Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 21:10

L’affaire est à son comble et peu importe l’enjeu du débat : les tests ADN pour établir un droit à bénéficier des dispositions visant au regroupement familial. Pas de doute que ce sujet relève d’une décision du législateur, d’autant plus que le président n’avait pas caché sa volonté de contrôler le flux migratoire.


Les députés après discussions, navettes entre les assemblées, ont entériné un projet de loi avec une dose de test ADN. Peu importe qu’il convienne ou pas au rédacteur de ce blog. Ainsi en est-il de la démocratie, la volonté de la majorité s’impose aux minorités, aux individus.


Là où l’extravagance surgit c’est lorsqu’un comité* « Théodule » composé de bric et de broc, de copains qu’il fallait bien récompenser et d’experts d’hier, probables incompétents de demain, l’extravagant c’est qu’un tel comité d’une prétendue éthique se permette de contredire les représentants élus des citoyens. Au nom de quel droit, au nom de quelle autorité ces personnages peuvent-ils dédire la représentation nationale ?


AN.jpg Mais le plus grotesque reste à venir, c’est d’entendre ceux là même qui s’inquiètent que l’exécutif rogne les pouvoirs du législatif, qui réclament le renforcement des pouvoirs et de l'autorité du parlement, que ces faux culs en appellent à ce groupuscule pour mettre en cause la décision de la représentation nationale dont ils sont membres, lorque cette décision leur disconvient.


A ce jeu là toute la gauche peut être montrée du doigt, impuissante à gagner les élections, incapable de proposer une alternative au projet du gouvernement elle déconsidère le rôle des élus en donnant la primauté à un aréopage de vieilles barbes en quête de médiatisation.


Pauvre gauche tu désespères tes électeurs, tu abandonnes tes prérogatives au profit de ceux qui, aujourd’hui, te caressent dans le sens du poil. Cette gauche ne mérite que l’opprobre : elle disqualifie le parlement. Qu’elle ne s’étonne pas si on lui reproche un déni de démocratie.

 

  * Comité Consultatif National d'Ethique CCNE

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 11:20

Le temps passe et tout se passe comme si il ne se passait rien. Impression transcrite par la baisse de popularité de Sarkozy dans les sondages d’opinion. Ceux-ci n’expriment-ils pas l’intuition fugace que le bouillonnement sarkozien se neutralise dans un mouvement brownien ?


Il parle beaucoup, part dans beaucoup de directions, suscite moult commissions, consultations et au final… l’automne est bien au rendez vous, le verbe sarkozien n’a pas suspendu le temps.


Le tempo du changement c’est là où commence le malentendu. A force d’annoncer la rupture, d’appeler aux réformes, aux transformations le citoyen constate que rien dans le quotidien qu’il observe, n’a changé. Les lois et les mesures déjà passées concernent les cas marginaux, les délinquants, quelques étudiants, des étrangers en attente d’immigration, quant aux cadeaux fiscaux ils ne touchent guère ceux qui fabriquent l’opinion.


sablier.gif Il est loin le temps où l’on donnait du temps au temps. Le temps fonce au rythme des technologies de l’information, du téléphone portable, de l’Internet et de la mondialisation. Sa compression a accru notre exigence dans la vitesse de réaction. Un incident, un retard, un décalage, quelque soit l’activité concernée, et l’information est distribuée dans l’instant. Le portable, la vidéo caméra, le web aura acheminé l’évènement et réduit l’incertitude à l’autre bout de la chaîne.


On a glissé subrepticement du temps à l’instant, à l’impératif d'immédiateté dans la perception d’une réaction. Tel un médicament qui n’ôterait pas le mal dès sa prise et n’aurait ainsi pas d’effets, une politique qui n’apporte pas de solutions immédiates est réputée inefficace, comme ayant échoué.


Le syndrome de l’instantané envahit le monde politique. « Tous ne mouront pas, mais tous seront frappés ».  Attendre pour juger sera une révolution, la plus difficile à faire accepter, car totalement à contre courant. C’est le défi au quel Sarkozy a commencé à s’attaquer : obtenir que les français lui accordent du temps, lui l’éternel pressé.

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 14:46

La confirmation d’un soupçon bien étayé de délit d’initié généralisé au sommet d’EADS ravive les polémiques sur la justification de l’attribution de stock option (SO) aux dirigeants.


L’absence de loyauté chez ceux qui étaient, et sont encore pour la majorité, aux commandes de ce conglomérat, choque le citoyen, le contribuable, le salarié qui jamais ne verra passer sous son nez les sommes mirobolantes que ces gens là s’auto distribuaient, sous l’œil bienveillant – allez savoir pourquoi  - des représentants de l’État.


