Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

Recherche

Texte libre

Archives

26 janvier 2008 6 26 /01 /janvier /2008 21:10

gaza1.jpgA ceux qui douteraient de la capacité de l’État d’Israël d’asservir l’opinion publique, ce qui se passe à Gaza devrait enlever les dernières incertitudes. Reclus dans un territoire de 360 km², 1.200.000 gazaouis empêchés d’accéder à la mer, comme à l’espace aérien, vivent telles des bêtes soumises aux caprices de l’état hébreux. Mécontents du résultat des élections qui on propulsé le Hamas, les israéliens les maintiennent dans un ghetto que leurs ancêtres n’ont pas connu à Varsovie. Dans l’indifférence générale des européens, on laisse l’occupant justifier la chape de plomb qu’il étend sur des territoires que les partisans du Grand Israël convoitent puisque leur appartenant.

 

Ce n’est pas la version officielle qui voit des terroristes là où d’autres voient des libérateurs. Le jeu du « qui tire les ficelles » manque cruellement d’intérêt. Israël finançant le terrorisme du Hamas, ce qui lui permet de boucler les palestiniens demeure l’explication la plus vraisemblable du traitement inhumain infligé à plus d’un million de palestinien en représailles de quelques roquettes prétextes futiles.

 

Après avoir bloqué le fonctionnement de la seule centrale électrique du territoire, Israël payekchner.jpg depuis 48 heures les égyptiens pour offrir quelques journées de portes ouvertes aux reclus de Gaza. S’il devait tous crever ça nuirait à l’image de l’état juif, alors plutôt que de tous les asphyxier on leur fait donner un peu d’oxygène avant de les renfermer derrière leurs barbelés et de leur jeter quelques cacahuètes humanitaires.

 

Ça occupera le vieux Kouchner !


Partager cet article
Repost0
25 janvier 2008 5 25 /01 /janvier /2008 18:43

Attali n’a pas mâché ses mots face au présentateur du JT qui faisait une présentation tronquée de ses propositions. Il a eu bien raison de ne pas se laisser manipuler par le journaliste en qualifiant de mensonger le résumé qu’il donnait de son plan.

Dans l’affaire de la Générale que penser des propos sidérants tenus par Bouton songenerale.jpg directeur et par Noyer, patron de la banque de France ?  Personne pour réagir aux torrents d’inepties que déversent ces deux complices, puisque Noyer est sensé contrôler Bouton !

Premier mensonge, ce n’est pas le « trader » qui a causé la perte abyssale mais le banquier en  débouclant des positions. La différence est colossale car la justice n’a rien à voir avec cette affaire qui ressort exclusivement d’une faute lourde d’un salarié qui n’a pas respecté les règles de l’entreprise. Mais c’est la liquidation, dans des conditions de panique totale, qui a créé la perte de 5 millions d’€, et cette décision c’est Bouton qui l’a prise.

Deuxième mensonge effarant. « La Société Générale est plus riche aujourd’hui que cebdf.jpg « writte off » est enregistré qu’hier avant découvertes de ces écritures ». On atteint au comble de la désinformation. Ces 5 milliards de perte qui « enrichissent » tels que l’a exprimé sur RTL ce Noyer, est une assertion qui défie l’entendement. A-t-on le droit de professer des contre vérités pour rassurer les déposants épargnants, ce qui revient à les traiter de gogos ? C’est pourtant ce que Mr Noyer a tenté de faire.

Et pour terminer on eut droit à une envolée lyrique du même Noyer (sans jeu de mot) sur le système bancaire français à l’abri des mauvaises surprises car très bien contrôlé. Les mots n’existent pas pour qualifier le pantin qui tient des propos surréalistes, pas plus que pour qualifier le journaliste qui lui a servi benoîtement la soupe : un certain Apathie dont on vous déjà parlé.

