Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 17:37

bay.jpgLes agences de presse informent qu’au congrès du Modem « un vote à bulletins secrets visant à élire le président du MoDem, pour lequel François Bayrou est l'unique candidat, était prévu dans l'après-midi. »


On croyait le plébiscite réservé aux pays totalitaires, et bien il est vivant chez les prétendus démocrates. Le ridicule d’une élection à la soviétique ne perturbe pas le mystique Bayrou. Son lâchage par ses principaux lieutenants le conforte dans sa conviction d’avoir raison contre tous. Prochaine étape, suppression des élections. Dieu l’a nommé, pas besoin de confirmation, la communion avec les électeurs se fera sans leur voix. Qu’il y ait 4000 moutons bêlants pour acclamer ce pantin n’est pas fait pour surprendre, il y en a beaucoup plus pour un congrès des communistes. Dans un pays d’ascendance rurale il est naturel de côtoyer encore ovins et bovins.


Depuis que Simone Veil en a fait « le pire de tous » il ne se trouve pas un seul de ses compagnons d’infortune pour barrer la déferlante des commentaires assassins. On le dit très intelligent, ça fait une moyenne avec ses partisans. Un récent sondage le créditait de 52% d’avis favorable pour ses actions. Les mêmes interrogés étaient incapables de savoir à quelles actions il était fait allusion.


C’est la synthèse du cas Bayrou : un miroir aux alouettes. Tout dans l’esbroufe, rien de concret. Le mystificateur est à la manœuvre : inexistant pendant les grèves, absent des banlieues cet homme est virtuel. A la question : Bayrou, qu’a-t-il jamais fait ? ses plus farouches supporters tournent les talons.


Hâbleur, racoleur le fanfaron béarnais va-t-il longtemps berner son troupeau bélant ?

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 21:29

bulle.JPGLa foi est certitude des choses que l’on espère, préchait saint Paul, relativisant ainsi la capacité de sa religion a l’universalité. Comment prétendre imposer à son prochain ce dont on ne peut que douter ? Las il semble que Benoît XVI s’éloigne de ce relativisme quand il interpelle les non croyants au prétexte que l’athéisme serait source des plus grandes cruautés. Notre insignifiante compréhension des malheurs de cette planète ne nous autorise certes pas à contredire le saint Père mais à lui faire respectueusement remarquer que les religions ont suscité plus de haine, de violence que leur absence.


Il ne s’agit pas de dénombrer les victimes que chaque camp est en droit de revendiquer, mais de fustiger l’exaspérante prétention de l’église à parler au nom de l’humanité. Dénigrer la science comme le fait le chef de l’église catholique apostolique et romaine au prétexte qu’elle éloigne de Dieu nous renvoie aux  heures les plus sombres de l’obscurantisme religieux. L’homme a goûté à l’arbre de la connaissance et rien ne sera plus comme avant a théorisé bien des siècles plus tard Saint Augustin. On peut toujours gloser sur la miséricorde divine qui
pape.jpg tarda à se manifester là où elle eut été utile : au jardin de l’Eden.


La religion est affaire personnelle. Lui redonner, au rebours de ses prédécesseurs,  une dimension collective et donc prosélyte choque le libertaire qui signe ce billet. Dieu sait si le pape n’en éprouvera ni chagrin ni regret, mais l’espoir des agnostiques dans l’extinction des guerres de religion se trouve compromis par cette encyclique. « Spe salvi » ne combat pas l’intégrisme, il le pare de l’onction papale.

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Religion
commenter cet article
30 novembre 2007 5 30 /11 /novembre /2007 10:42

fdj1.jpgSecouée par le traitement mirobolant que Mitterrand avait offert à son premier patron, par les soupçons de dopage de ses coureurs cyclistes, par Bruxelles pour son monopole contraire aux lois européennes, la Française des Jeux bénéficie d’un monopole établi en 1836 sur les jeux de loterie qui lui permet d’afficher 10 milliards d’Euros de chiffres d’affaires. Se comporte-t-elle aussi en gangster ?


