Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

27 juillet 2007 5 27 /07 /juillet /2007 11:48

Il pensera, non sans raison, que d’autres fomentèrent de plus machiavéliques complots sans jamais que leur nom soient jetés en pâture. Boulin, de Broglie furent éliminés physiquement et les commanditaires n’ont pas été désignés. Villepin maudit qui se voit reprocher non pas tant d’avoir essayé de barrer la route à un rival que d’avoir échoué.


En politique comme souvent la fin justifie les moyens, à condition que la fin soit couronnée de succès. C’est le succès qui permet à Sarkozy de ne pas avoir à justifier les moyens utilisés pour faire sortir de l’enfer les infirmières bulgares. C’est l’échec piteux de l’opération Clearstream qui conduit Villepin devant ses juges. Peut on douter que s’il avait obtenu l’effacement de Sarkozy la voie du déshonneur lui aurait été épargnée ?


Mais Villepin tout comme Juppé ne sont pas nés sous une bonne étoile. Heureusement qu’il ne nous a pas été donné d’en faire un Président. Le destin veille à écarter les malchanceux du chemin de l’Élysée. C’est tant mieux. 


Repost 0
Published by Candide - dans Clearstream
commenter cet article
25 juillet 2007 3 25 /07 /juillet /2007 10:42

Tout a été dit sur ce blog concernant le sport de « haut niveau ». Quelle expression paradoxale pour décrire un milieu où la triche pervertit ceux qui y accèdent. Rien n’est plus anti naturelle que la performance poussée à son paroxysme, l’exemple du coureur de Marathon en fut la fatale démonstration.


Alors l’hypocrisie de ceux qui continuent à sponsoriser, à organiser, à commenter la mascarade de la grande boucle et feignent d’être surpris rajoute à l’écoeurement. Non, il n’est pas humainement possible d’améliorer année après année les performances, les moyennes, les vitesses des coureurs sans avoir recours à des moyens artificiels. On peut toujours débattre pour savoir si la « ventoline » prescrite à des coureurs dont une majorité est asthmatique est une drogue ou un médicament, l’essentiel est que lorsqu’on est asthmatique on ne prétend pas faire un exploit en grimpant les cols.
Qui finira par prendre la seule décision qui s’impose ? Qui mettra au repos tous ces forçats manipulés par des maffieux en cols blancs ?


A priori ce n’est pas du coté de Nicolas que viendra cette fois la solution, alors peut-être Cécilia, notre nouvelle mère Térésa mettra-t-elle sa nouvelle légitimité pour faire cesser le cirque de ambulant d’une centaine de dopés qui se trémoussent chaque été sur leurs bécanes pour distraire des millions de gogos en marcel.


lire aussi :  le tour de farce

Repost 0
Published by Candide - dans Sport
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 14:46

La libération surprise des infirmières bulgares par le truchement du couple Sarkozy restera dans les mémoires comme l’un de ces coups d’éclats qu’il vaut mieux ne pas tenter de reproduire. Le fiasco y côtoie l’ivresse de la victoire mais jusqu’à l’instant ultime nul ne sait comment le coup se dénouera.


Et quand l’heureux dénouement justifie l’audace de la tentative on serait mal venu de plaindre son contentement. Applaudissons, nous les spectateurs de cet épilogue brillant, les acteurs qui ont su nous tenir en haleine et faire tourner le sort en faveur des victimes bulgares comme libyennes du terrorisme d’État.


Mais parce que le soleil ne brille jamais sans porter son ombre, il aura fallu que le fiel des rancoeurs accumulées dégouline de la bouche des porte parole de l’opposition. Offrant le spectacle indigne de leur mauvaise foi ils auront tenu les propos que seules l’aigreur et la mesquinerie peuvent expliquer.


On les savait petits, on les découvre insignifiants …

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
13 juillet 2007 5 13 /07 /juillet /2007 15:40

Le paradoxe est célèbre et nous n’avons pas la prétention de départager darwinistes et créationnistes sur la question qui hante les mésopotamiens* depuis la nuit des temps. Au tour des caciques du parti socialiste de se la poser : la refondation, bien sûr, mais où commencer ?


