Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 21:17
Peut-on éclairer en 20 lignes le débat sur les retraites  ? 

Le point de vue ci dessous est une Infime contribution dont l'objet est de développer un argument qui, sauf à le contredire, peut éviter au débat de s’enliser dans d’inutiles polémiques.

Age légal et durée de cotisation sont deux paramètres indépendants que le législateur prévoit d’accroitre pour équilibrer l’équation des pensions à verser et des cotisations à percevoir dans la perspective de l’allongement de la durée de vie.

Ces deux chiffres sont devenus tabous, le nombre de trimestres de cotisation et l’âge légal, soit âge minimum pour bénéficier d’une retraite à taux plein. Ces paramètres sont imposés par la logique de la répartition et contingents pour les adeptes de la capitalisation. Dans ce dernier cas peu importe l’âge légal ou la durée de cotisation sur l’équilibre général puisqu’aucune obligation d’un % de reversement par rapport au dernier salaire perçu n’est contractuellement établie, la pension ne dépendant que de ses propres cotisations.

Dans le système de répartition-mutualisation que nous connaissons les membres du groupe sont solidaires. D’où la nécessité de rechercher l’équité, fondement de la solidarité. Très mal posé par le parti socialiste, voir le pas de clerc de Mme Aubry, le problème peut être résolu par appel au bon sens.

Pourquoi un salarié ayant commencé à travailler jeune devrait-il travailler un à deux ans de plus au seul titre de l’allongement de l’âge légal de la retraite alors qu’il a obtenu le nombre de trimestres nécessaire avant d’atteindre l’âge fatal ? Si on trouve normal qu’un diplômé entrant tardivement dans la vie active doive dépasser ce seuil pour obtenir ses droits à taux plein, la situation inverse doit aller de soi.

Sans entrer dans des polémiques stériles, fixer l’âge légal sans tenir compte de l’âge d’entrée dans la vie active conduit à un traitement inéquitable.  Solution : considérer seulement le nombre de trimestres de cotisation et ne plus imposer d’âge légal, sauf cas de pénibilité.

Faire sauter l’âge légal et augmenter comme la plupart des participants à cette discussion l’ont accepté le nombre de trimestres de cotisations n’est-il pas un premier pas vers un alignement des positions ? Bien d’autres problèmes resteront à régler, dont celui de la définition de la pénibilité, mais un pas aura été fait vers l’équité.


Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 21:30
allegre-_imposture.jpgL’incident est microscopique.  Il n’est connu que d’une poignée d’auditeurs. Ceux  dont l’oreille était encore collé au transistor à 7h 58 après qu’Apathie ait remercié Allègre de s’être déplacé pour vanter les mérites de son nouveau pamphlet (voir ci contre) à la matinale de RTL.

Le meneur de jeu – un certain Parisot - annonça alors qu’une équipe de la première radio de France s’était rendue au Bangladesh pour rendre compte des conséquences du réchauffement climatique sur les pauvres bengalis chassés de leur taudis par la hausse du niveau des eaux. – victimes, entre les lignes, des méchants capitalistes générateurs de CO².

Cela aurait pu passer comme une lettre à la poste, sauf qu’Allègre, plus vert qu’un écolo s’est emparé du micro pour dénoncer cette ineptie. La montée des eaux sur le cotes du Bangladesh n’est en aucun cas liée à un quelconque réchauffement climatique ni  à la fonte des glaces mais à un glissement de la plaque tectonique, phénomène bien connu des géologues. Les eaux ne montent pas – si ce n’est d’un millimètre par an tout autour de la planète, mais le sol du Bangladesh s’abaisse du fait de ce glissement. La moutarde d'Allègre eut raison du Parisot
pris en flagrant délit d’ânonnement de la litanie écolo : il faillit avaler son micro.

Que le premier média de France accrédite les inepties partisanes tel le premier des gogos, montre les ravages de la pensée unique. Borloo et tous les Hulot qui s’empiffrent grâce au business écolo vont devoir ramer dur pour se refaire une virginité. Parisot est la première victime du tsunami déclenché par Allègre. Bien joué !



Repost 0
Published by Candide - dans Ecologie
commenter cet article
14 février 2010 7 14 /02 /février /2010 21:13
Quelle crédibilité peut avoir ce personnage ? A la tête d’une institution indépendante  (banque centrale européenne) ce brillant eurocrate explique que nulle par ailleurs le syndrome grec ne peut se reproduire.

Il faut être bien élevé pour l’écouter sans rire.