 

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 14:17

bout1.jpgBien sûr 5 milliards d’€ ça fait désordre, surtout quand on se pique de donner des leçons de « gouvernance » à tout ses petits camarades, bien sûr 2 milliards d’€ de provisions pour avoir été incapable de protéger ses déposants de l’effet des sub primes quand on se targue d’avoir su éviter ses contre coups, ça met en évidence son incompétence, mais s’offrir le luxe d’annoncer qu’on renonçait à tout salaire pendant le temps de l’enquête c’est plus que minable ça fait petit mec qui n’a rien dans le pantalon, et surtout pas le courage d’appuyer sur le Bouton de son siège éjectable. 

Ce patron est l’archétype de ce que le système français peut produire de pire, de plus arrogant, de plus suffisant, de plus incompétent. Défendu par ses pairs qui l’auraient retenu de démissionner – mais de qui se moque - t-on ? il fait d’Haberer, de Messier qu’il a soutenu jusqu’au dernier jour malgré ses malversations, des parangons de vertu et de loyauté. 

Éradiquer les Boutons et leur coterie eut été la première des 316 propositions préconisées par Attali que l’on aurait applaudi à cette mesure de salubrité publique.  

Mais dans le « je te tiens, tu me tiens par la barbichette… » de nos élites, on n’est pas prêt de voir celui qui rira le premier.

 
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2008 3 23 /01 /janvier /2008 20:58

C’est le grain de sable qui peut bloquer la mécanique. Que la suppression des départements soit biffée des mesures attaliennes on le regrette, d’autant plus que la suppression de cette strate pouvait s’échelonner sur 10 ans, que le principe de précaution soit laissé dans la constitution, il suffit de le rendre caduc comme tant d’autres dispositions constitutionnelles tombées en désuétude mais que les pharmacies soient maintenues avec leurs rentes de situation et leurs privilèges est une prime payée au lobbysme, à l’incivisme voire à la voyoucratie.

pharma.jpg
Si les mots ont un sens cette profession profite de numerus clausus et de deux monopoles que « Bruxelles » a jugé contraire au droit européen. Ses représentants ont exercé un chantage éhonté allant jusqu’à demander aux exploitants de saboter le système d’information de la sécu, de bloquer les remboursements, de faire la grève des gardes et de ne plus substituer les
lingot.jpggénériques en lieu et place des spécialités…le forum de leur site nous  a laissé sans voix 


Et pour prix de son incivisme cette corporation est épargnée par le président. Alors on ne se gênera pas pour donner raison aux taxis, aux ambulanciers, aux coiffeurs et à tous ceux à qui un effort est demandé lorsqu'ils se mettront en travers des réformes de Mr Attali. Si les plus fortunés, les mieux éduqués, les plus choyés sont exemptés de payer leur écot, au nom de quel principe peut-on demander aux moins bien lotis de payer pour les pré cités ?

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 21:19
 
del_davos-copie-1.jpgIls y seront tous, enfin tous ceux qui croient compter…tous ceux qui s’auto désignent les maîtres du monde, de ce monde dont Jean Marie Messier avait entre deux éclairs de flash prétendu être le primus inter pares, avant de sombrer et de disparaître.

Condamné à persifler pour n’avoir point été convié, il reste à mesurer ce que le commun des mortels perdrait à la disparition de cette grand messe des puissants. Une fois compris que le réseau est important pour franchir la porte d’entrée il ne sert plus guère une fois parvenu au « sommet ».

Étalonner son QI à celui de Bill Gates, son portefeuille d’action à celui de Georges Soros, ou afficher sa copine … Carla Bruni n’est cette fois pas de la sortie, pas plus qu’Angelina Jolie ! Les raisons sont multiples d’étaler sa science et d’exhiber sa suffisance au forum de Davos. Ce blog nous épargne d’y aller…

A constater que Davos ne nous a évité ni la crise des sub primes, ni les dégâts de ladelegation_versailles_01.jpg mondialisation ou ceux du réchauffement climatique, on reverra avec nostalgie le film un peu jauni de juin 1982 où Mitterrand le socialiste fraîchement élu  accueillait à Versailles, dans une version raccourcie, les 7 grands de ce monde pour une conférence dont personne ne se souvient ce dont elle a accouché, excepté la mise sur orbite d’un brillant sherpa, qui déjà servait les puissants : un certain Jacques Attali.