Encore une fois, on va convoquer une commission de parlementaires, on va éructer au scandale au règne de l’argent roi, voter une loi mais le fonds de l’histoire est bien ailleurs. Tellement vrai que ces délits financiers sont de toutes les républiques. On épargnera la longue liste des copains- coquins de Pompidou, des « Pelât » de Mitterrand, des porteurs d’enveloppes aux chiraquiens, en oubliant Panama et tous les Stavisky…

 
eads.jpg Ce délit qui entache la probité de dirigeants dont les performances furent en de ça de leurs objectifs, montre que le SO met mécaniquement son titulaire en état de conflit entre son intérêt personnel et son statut de dirigeant de l’entreprise dont il est fait actionnaire. Dès l’instant où des SO sont attribués alors qu’il n’y a pas de relation directe entre la performance individuelle et leur valorisation, chaque manager tend à penser que le résultat de son groupe – quand il est à la baisse -  ne reflète pas sa propre performance, ce qui l’autorise « moralement » à se comporter en individu soucieux de protéger son magot. D’où les cris d’orfraie de ceux pris en flagrant de délit d’initiés.


Aucune réforme n’y changera rien. Ainsi est fait le salarié manager qui devient capitaliste dirigeant par l’effet de cette distribution. Pour qu’une offre de SO soit incitative encore faut-il qu’elle soit exclusive (au sens anglais) et si elle est exclusive elle conduit aux dévoiements type EADS, dont nul ne doute qu’ils ne soient avérés.


Certains profiteront d’un effet d’aubaine en se saisissant de cette affaire, d’autres règleront quelques comptes avec un certain Breton qui ne fit rien pour rendre transparent les sociétés où il opéra, mais au final les choses en resteront là où elles étaient, car en ce bas monde chacun sait qu’on résiste à tout sauf à la tentation et qu’une suppression des SO entraînerait ipso facto une rémunération dérivée…et les délits associés.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
3 octobre 2007 3 03 /10 /octobre /2007 10:02

Il s’en est écrit des milliers, tous inspirés par la quête de la vérité, par la découverte d’un nouveau document, par la poursuite d’une enquête encore plus fouillée et tous de conclure que l’histoire officielle n’est qu’un beau roman, mais que la réalité n’a pas pu être celle que nos manuels d’histoire continuent de nous conter.


Elle, c’est la Pucelle, la libératrice d’Orléans. Le dernier opus* publié par deux journalistes n’apporte aucune pièce nouvelle. Il détruit l’icône par une perversion du raisonnement. Puisque les faits et gestes qui lui sont attribués sont hors de portée d’une bergère de Domrémy, donc ce n’était pas elle. On part de la conclusion à la quelle on veut arriver et on démonte les faits qui ne corroborent pas cette version.
Cqfd.


arc.jpg Une bergère de Domrémy ne parle que le patois, ne peut chevaucher un destrier, ne saurait reconnaître Charles VII déguisé parmi ses courtisans, ni se faire confier et commander une armée pour bouter les anglais hors de France. Inutile d’ajouter qu’elle ne saurait entendre les voix dont elle s’est recommandée. Seule une bâtarde de rang royal aurait pu accomplir cette mission.


C’est la thèse des auteurs de croire à la mystification collective et à la manipulation orchestrée par une reine oh combien calculatrice et inspirée …par les exploits de nos modernes KGB, Mossad et autres CIA. Mais l’histoire ne se refait pas à reculons.


On laisse à l’improbable lecteur la découverte des derniers épisodes d’un feuilleton haletant qui conduit Jeanne, dite Claude dans une seconde vie, auprès d’un tendre époux dont elle eut de… nombreux enfants.


On suggère aux apprentis historiens en quête de gros tirage de s’intéresser à Vercingétorix qui ne défia pas César, au soldat qui n’ébrécha pas le vase de Soissons, au chevalier Bayard qui n’était ni sans peur ni sans reproche, à Clovis qui ne devint pas catholique, à Louis XVI qui ne perdit pas la tête, et au soleil qui permit à Grouchy de devancer Blucher et à Napoléon de vaincre les alliées à …Waterloo. La suite laissée à votre imagination. Mais laissez les cendres de notre Pucelle reposer en paix, elle vous aura évité de boire du thé  !

 

 

* L’affaire Jeanne d’Arc par Roger Senzig et Marcel Gay

 

Repost 0
Published by Candide - dans Bonnes feuilles
commenter cet article
2 octobre 2007 2 02 /10 /octobre /2007 17:03

L'angélisme, c’est, ma foi, la doctrine que les évêques catholiques ont décidé de ressusciter. On croyait l’Église de France guérie de son tropisme gauchiste : on avait péché par naïveté. Elle fait entendre une douce mélopée sur le refrain connu : « laissez venir à moi les petits d’immigrés » et tente de nous faire avaler que sa critique du nouveau dispositif de regroupement familial sort tout droit de la lecture des évangiles.

img.jpg
Faire des Évangiles le substrat à la conduite des affaires du pays relève de la candeur, si ce n’est de la cécité. L’Église s’est suffisamment fourvoyée en empruntant cette route, copinant ici avec les communistes, là avec le national-socialisme qu’on la croyait vaccinée. Il lui manque une piqûre de rappel.