En France cette éminence grise a un statut bien particulier, on va y revenir, mais en dehors de l’hexagone, on peut comprendre que ses propos valent roupies de sansonnets. Doctement il explique que l’inflation de la zone € est contenue à 2.01% depuis 11 ans ! En quoi est-ce un exploit ? Quand un gentil contempteur lui fait remarquer que les pays européens hors zone € ont tous connu une croissance supérieure sans supporter les contraintes du pacte de stabilité : il reste coi !

Quel crédit garde la BCE, son institution, incapable de détecter que depuis des calendes la Grèce se moquait comme de son premier drachme de la comptabilité nationale ? La cécité de ce personnage mériterait l’attention de Mr Aflelou.

N’était-il pas contrôleur général des institutions financières quand le Crédit Lyonnais vendait son âme et ses actifs à des faiseurs californiens ? Il valida les comptes de la dite banque et pour avoir fermé les yeux obtint la récompense que vous savez !

25 ans plus tard il fait montre de la même clairvoyance face à la créativité des comptables grecques !  Rarement banquier aura manqué à ce point de nez ! Faut dire qu’à la BCE on a aucune responsabilité, puisque le statut vous rend indépendant des États qui vous ont nommé.

Ce triste personnage doit connaître bien des secrets dont la révélation dérangerait, pour survivre en exhibant une telle incompétence. La Grèce est mal barrée.

 
Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 21:53
Merci les grecs ! A notre porte une étude de cas, comme on les enseigne dans les business schools. La Grèce développe en modèle réduit le syndrome qui peut frapper tous les pays qui vivent au dessus de leurs moyens. Le notre en particulier. La crise que subit la Grèce ne doit rien  aux sub primes, rien aux traders : c’est le contre exemple qui ruine la belle rhétorique des gouvernants : les américains en offrant des facilités de prêts aux moins favorisés (sub primes ) et en créant des produits dérivés (titrisation) ont – pour satisfaire la cupidité de leurs traders -  causé la crise que nous traversons.

Faux !

La Grèce ne peut plus faire face à ses dettes parce qu’elle n’a plus accès à la planche à billets, contrairement à la France des années 50. Immergé dans un système qui la protège elle a pu faire illusion en présentant des faux bilans. Une dévaluation aurait il y a quelques années remis les compteurs à zéro, ruiné les rentiers, aggravé les inégalités et relancé l’économie au profit des apôtres du libéralisme.

La Grèce ne peut entraîner la faillite de l’Euro vu le poids epsilonnesque de son économie dans cette zone. Cette crise inquiète seulement parce qu’elle anticipe les problèmes que l’on va retrouver en Espagne, en Italie, en France pour ne citer que quelques uns des pays qui depuis des lustres dépensent plus qu’ils ne produisent. Le poids des déficits accumulés par tous ses Etats ne peut plus être gommé par l’inflation. Les déficits doivent un jour où l’autre être payés par un réajustement des parités, c’est à dire par une dévaluation : donc un appauvrissement.

Toute la finance virtuelle et les bulles qui se créent ici ou là ne peuvent masquer l’implacable loi du marché : ceux qui prêtent ne le font qu’à ceux qui peuvent rembourser en valeurs bien réelles et non pas en monkey money ! Et les pays en déficit structurel sont condamnés à emprunter.

Merci à la Grèce de rappeler ces évidence dignes d’un cours d’économie pour CP !

 
Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 22:14
gav-copie-1.jpg
Un film pour beaucoup, une polémique récurrente pour les habitués des plateaux télé et une expérience cuisante pour le signataire de ce billet. La rhétorique policière selon laquelle la garde à vue est une protection offerte au présumé délinquant n’est qu’une hypocrisie professée par les tenants du tout sécuritaire. Pour l’avoir entendue dans des circonstances nécessairement pénibles, cette dialectique est abjecte.

Alors apprendre que des gamines de 14 ans ont bénéficié de ce régime suscite une double interrogation.

1) La formation des personnels de police comporte-t-elle des lacunes telles que des violations flagrantes du plus élémentaire bon sens puissent être commises par tout un système? Une garde à vue implique l’accord tacite de plusieurs fonctionnaires et de quelques OPJ. Ce ne peut être une bavure individuelle. C’est nécessairement entérinée par la hiérarchie .

2) Mesure-t-on le traumatisme que les enfants mis en garde à vue vont subir  ? Puisque rien ne pourra l’effacer cela ne relève-t-il pas du sadisme si les faits incriminés ne sont que délictueux. S’ils sont monstrueux, ce qui est heureusement rarissime l’enfant relève alors de la psychiatrie.

