Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 10:44

Ce n’est qu’une première salve mais le tir est ciblé : la mégère du PS et son pacsé. Mélenchon et Vals sans faire partie du premier cercle ne sont pas des seconds couteaux. Haro sur Ségo et dégât collatéral : Hollande.


La reprise des hostilités pourra-t-elle attendre le soir du second tour ? Rien n’est moins sûr. La tentative avortée de rallier le béarnais a mis les éléphants en émoi. Aller marchander quelques voix auprès du solitaire du Modem quand on prétend diriger l’opposition : c’est un aveu de faiblesse, c’est une erreur grossière car, perdu pour perdu, les deux ou trois sièges qu’elle pourrait récupérer par ce voyage à Canossa n’empêcheront pas la déculottée annoncée.


Alors quelle mouche l’a piquée pour téléphoner à Bayrou sans consulter les instances du PS?


Le plaisir de montrer qu’elle est indépendante, qu’elle ne doit rien à personne et qu’elle trace son sillon sans se préoccuper du parti, de ses caciques et de ses éléphants. C’est une stratégie de l’improvisation, de l’impulsivité : c’est la confirmation que Mme Royal était une candidate incapable de construire un projet dans la durée.


Elle failli à regrouper sur son nom une majorité, l’Histoire va avancer, elle restera pour la gauche celle qui l’a faite échouer là où tout autre candidat rose pouvait prétendre s’installer à l’Elysée.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 09:10

La dernière de ses illusions vient de s’évanouir : le pouvoir des faibles, la capacité de nuisance lui a été refusée par les électeurs. Bayrou est nu, solitaire tel le ver.


Pour avoir raillé dès les premiers jours la grenouille qui se prenait pour le bœuf, pour avoir souligné la vacuité de sa pensée et établi l’irresponsabilité de stratégie on est fondé à se féliciter de la chute d’un illusionniste.


Rien de plus politicien que la démarche de se soit-disant novateur, refusant d’affronter la vérité du paysage politique, se complaisant inlassablement dans la langue de bois dont il reprochait à ses adversaires l’usage inconsidéré.


Jamais on ne saura pour qui il vota au second tour, jamais on ne saura vers quels candidats il aurait orienté ses électeurs si d’aventure les urnes lui avaient donné le pouvoir de se maintenir dans des triangulaires. Sur tous ses sujets et bien d’autres, le béarnais a éludé les questions, qui disait-il ne se posaient pas puisqu’il serait second !


Patatras. Les français, un instant attirés par un boniment bon enfant ont réalisé que le mystificateur ne roulait que pour lui. Bayrou ne s’intéresse pas aux français, Bayrou est avide de pouvoir solitaire. Il a gagné la solitude et perdu tout espoir de pouvoir, même celui de nuire : la morale est sauve.


Inutile en revanche d’attendre de cet homo politicus un début d’auto critique. Il a prévenu : « les français ont eu tort et bientôt s’en mordront les doigts ». Ce n’est pas dans l’auto flagellation que sombrera le béarnais, pas plus que dans l’auto dérision. Il lui reste l’auto satisfaction solitaire.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
1 juin 2007 5 01 /06 /juin /2007 10:02

La biométrie fait débat. La détection des caractères identitaires par des technologies accessibles à tout un chacun donne des possibilités de détournement à des fins liberticides de ces nouveaux outils.


Alors la question mille fois ressassée : faut-il interdire l’outil dont l’usage ne peut être contrôlé ? et la réponse mille et une fois rabâchée : l’outil est neutre c’est l’homme qui en fait l’instrument du progrès ou de la servitude. On s’étonne dès lors que le président du comité d’éthique réveille ce débat au sujet des outils de biométrie dont l’intérêt semble consacré par la difficulté qu’ils ont à être contrefait. Une signature biométrique donne une certitude sur l’identité qui n’est pas – à ce jour - contestable.


La dérive n’en est pas moins possible : flicage et intrusion dans la vie privée par exemple. Moins connu mais tout autant possible l’utilisation de ces données à des fins médicales. L’environnement, le mode de vie sont les facteurs déclenchants de nombreuses pathologies chez des individus présentant des prédispositions. La connaissance de ces risques et le développement de thérapies passe par la création de base de données statistiques. Et rien de plus simple que de collecter ces données à partir des outils biométriques. Les corrélations entre toutes ces informations suggèrent des axes de recherche qui peuvent donner lieu à validation puis aux développements de recherches plus approfondies. La génétique depuis la mise en évidence des critères de susceptibilité donne des espoirs à des patients que la médecine traditionnelle laissait au bord du chemin.


Les réserves du Comité National d'Ethique (CCNE) quant à l’utilisation des données individuelles pour améliorer notre connaissance des risques aux quels nous sommes soumis ont causé dans ce pays un retard certain par rapport aux pays voisins. L’Angleterre, par exemple, utilise ces techniques « liberticides » sans réserve et fait dans le domaine de la médecine des avancées spectaculaires.