Mais au fait il y sera Attali à Davos ? Non il enrage d’être scotché avec Sarkozy !


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 21:17

attali.jpgImaginez la réunion des portes voix de tous les conservatismes, des défenseurs de tous les privilèges, des bénéficiaires de tous les avantages acquis vous aurez une idée de la coalition que devra affronter Jacques Attali dès la fin de la lecture de son rapport.  Puisque l’objectif du travail commandé par Sarkozy c’est mettre à plat les carcans qui bloquent le développement de notre économie, c’est à tous ces gens là qu’il devra s’attaquer.


Tout le monde étant d’accord pour faire le ménage chez son voisin et pour justifier que dans son cas c’est différent, il n’y a rien à changer. La généralisation de cette attitude donne la stratification que l’on connaît depuis la dernière grande remise à plat : c’est à dire depuis 1945 et les lois prises pour la reconstruction.


Alors si les allemands voulaient bien encore une dernière fois nous prêter main forte, contourner laallemagne.jpg ligne Maginot, rester 4 ou 5 ans dans nos villes et dans nos campagnes avant de s’en aller comme par enchantement, peut être pourrait-on mettre en oeuvre les bonnes idées de Mr Attali ?


Sinon son rapport ira rejoindre les précédents, comme ceux  que chaque nouveau président dès son élection s’est empressé de commander avant que de les archiver !


Partager cet article
Repost0
20 janvier 2008 7 20 /01 /janvier /2008 20:55

Le polémiste est provocateur par nature et le lecteur peut considérer qu’il tend à pousser le bouchon un peu loin quand il manie l’hyperbole comme ce titre pourrait le laisser craindre. Mais qui a écouté Mme Royal ce soir au grand jury Le Figaro RTL ne peut être que consterné par la désinvolture de la dame du Poitou et l’incroyable connivence dont elle bénéficie de la part des média.

 

rd.jpgInterrogée une heure durant par les faire valoir habituels des grands de la politique Mme Royal s’est amusée à jouer au chat et à la souris. Accusant son adversaire de la présidentielle de tous les maux de la terre, inventant des citations quand le besoin se faisait sentir et refusant de répondre à chacune des questions qu’elle jugeait embarrassantes.

 

On ne saura rien de ses relations exécrables avec Delanoë, on serd2.jpg saura rien de sa position par rapport au referendum sur la constitution européenne, on ignorera ce que les réformes Attali lui inspirent, on continuera d’ignorer si le secrétariat du PS lui servira un jour de tremplin pour son ambition présidentielle

 

A quoi sert-il d’inviter une marionnette à gesticuler sur le petit écran si c’est pour la laisser déblatérer et s’interdire de la coincer sur ses incohérences ?

 

Sinistre émission où la presse en toute indécence a montré sa totale soumission aux présidentiables. On se remémore les crocs acérés des mêmes journalistes affairés à mettre en lambeau un le Pen dont il savait qu’il ne serait jamais en situation de les « retrouver ».

 

Apathie, Séguillon et Théard : une honte !



Partager cet article
Repost0
19 janvier 2008 6 19 /01 /janvier /2008 19:11

sisyphe.gifAvoir soutenu un candidat n’impose pas de rester prisonnier de son choix. La réduction imposée par l’élection au suffrage universel du président conduit moins à souscrire à une option, qu’à éliminer celle qui paraît la plus contestable. Le président dès lors est élu par ceux qui refusent de désigner son  challenger et non pour l’adhésion à ses propres thèses.