Ces éminences épiscopales oeuvrent à augmenter le flux des migrants, sans doute pour repeupler la fille aînée de l’église. Ca part d’une bonne intention. Leur aurait-on caché que les nouveaux arrivants ne sont pas tous polonais, qu’il y aurait même des musulmans qui fréquentent rarement les églises ?

Mais la hiérarchie catholique dont les légions clairsemées peinent à reconnaître leur chef peut être satisfaite : Oussama est aux anges...Les églises restent désertées, sauf par les sans papiers.




Repost 0
Published by Candide - dans Religion
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 19:46

C’est le premier jour de l’ère « travailler plus pour gagner plus ».  Toute la journée les média nous en auront rebattu les oreilles. Les ayant droits de cette mesure sont dans leur starting-block, prêts à foncer sur la pointeuse pour enregistrer la moindre heure sup !


Quelques commentaires glanés ici et là sont intéressants par l’éclairage qu’ils apportent sur la connaissance du monde du travail par notre élite politique.


La vice présidente du Modem tient à prévenir les salariés qu’on les a berné parce que seuls les patrons décident de l’opportunité de faire ou pas des heures supplémentaires. Existe-t-il un seul salarié dans ce pays qui en ait douté ?  Mme de Sarnez, bravo ! vous avez exposé à la collectivité nationale votre crasse ignorance du monde du travail.


Un autre ténor, celle là doit être socialiste, s’offusque du coût pour le budget de l’Etat de la non taxation de cette fraction du salaire. Alors au risque de paraître un peu professoral on fera remarquer à l’illustre Mme Guigou à qui on doit l’application du régime des 35 heures, que ce dégrèvement représente un manque à gagner pour l’Etat mais en aucune façon un débours. Contrairement à l‘usine à gaz des 35 heures, pas un Euro ne sortira des caisses publiques pour financer la mesure de Sarkozy sur les heures sup !


Ces rectifications méritaient d’être faites, ce ne sont pas vos quotidiens ou vos JT qui l’auraient précisé.

 

 

 

Anecdotiquement, ce blog est devenu le numéro 3 des 50.000 blogs politiques hébergés par « Over-blog ». Merci à nos amis les pharmaciensencolère qui ont bombardé LibreCours de commentaires « élogieux » pour avoir pris parti contre leur jacquerie. Le journal « le Monde » dans son édition de ce jour reprend – avec quelque retard - les arguments développés ici. Bienvenue au club !

 

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
1 octobre 2007 1 01 /10 /octobre /2007 11:35

Pour commencer la semaine sur un clin d’œil, cette information qui nous vient de Belgique, le roi des autochtones a mandé le sieur Leterme pour mettre fin - ça ne s’invente pas - à la crise parlementaire qui perdure depuis 4 mois.

yl.jpgQui plus est comme son nom ne l’indique pas, ce Mr Leterme est un flamand pur et dur, pas rose pour autant. Il est n’est connu que pour un acte manqué qui a beaucoup déridé outre Quiévrain.

A la demande des journalistes de fredonner son hymne national Mr Leterme a entonné la Marseillaise. N’en concluez pas trop vite qu’il est francophile, non il ignore simplement que la Brabançonne est pour les belges ce que le chant de Rouget de Lisle est pour les français : un symbole que l’on ne ridiculise pas.

En France il ne s’en serait pas remis, en Belgique une telle méprise semble bien anodine. C’est vrai que la Belgique n’a plus d’État, pas même le nom. C’est un royaume en coma dépassé dont le terme est venu à échéance.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans International
commenter cet article
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 21:16

Premières escarmouches ! Premières salves contre l’institution d’une franchise de 0,5€ par médicament. Les spécialistes de la défense de la veuve et de l’orphelin se sont mobilisés, le beau temps a fait le reste, les rangs étaient plutôt clairsemés. Pas grave ça recommencera ! Et quoi de plus naturel en somme que ceux qui seront mis à contribution fassent entendre leur voix. Les manifs, c’est fait pour ça.

Ce n’est pas comme ces pharmaciens qui, au hasard d’une déambulation sur le Net, peuvent être croisés. Ces braves apothicaires se montent le bourrichon au motif que cette réforme les mettrait en difficulté.


