le « Canard » le prit en flagrant délit de coquinerie avec un nouveau venucourchevel.jpg dans le clan des milliardaires, festoyant de concert dans une auberge réservée aux gothas de la finance, sise à Courchevel, une station peu prisée des adeptes du VVF .

Au panthéon de la duplicité ce Montebourg mérite sa stèle de roi des faux culs. Muets comme des carpes aucun membre du PS ne commenta ce fait d’hiver. Depuis qu’Hollande a fustigé les riches qui gagnaient plus de 4.000€, on ne trouve plus aucun député de gauche pour exhiber sa feuille d’impôts.

 

Le double langage colle à la peau des caciques du PS. En finiront-ils un jour avec l’hypocrisie ? Mais guérit-on jamais d’être socialiste ?

 

 
 
Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article