Dans le rôle de l’œuf, imaginons Fabius, dans celui de la poule…on vous laisse deviner. Maintenant qu’elle intente un procès à Paris Match on restera prudent ! Mais le problème est réel. Faut-il d’abord décider ce que peut signifier être socialiste en ce début de 21 me siècle ou désigner la personnalité apte à mener l’opposition à la victoire en élaborant au passage un programme de gouvernement.


C’est parce qu’il avait opté pour la primauté de l’œuf sur la poule que le PS a pris la déculottée que vous savez. Ségolène est dès lors fondée à réclamer que pour la prochaine échéance la poule ponde le programme qu’elle sera par essence la plus apte à porter.


Malgré la trivialité des termes, le débat est posé.  C’est même la seule question que doivent régler les éléphants avant de laisser la place à la prochaine génération. Par où commencer, par l'oeuf ou par la poule, de toute façon, quelque soit la décision, les français seront les pigeons.

 

 

 

 

* En Mésopotamie quand la poule voit le Tigre, l’Euphrate.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 21:39

La prise en otage des infirmières bulgares ne saurait prêter à polémique. Et si le voyage de la femme du chef de l’Etat est susceptible d’apporter ne serait-ce qu’une once de réconfort aux prisonnières du dictateur Libyen il méritait d’être entrepris. Merci sœur Cécilia.


Il n’empêche que l’on ne peut qu’admirer la maestria avec la quelle le petit Nicolas fait flèche de tout bois.


Toutes les ficelles, les ruses de sioux comme les coups tordus appartiennent déjà à la panoplie présidentielle. La conquête de l’UMP avait été remarquée, l’allégeance des barons au candidat avait surpris par sa rapidité, l’intelligence de son programme lui avait permis reprendre les électeurs égarés sur les terres Le Pénistes et avait permis sa victoire indiscutable.


Mais Chirac avait su ruiner en quelques semaines le crédit que ses 82% lui avaient conféré. Sarkozy n’allait-il pas, à peine élu, donner raison à ceux qui ne discernait pas le Président derrière le candidat. Ceux là on ne les entend plus. Si, aujourd’hui se sont les mêmes qui critiquent l’omniprésence, l’hyper puissance de l’ex candidat.


Sans préjuger de ce que seront les résultats à l’aune des quels il exige d’être jugé, on peut lui reconnaître le mérite d’avoir préparé ses premiers cent jours. Il semble dérouler le plan minutieusement concocté avant l’élection sans que beaucoup de grains de sables ne soient venus à ce jour en contrarier l’exécution. Quelle qualité dans l’anticipation et brio dans la réalisation !


Que ce soit dans la désagrégation de l’UDF, la décomposition du PS tout ce qui advient  parait avoir été fomenté au plus haut niveau de l’Etat. Tout comme la remise sur les rails de l’Union européenne, ou la fin de l’immobilisme dans lequel la France s’était fossilisée, le Président apparaît comme le deus ex machina capable de remettre les pendules en marche.


Nul doute que Cécilia tient un rôle dans ce plan ; ce ne sont pas les infirmières bulgares qui s’en plaindront.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
11 juillet 2007 3 11 /07 /juillet /2007 21:20

Il languissait. Jack feignait d’être indifférent. Kouchner, Védrine, Strauss Kahn et quelques seconds couteaux avaient été sollicités par le président, mais lui était bel et bien absent dans la distribution des hochets.


Alors il a pris les devants. Il a jeté la carte du PS avec l’eau du bain. C’est rose pimpant qu’il a annoncé devant les caméras, pour que nul ne l’ignore, qu’il s’était libéré pour réfléchir sur les institutions. On ne sait si le président offrira un petit boulot au député boulonnais, mais pas de doute que l’Elysée sera sensible à la disponibilité de l’ex phare socialiste.