Non contents d’exercer leurs activités sous une triple couche protectrice : deux monopoles et un numerus clausus, ils appellent leur confrères à diverses opérations qui sont autant d’actes d’incivilités. Il ne leur suffit pas de bénéficier de privilèges insolents : exclusivité de la distribution du médicament, monopole de la propriété de leur fond, dispositif malthusien de protection de leur zone de chalandise, marges confortables et garanties, et asservissement des grossistes qui les dispensent d’avoir à stocker leurs spécialités, il faut en plus que ces "gagne-petits" menacent les pouvoirs publics d’une jacquerie grandeur nationale si ceux-ci se permettaient d'entamer leurs privilèges royaux.


Le corporatisme de ces privilégiés, le poujadisme de leurs portes voix, l’anachronisme de leurs revendications sont emblématiques du décalage entre la France qui prend des risques, qui acceptent les remises en question, la concurrence, l’ouverture au monde et son avatar moyenâgeux, vindicatif qui récuse d’avoir à payer son écot à la remise en ordre de notre système de santé.


Alors on comprend pourquoi le cheminot, le traminot, l’instit ou le métallo s’insurge contre l’effort qui lui est demandé. Lui dont la formation s’est faite sur le tas, pas dans des facultés payées par l’Etat, est conforté dans sa résistance au changement quand ceux qui se prétendent l’élite de la nation enfourchent les revendications des prolos.




relire le billet du 19 septembre  : La Fronde des apothicaires

 

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
29 septembre 2007 6 29 /09 /septembre /2007 09:35
Déja publié le 17 mai et tellement d'actualité...


Méfions nous de l’eau qui dort. Ce brave Mr Fillon dont les mérites sont vantés en ce jour de nomination à l’hôtel Matignon n’est pas le porte serviette, le dévoué partisan, le Raffarin du nouveau président comme souvent les commentateurs nous l’ont présenté.


ff.jpgMr Fillon a de l’envergure, il sait mettre les pieds dans le plat. De Chirac n’a-t-il pas dit : « les seules réformes dont on se souviendra ce sont celles que j’ai fait passer ». Il sait prendre des risques. Un alpiniste ne gravit pas des cimes pour justifier le principe de précaution. C’est un homme de pouvoir, qu’il exerce sur sa circonscription depuis l’age de 27 ans. Ce n’est pas pour se le faire confisquer à 53 par le président.


Le gentil monsieur Fillon pourrait vite sortir du bois. Il n’est pas doué pour les seconds rôles. Les amitiés de deux ans peuvent se terminer plus vite que celles de 30. N’est-ce pas mon cher Edouard ?


Pompidou sous de Gaulle, Chirac sous Giscard, Rocard sous Mitterrand, Balladur sous Chirac, ils ont tous osé prendre le large. A ce jour rien ne laisse imaginer une trahison de Fillon, rien n’interdit non plus de l’envisager, surtout si le Président devait continuer à marcher sur les plate bande de l'hôte de Matignon.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
28 septembre 2007 5 28 /09 /septembre /2007 19:17

Il aura commis l’erreur de ne pas nous …lire !

 

Un mois déjà que nous l’avertissions qu’il fallait passer du discours à l’action, mais on ne se refait pas. Puisque sa stratégie de conquête du pouvoir a été gagnante inutile d’écouter ceux qui s’étonnent du rythme lent des changements. On peut être brillant dans la conquête du pouvoir et hésitant dans sa possession.

 

Sarkozy a trop cru en sa bonne étoile et voila qu’elle pâlit avec l’automne.

 

Mauvais sondages, baisse du moral des ménages, dissonances gouvernementales et préavis à des grèves nationales. Du classique pour une rentrée, si ce n’est que cette rentrée ci devait coïncider avec les premières réformes sérieuses promises aux électeurs.

 

La réforme des retraites spéciales est pourtant le plus simple des ajustements à réaliser. L’opinion y était soi-disant favorable. Si ce n’est qu’en démocratie une opinion est versatile et que sa manipulation est assurée par ceux qui n’ont rien à perdre à la caresser dans le sens du poil.

 

La RATP qui avait annoncé se tenir en dehors du mouvement vient de basculer dans l’opposition. Pas encore un remake de 95 mais un délitement qui succède au flottement perceptible depuis le début du mois.

 


elysee-1.gifFillon aurait préféré avancer au pas de charge, plus par tactique que par tempérament. Il fut forcé au surplace. Le temps se gâte, l’orage menace et si Thibault précède Chérèque les fantassins sarkoziens seront défaits par les masses populaires entre Bastille et République. Inutile d’être grand clerc. Le reste des promesses sera remisé aux calandres grecques. Juppé 95, ça ne vous rappelle rien ?

 

Le président à New York c’était pour la galerie, et ça n’intéressait personne sauf à ce qu’enfin il se la joue Chirac, fraie avec les Grands de ce monde, et laisse son premier ministre gouverner…en attendant d’être remercié.

 

Mais, le président a réintégré l’Elysée.

 

 

 
Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article