Il n’est pas question de revendiquer un quelconque angélisme et les faits dont des enfants ont à rendre compte pourront être condamnés par des juridictions spécialisées. Mais la mise en garde à vue, insupportable pour tout un chacun car laissée à la seule appréciation de fonctionnaires de police toujours couverts par leur hiérarchie, devient odieuse quand elle est infligée à des enfants en négation de la formule célèbre :

habeas corpus ad subjiciendum et recipiendum !



Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 21:58
melenchon.jpg
Un air de nostalgie soufflait sur le grand jury. Un souffle d’air façon les années 50 quand l’avenir radieux de l’humanité était porté par les ouvriers qui pointaient au PC. Dans le rôle du néo communiste qui ne transige pas avec les valeurs démocratiques et républicaines Mélenchon ne craint personne : il est même sympathique, ne transige ni avec le voile ni avec la burka et laisse aux électeurs le soin de décider si par miracle son groupuscule peut atteindre les fatidiques 5 % !

Si vous êtes dans cette catégorie socio professionnelle qui ne possède ni les rudiments de culture économique, ni le moindre gène paysan porteur du bon sens populaire, vous êtes accessible à la dialectique charmeuse façon Mélenchon : fermeture des frontières, des bourses et des centrales nucléaires pour marquer le territoire. Nationaliser Airbus pour produire des avions comme avant que les financiers ne se mêlent de cette affaire, même au détriment des enseignements du Grenelle de l’environnement. Taxer le capital pour aligner les retraites du privé sur celles des fonctionnaires. Peu lui importe que cela ne puisse se faire qu’une fois, alors que les retraites sont versées tous les ans…

A tout mélanger avec talent Mélenchon laisse accroire qu’avec des yaka et des faukon les problèmes difficiles sont solubles dans le crypto communisme dont il est le talentueux porte voix. Et il a raison de briser le mythe d’une équité immanente dont tour à tour la droite et la gauche seraient les dépositaires.  Il ne peut y avoir de tabou quand le modèle conduit à verser des retraites indécentes, à ne pas taxer des gains insolents.

Mais passer sous silence que sa politique – même si elle est globalement cohérente - conduirait à exclure le pays de la mondialisation, à l’isoler et à le sanctuariser annihilant 50 ans d’ouverture sur le monde c’est pire qu’un mensonge par omission, c’est une imposture. Quel jeune français aujourd’hui accepterait pour préserver sa retraite de se recroqueviller dans l’hexagone, de se fermer au « monde » ?



Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
6 février 2010 6 06 /02 /février /2010 21:45
perrier.jpgPerrier Toyota : tout semble les séparer, un produit d’une biblique simplicité vs un produit de haute technologie. Pourtant à quelques 20 ans d’écart l’ex roi de l’eau gazeuse et le nouvel empereur de l’automobile  sont confrontés au même désastre industriel sur le marché américain.

L’obligation de rappeler ses
quarts pour le premier, ses voitures pour le second n’est que l’aboutissement d’un processus qui fait de l’EPS* le roi, avant d’en être la victime. – 20 % sur la valorisation de Toyota en quelques jours.

Les mêmes causes produisant les mêmes effets on peut déjà affirmer : que rien ne sera plus comme avant et que le leaderstoyota.jpghip de Toyota est perdu pour longtemps. Perrier n'a jamais retrouvé sa position d'avant l'accident.

Nul ne songe à reprocher aux concurrents en embuscade de s’engouffrer dans la brèche, d’autant que rien ne les met à l’abri d’un revers de fortune.

Les leçons de l’échec seront –elles tirées ? Alors qu’un patient travail de fourmi avait permis à Toyota de détrôner le colosse de Detroit sa précipitation à asseoir sa suprématie lui a fait abandonner les méthodes qui avaient fait son succès. C’est une contre révolution qu’il faudra mener pour redonner aux valeurs d’antan le poids qui leur a récemment manqué aboutissant aux conséquences désastreuses que l’on sait. Une contre révolution ne réussit jamais avec les équipes qui ont conduit à la nécessité d'un renversement. Voir le système banquaire pour ceux qui en douteraient.

L’arrogance est semble-t-il le vice caché qui défait les leaders. Kodak n’existe plus, IBM n’est pas même l’ombre de ce qu’il fut, On ne parle plus de MicroSoft déjà en route pour les oubliettes. Apple et Google sont sur la liste des prochaines victimes du fléau qui entraîne, plus que la maximisation de l’EPS, les sociétés vers le déclin.