On peut le brocarder, se gausser de ses travers il n’en demeure pas moins l’une des figures emblématiques de la gauche française. Quelque soit son avenir dans la refonte de la constitution il restera l’homme des libraires qu’il a sauvé par le prix unique, l’homme de la fête de la musique qui s’est imposée dans tant d’autres pays et l’inventeur du « passage de la nuit à la lumière » pour qualifier l’avènement de Mitterrand !


Le PS n’en finit pas de se décomposer. Ses gloires passées se mettent en congé ou en disponibilité. Pour compenser ses désertions le parti devra bientôt faire appel à des réservistes. Il en est un particulièrement discret, languissant dans son exil rhétais, qui se verrait bien en roue de secours.


Et là pas de doute si Jospin devait sortir de son île, ça ne serait pas dans le cadre de l’ouverture prônée par Sarkozy. Qui mieux que l’austère Lionel pourrait conduire les dirigeants laissés au bord du chemin par Nicolas au cimetière des éléphants ?

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
10 juillet 2007 2 10 /07 /juillet /2007 21:49

Grrrrrrrr, ! L’été tarde à s’installer, à moins qu’il ne soit déjà faufilé derrière les nuages sans avoir montré le bout du nez. De mémoire de statisticiens mai et juin ont connu les températures moyennes les plus basses jamais enregistrées. Quant à juillet il débute comme un automne précoce et les prévisionnistes n’annoncent qu’une amélioration temporaire pour le 14 juillet. Le lobby des offices du tourisme n’y est pas étranger. Si c’est un mensonge, c’est pour la bonne cause.


Les verts enragent. Les écolos font grise mine. Le réchauffement a du plomb dans l’aile. Il neige à Buenos Aires, ce qui n’était pas arrivé depuis 90 ans ! On se réchauffe à Paris à coup de grog et de vins chauds.


Bien entendu la perspective d’un été pourri n’enchante personne, elle ne ravit que les aigris. Mais elle survient « opinément » pour rappeler aux imprécateurs que la climatologie est une science dont beaucoup de paramètres restent inconnus de ses experts.


Dans les années 60 on nous annonçait une période froide, le retour de la glaciation et puis avec les années 80 on découvre soudain que la planète se réchauffe et que l’homme produit du CO².


Sauve qui peut ! Sur une échelle géologique, ces périodes décennales n’ont pas de signification. Les écolos dont le fonds de commerce se nourrit de la manipulation des masses aux quelles ils servent une soupe débilitante se sont trouvé fort marris. Pas pour longtemps, malgré les frimas ils reprennent du poil de la bête et clament aux gogos qui leurs prêtent encore une oreille traînante que cet été glacial est bien la preuve qu’il fait de plus en plus… chaud !

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Ecologie
commenter cet article
9 juillet 2007 1 09 /07 /juillet /2007 20:44

C’est un virus franco français. Il sévit indifféremment chez les hommes politiques de droite ou de gauche. Il se manifeste généralement lors des réunions internationales mais il n’est pas contagieux, seulement irritant. Il indispose nos  partenaires d’autant plus sévèrement qu’ils ont déjà été exposés à des porteurs dont la mine austère pouvait cacher qu’ils en étaient atteints.


Le gallicisme puisque c’est de lui qu’il s’agit, consiste à enseigner aux autres ce qu’ils doivent faire et à faire le contraire. L’histoire récente est riche de ces situations où les français se sont distingués en ne respectant pas les règles qu’ils avaient eux même votées. Décrire les réactions des politiciens étrangers qui se font prendre à ce jeu de dupes obligerait à utiliser un vocabulaire au quel le lecteur n’est pas habitué.


Sarkozy vient de rejoindre cette longue liste où Chirac après Mitterrand a montré d’exceptionnelles dispositions. Difficile d’être crédible quand on va expliquer que l’orthodoxie financière qui s’impose aux pays nouvellement entrants dans l’union européenne ne concerne pas les français. Effectivement, on se situe au dessus de la mêlée et on ne respecte pas les règles budgétaires : normal, on est français !