Dès février 2006 LibreCours avait publié « Poil à gratter » ou l’affaire Riblet. Ce joueur s’estimant escroqué par des jeux de grattage avait entamé fin 2005 une procédure devant les tribunaux. En guise de réponse la Française des jeux – gros annonceur devant l’Éternel obtenait le silence de M6 et la censure de l’émission : « Loto, la grande saga des jeux de grattage » qui révélait la manipulation.


Non seulement la vieille dame ne s’est pas rétractée mais elle a donné dans l’indignité encbd.jpg offrant 300.000€ pour faire taire le plaignant, une aumône comparée aux gains des Bingo, Vegas et autres Tac au tac. Mr Riblet ne s’achète pas et c’est devant le tribunal correctionnel que doit se présenter le patron de la FdJ pour suspicion de trucage. La manipulation est tellement simple que tout cafetier au QI même modeste peut s’y livrer, ce qui assure à la Française des jeux une publicité sous le manteau pour ses jeux truqués.


Pris la main dans le sac et incapable de prouver sa probité l’opérateur a tenté toutes les manoeuvres dissuasives pour empêcher le procès.  Mais il a omis de changer les règles du
lep.gifjeu, c’eut été faire aveu de sa duplicité avec ses détaillants. Ceux ci confirment au Parisien qu’ils s’en mettent plein les poches.


Le mot « éthique » n’appartient pas au vocabulaire des dirigeants du Loto. Il ne s’est trouvé personne au ministère de tutelle pour le leur souffler. Mais l'ont-ils même dans leur dictionnaire ?

 
Lire  : Poil à gratter 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 21:53

ns2.jpgDu talent il n’en manque pas, des saines lectures non plus !  Ainsi il reconnaît la nécessité d’un indice crédible du pouvoir d’achat, le problème posé par les magnats de la grande distribution et son incapacité à décréter une hausse des salaires comme si il sortait de la lecture du dernier billet de Candide…


Mais le talent tend à se diluer avec le temps. Le français n’est pas sot s’est-il félicité, il n’est pas sourd non plus et la force de conviction de l’itération s’altère rapidement. A rabâcher qu’il a été élu pour réformer, que les français lui ont donné mandat pour améliorer leur pouvoir d’achat conduit à se demander : ne cherche-t-il pas aussi à s’en convaincre ?


A retarder l’échéance de la mesure de la performance – dont rien n’indique qu’elle soit fixée – Nicolas Sarkozy prend le risque d’aviver les attentes et d’amplifier le désenchantement si les résultats ne sont pas au rendez vous.


Coté banlieue il n’aura aucun mal à convaincre ceux qui ne sortent jamais un fusil à la main. Quant aux autres seul le déferrement expresse devant les tribunaux des tireurs de Villiers le bel les dissuadera d’en tenter la démonstration lors d’un inévitable futur incident.


Le pays est au main d’un exécuteur hors pair. On sent le souffle de l’action qui force l’estime des plus indécis.  La pays s’est-il trouvé un président ? On peut être hésitant.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
29 novembre 2007 4 29 /11 /novembre /2007 13:40

PouvoirAchat.JPGDéjà abordée* sous l’aspect omnipotence présidentielle la problématique de l’amélioration du panier de la ménagère se présente sous de mauvais auspices à quelques heures des annonces de Sarkozy.


A commencer par l’escamotage de la hausse du coût de la vie rebaptisée baisse du pouvoir d’achat. Il ne s’agit pas d’une manipulation sémantique mais de la non reconnaissance que le dérapage des prix rend d’année en année la vie des ménages, à statut identique, de plus en plus difficile.


L’État s’est refusé la détention d’outils de mesure crédibles. L’INSEE affichant un taux d’inflation à 2% annuel ferait rigoler dans les chaumières s’il ne s’agissait du portefeuille des plus démunis. Les hausses depuis le passage à l’Euro sont faciles à évaluer : ce qui coûtait à peu près 1 franc avant, coûte désormais 1 € environ. Lait, baguette, salade, café au comptoir,  enfin pour la vie de tous les jours le multiplicateur est de 6. On flirte avec les 100% par an. La France pointe au 21 ème rang sur 29  pour le niveau de ses étiquettes. Le fantasme d’un effet bénéfique de la « grande distribution à la française »  ne résiste pas aux chiffres publiés par le Figaro.