Peut-on réussir et rester humble ? C’est la question shakespearienne qui se pose aux leaders.



* Earning per share


Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 22:12
Les sondages se suivent et l’hypothèse d’une très large victoire de la gauche aux régionales, se succédant à elle même dans la quasi totalité des régions, est vraisemblable.

La gauche n’existe plus au niveau planétaire, où quelques vestiges du communisme ne survivent plus que dans des ilots militarisés, sauf à mettre dans cette catégorie une poignée de leaders charismatiques, plus bateleurs qu’idéologues. Chavez étant emblématique.

L’Europe s’est donné un parlement de droite pas plus tard qu’en 2009 en envoyant à Strasbourg une forte majorité issue de 27 pays pour conduire une politique libérale à l’opposé du dogme socialiste.

En 1995 la France a fermé la parenthèse de gauche ouverte en 1981 Les tentatives de retour d’un président socialiste se sont heurtées à une réalité incontournable :  les forces conservatrices sont surnuméraires chez les français quand il s’agit d’élire le premier d’entre eux.

Alors que signifie qu’au niveau des régions le même électorat préfére la rhétorique socialiste qu’elle rejette quand il s’agit de gérer le pays ?

Certains incrimineront le mode de scrutin, mais quand on cumule les suffrages il apparaît clairement qu’en cas de présidentiel le cumul de voix est majoritairement de droite alors qu’aux régionales les voix de gauche l’emportent spectaculairement.

L’électeur est-il versatile, à moins que sincèrement il croit aux vertus sociales pour l’échelon local et considère les candidats de droite plus susceptibles de défendre l’état ou la nation ?

Autre hypothèse, peu importe l’idéologie, la présidentielle se jouerait sur une affinité ente le peuple et le prétendant au poste suprême, relation intuitu personae qui n’aurait pas d’équivalent dans les élections locales ? Et les candidats de droite auraient cette qualité d’empathie manquant à ceux de gauche – à l’exception de Mitterrand qui n’aurait pas laissé de descendant…

Dernière hypothèse : si tout simplement à gauche les promesses des élus de proximité semblaient plus crédibles que celles de leurs présidentiables.  A ce jeu là les prétentions socialistes de changer le monde pour le mettre au diapason gaulois souffrirait d’un manque cruel de crédibilité, alors que celui de changer la vie de la région paraitrait plausible ?

Il doit quand même il y avoir une bonne raison !

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 21:39
Thuram_Racisme002.jpg20.000€ l’heure c’est le tarif syndical du camarade Thuram. C’est 2.850 fois le revenu horaire d’un OS. Un guadelou P1 qui apporte la preuve qu’il n’y a pas de discrimination due à la religion, au sexe ou à l’origine ethnique dans ce pays, ça mérite une prime ! Mr. Thuram qui joue intello de gauche sur le terrain vient de marquer contre son camp.

Ce fils d’esclave, et enfant de la balle fait son beurre dans la dénonciation de la discrimination. Il est donc d’accord avec son ami Frèche qui s’étonnait que l’équipe de France laisse autant de place aux blancs de souche sur le banc de touche.

La repentance comme fille du péché originel, le métissage comme fils de la Faute des colonisateurs c’est le crypto racisme imposé par la bienpensance des nouveaux ayatollahs post soixante huit tard dont Mr Thuram est le porte drapeau.

A 20.000 € l’ heure de causerie devant des lycéens sur les dangers du racisme, ça laisse à ce dernier de beaux jours devant lui. Mr et mme le Pen l’en remercient.


Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 21:41
Pour avoir oublié que l’on était tous des morts vivants Roselyne Bachelot doit faire face à une fronde inattendue.

Imaginez que l’engorgement du réseau routier annoncé par Bison futé n’ait pas eu lieu, tous viendraient moquer la préscience mise en défaut de notre urus gaulois tout en se félicitant de n’avoir pas subi les encombrements anticipés.

Imaginez le million de personnes promis statistiquement à une mort certaine suite au virus H1N1, surpris d’être toujours en vie, elles n’auront de cesse de moquer l’incongruité des mesures prophylactiques dont elles peuvent témoigner de l’inutilité

Il eut mieux valu pour notre ministre que la pandémie éradique quelques millions de français surnuméraires. La crise de l’emploi eut été balayée, et surtout les absents n’auraient pas manifesté !

Conclusion pour le prochain ministre de la santé, plus une pandémie fait de victimes moins on a de problèmes à gérer.

Diagoras avait développé ce paradoxe il y a bien longtemps. 100 % des naufragés remerciant les dieux ont été secourus à temps.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article