De ce constat découle le fait que l’opinion que l’on dit à tort versatile, se démarque rapidement de celui qui croit naïvement avoir réuni sur son nom les voix qui l’ont portées à l’Élysée. Il sombre dans le populisme démago pour tenter de reconquérir l’approbation de ceux qui n’avaient que désapprouvé son concurrent. Seules les voix du premier tour donnent une indication du niveau réel de symbiose avec la population : concernant Sarkozy, il s’est agi de 30 %

Vaine recherche, qui nous ramène à Sisyphe et à son calvaire récurrent. Qui dira à Sarkozy qu’il est en phase d’auto destruction ? Personne ne lui enjoint de parler de tout et de dire n’importe quoi. Bien avant Eric le Boucher et son papier du Monde  on a fustigé l'hermétisme de Morin et son indéniable talent pour sodomiser les diptères. 

Avant hier la politique de civilisation,  hier la recherche de Dieu et aujourd’hui la suppressionhochet.jpg des quotas de pêche, logique Dieu s’y connaît en pêches miraculeuses… alors que la veille, sur instruction de Bové, il confisquait les OGM.

N’est-il pas temps que Sarkozy cesse ses mouvements browniens et se glisse enfin dans son costume de président?

Les français pourraient un jour lui demander de rendre son hochet.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 18:34

undefinedMunicipales enjeu national ? ou choix local ? Quelque soit le résultat, le camp qui aura marqué des points ne se privera pas de tirer la couverture à lui. Cette récupération alimentera les gazettes, fera gloser les commentateurs mais n’aura in fine aucune conséquence sur la politique poursuivie par le gouvernement.


Quelques duels dépassent ce cadre étroit des querelles de clocher. Bordeaux, Toulouse, Lille, Lyon et Paris seront suivis attentivement par ce que les protagonistes de ces duels ont une dimension nationale, mais leur élection ou leur défaite n’influera que sur les carrières de ces politiciens.


Il serait plus correct de dire que les municipales sont des élections dont l’enjeu essentiel est le choix d’un politicien de proximité, voire d’une équipe et du programme qu’ils ont concocté. Le marais se décide en partie par rapport aux investitures officielles ce qui laisse aux électeurs attentifs à la vie publique un poids plus conséquent dans l’expression de leur préférence. C’est la chance de ces vrais apôtres laïcs et républicains. Leur implication, leur disponibilité, leur connaissance des dossiers les met au contact des problèmes quotidiens de la France
d’en bas.


On est loin des strass, des paillettes et des ors de la république. Ce personnel politique fidèles à ses convictions voit arriver avec consternation les Martinon et autres parachutés que le système leur impose. Il n’y a qu’un réflexe républicain : favoriser l’élection des hommes de terrain, boycotter les transfuges qui cherchent un point de chute temporaire avant de reprendre le chemin des palais nationaux.


Conséquence du cumul des mandats le parachutage est le virus qui gangrène la politique locale. Le choix citoyen c’est de l’éradiquer.


Partager cet article
Repost0
16 janvier 2008 3 16 /01 /janvier /2008 18:02
 undefinedLa défaite est consommée : totale. Par son attitude face aux plaignant la société avait déjà enregistré une défaite sur le terrain des principes, de l’éthique et de la morale, mais pouvait encore escompter se voir blanchie sur le plan du droit. Il n’y aura pas de compensation, pas de petite victoire, Total est condamné sur tous les fronts, juridique aujourd’hui comme hier celui de l’opinion publique.

 

L’état major de la major peut s’enorgueillir d’avoir transformé ce désastre industriel en déroute du système libéral. Les adversaires de l’économie de marché auront beau jeu de fustiger la cécité de dirigeants imprégnés de leurs seuls intérêts financiers.

Depuis l’origine de l’affaire nous avons montré ce qu’il y avait de stupide à défier le bons sens, la morale et la nature dans cet acharnement à ne faire qu’une lecture littérale du droit. Seule incertaine satisfaction que cet arrêt pourra susciter chez les tenants de l’économie de marché : au cas inévitable où un accident de cet ampleur se reproduirait que les futurs acteurs assument dès le début leur responsabilités, au lieu de se réfugier derrière leurs avocats. Ils s’éviteront une double peine. Enfin, on peut toujours rêver.


Partager cet article
Repost0