Fonçant dans la brèche ouverte par la rhétorique présidentielle : « je serai le président du pouvoir d’achat » l’opposition fait à bon compte feu de tout bois. Sa démagogie naturelle y trouve matière à expression : hausse des primes, du Smic, baisse de la TVA et des taxes, contrôle des loyers…Prévert y perdrait ses petits. La planche est lessivée : les mesures présidentielles vont faire pâles devant la hotte rose des socialistes.


sarko-copie-1.jpg Mais la faute incompréhensible est ailleurs ! commise par le président en personne. Lui qui connaît le poids des symboles, la force des slogans « travailler plus pour gagner plus », comment a-t-il pu – à contre temps - s’octroyer une hausse de 150% alors qu’il refusait de donner un coup de pouce au Smic ? Pire qu’une bévue, pire qu’une bourde, son insolente augmentation est reçue comme une provocation par ceux dont les voix avaient déserté les « partis des travailleurs » pour migrer à l’UMP.


C’est dans la capacité à redresser les affaires bien mal goupillées qu’on reconnaît les talents. Le sien n’a plus qu’à s’exprimer !

 

*  Lire :  Une balle dans le pied

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 14:31

Personne ne l’y obligeait, il avait réglé le gros du problème des retraites, les gauchistes n’arrivaient pas à enflammer les universités et la perspective de quelques nuits de Chine aurait du le mettre d’humeur câline !


pa.jpgMais l'annonce décalée puis retardée de mesures concernant le pouvoir d’achat vient pourrir sa rentrée. C'est l’archétype de l’illusion entretenue depuis les années rose selon laquelle le Pouvoir en place peut "changer la vie". De droite ou de gauche tous ont succombé au mythe de l’omnipotence présidentielle. Depuis Mitterrand et le slogan pré cité, en passant par Chirac qui se targuait de réduire la "fracture sociale", tous se sont crus au dessus des lois de l’économie et capable d’infléchir le cours de l’histoire. Le retour de bâton n’en est que plus cruel mais le français gogo s’y laisse prendre à chaque présidentielle.


De deux choses l’une, ou le pouvoir d’achat, dans le système socialiste, procède d’une redistribution et l’on épuise l’économie : 3 dévaluations en 2 ans lors du règne Mitterrand 1er, ou le régime est d’inspiration libérale et le pouvoir d’achat des ménages ne se manipule pas sur injonction présidentielle. Après avoir prophétisé qu’une amélioration serait au rendez vous dès l’automne, Sarkozy s’est condamné à recourir aux mêmes ficelles éculées et décriées que ses prédécesseurs. Cherchez la rupture !


Le péché originel du Mal français tient en ces lunes permanentes que les politiciens mettent en orbite pour masquer la virtualité de leur pouvoir. Dur atterrissage quand Nicolas doit admettre qu’il n’y a rien de substantiel dans sa hotte de Sarkozy père Noël.


Mais pouvait-il en être autrement. ? Personne ne l’a obligé à se tirer une balle dans le pied.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 12:26

vlb.jpgLes images sont tétanisantes, le séisme est à l’échelle de Clichy. Les commentateurs s’interdisent d’user du terme, guère civil, qui décrit la situation à Villiers le bel : c’est un climat de guerre civile.


A force d’euphémismes, à parler d’incivilités quand il s’agit de crimes ou de délits, à évoquer des troubles quand il s’agit d’émeutes, à fustiger les bandes quand on a affaire à des milices, le jour où l’on se réveille dans un Villiers le Bel ravagé, malgré la présence de centaines de policiers, dont 3 grièvement touchés par des armes à feu, n’a-t-on pas quitté le stade de la confrontation musclée, de l’émeute localisée pour entrer en situation de guerre civile ?


Il ne s’agit pas de crier au loup mais de montrer que le glissement sémantique qui interdit d’appeler les évènements par les mots qui les définissent ne fait que rendre impossible l’utilisation des moyens appropriés pour circonvenir l’ennemi. Celui qui de sang froid avec son fusil tire sur un policier n’est pas un citoyen, n’est pas un forcené c’est au choix un terroriste ou un guerrier qui détruit les symboles de l’État et cherche à tuer.