C’est un virus dont on aimerait que nos hommes politiques apprennent à se défaire. Notre réputation d’arrogance et de suffisance nuit à notre image pas seulement dans l’univers politique mais aussi dans les relations commerciales comme dans notre capacité d’accueil des touristes qui tolèrent encore de venir dépenser leurs économies en se laissant traiter comme du bétail.


Pas surprenant puisque l’exemple vient d’en haut, de ce Nicolas, haut comme trois pommes, mais déjà arrogant comme un coq, un coq gaulois.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
7 juillet 2007 6 07 /07 /juillet /2007 11:59

C’est un mauvais coup porté aux PME.


Peu importe aux magistrats que le CNE ait rempli sa mission d’intérêt publique, qu’il ait contribué à réduire le nombre de chômeurs, qu’il ait permis l’intégration d’une centaine de milliers de jeunes dans le monde l’économie privée. Eux sont à l’abri de tout risque de perte d’emploi, d’être remercié pour incompétence, d’être même mesuré pour leur performance, comme l’absence de sanction contre le juge Burgaud, 5 ans après ses contestables décisions dans l’affaire d’Outreau le prouve.


Les magistrats ont ré écrit un manuel d’économie politique et ont jugé que le licenciement n’était pas favorable à la création d’emploi. C’est comme si en interdisant aux entreprises de licencier on allait leur permettre de se développer. C’est une logique pseudo marxiste que défend cet arrêt.


Le mur de Berlin est tombé, le modèle communiste s’est effondré, une variété fossilisée s’était terrée auprès de la cour d’appel de Paris : cet arrêt leur permet de nous rappeler que cette espèce en voie d’extinction n’est pas totalement éliminée et qu’elle est toujours capable d'infliger son devoir de nuisance

 

Repost 0
Published by Candide - dans Justice
commenter cet article
6 juillet 2007 5 06 /07 /juillet /2007 10:45

L’ouverture fait grand bruit. Elle déstabilise à gauche, irrite à droite. Elle n’était pas inscrite dans le projet électoral du président. L’eut-elle été que personne n’y aurait cru.


L’ouverture, telle qu’elle est pratiquée, consiste à ce stade à recruter des éminences des autres camps. La plupart des personnalités approchées se laisse apprivoiser et succombe au chant de la sirène sarkozienne. Le méchant loup sectaire se transforme à peu de frais en bon pasteur  œcuménique. C’est là sans doute le bénéfice unique de cette opération de séduction.


Résumons les enjeux de l’élection : choisir le plus apte à conduire le projet politique préféré des français. Ce choix fait, le président est évalué dans sa capacité à réaliser les réformes issues de son projet.


Penser que l’appui de quelques personnalités longtemps opposées à ses réformes en facilitera l’application relève de la naïveté. A contrario cela devrait durcir une opposition affaiblie par le lâchage de quelques uns de ses talents. C’est un truisme de rappeler que la pratique du consensus est contradictoire avec la raison d’être de l’opposant. Si l’objectif de l’ouverture c’est d’affaiblir l’opposition parlementaire, le risque n’est pas seulement d’obtenir un effet contraire, mais de réussir et de se retrouver avec une opposition qui n’ait plus que la rue pour s’exprimer.


Quant aux effets de ces initiatives sur son propre camp, ils apparaissent bien contradictoires. Passé le crédit donné au bon pasteur qui élargit son troupeau, il faut reconnaître que la promotion des adversaires en lieu et place des supporters laissera des traces durables. A quoi bon se décarcasser si la sucette attendue est finalement offerte à l’ouvrier de la dernière heure. Il n’y a que l’Evangile pour justifier qu’un meilleur traitement soit réservé au moins bon des enfants… A cette aune là, beaucoup seront réticents à mouiller le maillot lors des prochaines consultations.


Nicolas, reprends toi ! ne perd pas de vue que les derniers convertis seront aussi les plus prompts à déserter le navire à la première bourrasque et qu’aucun des laissés pour compte de ton ouverture ne viendra alors soutenir ton équipage affaibli.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article