Les sociologues fatigueront leur voix à justifier ces exactions, les scribouillards noirciront le papier pour culpabiliser le petit blanc qui n’a pas su intégrer ces fils d’immigrés et passeront à coté de la vérité : ce sont des émeutiers qui sévissent librement dans un pays civilisé. Et aussi longtemps que la doctrine du zéro défaut n’aura pas été appliquée, la contagion de la guérilla urbaine se répandra jusqu’à ce que des milices anti émeutes se substituent à la puissance publique défaillante.


Ce jour là la guerre civile ne sera pas qu’un climat, mais un état.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
26 novembre 2007 1 26 /11 /novembre /2007 21:56

isoloir.jpgPassé totalement inaperçu ce résultat électoral ne parvient ni de la Corée du nord, ni du Kampuchéa démocratique comme la faucille de l’élu pourrait le laisser croire mais du canton de Chevagnes (Allier) en terre métropolitaine. Le candidat communiste y bat la droite et l’Allier passe à gauche.


Que l’on puisse encore voter pour un parti qui revendique la même idéologie que les pays pré cités laisse rêveur sur ce qui tient lieu de culture à certains concitoyens.


Au cœur de la capitale, autre lieu autres mœurs. Un certaincavada.jpg Cavada,, estampillé bras gauche « for ever » du béarnais, rejoint l’écurie UMP. Il aurait réalisé – ce fin renard – que l’illuminé du Modem  trompe son monde. Quant au Bayrou, il ne peut plus perdre de bras, s’il veut encore compter ses troupes avec les doigts.


On ne jettera pas la pierre au transfuge de la télé. N’eut-il tué le père il ne pouvait être adoubé par les politiciens ses pairs. Le parricide commis, il peut rejoindre la confrérie et se voir attribuer le maroquin promis par Sarkozy.


Pas plus à Chevagnes qu’à Paris la démocratie ne sort grandie par ces brèves d’isoloirs.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
25 novembre 2007 7 25 /11 /novembre /2007 10:23

sal4.jpgLa crise des régimes spéciaux de retraite n’est plus qu’un lointain ( ?) souvenir, du moins espérons le !


Déjà surgit le deuxième serpent de mer: le dossier de la parité des salaires hommes – femmes. Et la question taboue : mais d’où viennent ces disparités ? Quelles sont donc ces entreprises qui sous payent mères, femmes et filles ? Ne s'agirait-il pas de donner aux syndicalistes groggys d’avoir abandonné les 37,5 ans de cotisation, quelque chose à se mettre sous la dent ? Donner à croquer du patron, dans ce pays, ça ne mange pas de…pain, surtout pour les hommes politiques.

La parité des salaires : un recul ?
       

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
24 novembre 2007 6 24 /11 /novembre /2007 15:41

gal0.jpgLe nom est doublement symbolique. D’abord il est emblématique de l’indépendance face aux impérialismes tout puissants, de la capacité d’un petit à défier l’autorité fut-elle même d’origine céleste, et aussi porteur de la dimension planétaire de ce réseau de satellites de positionnement. Enfin n’est-il pas au départ d’une révolution dont on bénéficie encore des effets. Car bien entendu, il s’agit de Galilée !


Galileo a triomphé de l’adversité, du concurrent nord américain qui s’ingéniait à retarder son envol et des dissensions européennes nourries du fiasco d’EADS.  Contrairement à la leçon que l’on croyait devoir tirer des mésaventures (euphémisme) d’Airbus,gal1.jpg c’est à un à financement public que Galileo doit son sauvetage. Il en est des dogmes, comme des certitudes, il faut avoir l’honnêteté de les rancarter le temps de réaliser une opération d’exception.


Et puis qu’on donne dans le symbole, c’est à la PAC tant décriée que l’on doit cette résurrection. L’envolée des cours des céréales a évité la distribution de subventions qui trouvent une utilisation beaucoup moins terre à terre dans la mise en orbite d’une trentaine de satellites.


Chacun ne sait peut-être pas que l’une des applications de la géo localisation c’est l’assistance aux agriculteurs. Un bienfait ne se perd jamais.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article