La neutralité de l’outil y est érigée au rang de dogme et la liberté d’opinion y est respectée tout autant que chez nous. Peut être la perfide Albion a-t-elle des visées hégémoniques et s’apprête-t-elle à utiliser à des fins politiques la connaissance intime des sujets de sa gracieuse majesté. Pendant que nos droits de l’hommistes dissèquent des risques de détournement des informations ainsi collectées, les anglo-saxons s’assurent que leurs avions ne seront pas détournés : à chacun ses priorités.


 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 10:22

Les dollars tombent du ciel, évidemment quand on est dirigeant chez Airbus ou sa maison mère EADS. Et puis si on peut donner un peu d’aide au destin ça ne gâte rien.

 


L’histoire qui n’est pas démentie montre que chez l’avionneur les pilotes connaissaient la situation mieux qu’ils ne le prétendaient. D’un coté c’est plus rassurant de savoir qu’au siège de la société on savait ce qu’y se passait dans les ateliers…prétendre qu’on ignorait tout des ennuis de l’A380 produit phare de la maison avait un coté amateur qui ne rassurait pas les éventuels acquéreurs. Ce fut la thèse défendue par Lagardère, Forgeard et consorts.

 


Elle vient de voler en éclats. Les illusions aussi sur l’éthique qui règne au plus haut niveau de cette organisation. Le délit d’initiés ne concerne pas une brebis galeuse dont l’incompétence et le cynisme n’ont plus de secrets. Non, la société était organisée pour que l’enrichissement des dirigeants soient préservés quelque soient leurs errements. Les mauvaises nouvelles étaient effacées des comptes rendu et la version officielle était exempte des avertissements sur les problèmes industriels et leurs conséquences sur les livraisons et les rentrées d’argent. Il ne fallait surtout ne pas inquiéter les marchés financiers, se sucrer et laisser l’orage passer.

 


Les média furent qu’on a connu plus inquisiteur ne cherchèrent pas à connaître la réalité. Mais Arnaud Lagardère a les moyens de faire taire. Le gendarme de la bourse s’est précipité avec une vélocité de sénateur à l’heure de la sieste. N’a encore rien trouvé !

 


Heureusement qu’une feuille de chou s’est finalement autorisée à publier les faits confirmant les rumeurs. Chez EADS c’est le système qui est dévoyé. Pour permettre aux plus hauts gradés un prompt enrichissement on a institutionnalisé le délit d’initiés.

 


L’actionnaire lambda sera le cocu de l’affaire. Peu importe ce que rembourseront les managers pris la main dans la confiture. Cela ne compensera pas les pertes subies par ceux qui croyaient aux vertus d’un management dont l’Etat décidait de la nomination et qui soit par éthique soit par non information ont perdu en une journée des centaines de fois ce que des patrons voyous se sont attribués.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 10:26

Le message est limpide en cette veille de Pentecôte, c’est à Saintes que Ségolène est ré apparue. Pas le fait du hasard mais plutôt la recherche de l’esprit saint. Et c’est sous forme liquide que l’esprit est descendu : de mémoire de saintais on n’avait rarement vu une telle précipitation…pas chez les électeurs charentais mais en provenance d’un ciel peu propice aux processions de militants.


Ré apparition d’une madone battue qui vient chercher l’onction populaire au coeur de son fief charentais. Après s’être laissée oublier le temps de regonfler des batteries bien raplapla à Djerba, elle semble n’avoir toujours pas compris qu’elle avait planté son camp. Se gargariser de 17 millions de voix c’est oublier que la France est de tous les pays comparables celui où le vainqueur distance le battu d’une aussi grande différence de voix. Aux États-unis, en Allemagne, en Italie … c’est par une majorité de moins de 1% que le vainqueur domine son concurrent. Ici c’est de 6 points !


C’est une défaite qu’elle travestit auprès de son électorat en oubliant qu’au second tour les voix qu’elle a récoltées sont celles qui n’ont pas voulu se porter sur son adversaire plus que celles qui lui sont destinées. Cette récupération mensongère à usage interne au PS est le ver dont les dégâts ont commencé à apparaître au sein de son parti.


On comprend qu’elle soit allée chercher dans cette ville les lumières de l’esprit Saint(es). Malheureusement elle n’y a suscité que le déluge : c’est un mauvais présage pour la suite des évènements.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 21:07

Sans doute n’est ce que de la naïveté, de la candeur. Sûrement est-il fait d’un autre bois, est-il capable d’autres performances que celles du rédacteur de ce billet mais l’interrogation mérite d’être partagée.


Sensé mettre les syndicats au pied du mur, sensé remettre la France au travail, imposer un service minimum dans les monopoles d’état il reçoit les plus obtus des représentant syndicaux et un torrent d’éloges au lieu des tombereaux de purin que ces gens sont accoutumés à déverser.


Existe-t-il une méthode Sarkozy, un moyen sans se déjuger de gagner à sa cause ses plus farouches adversaires ? On le saura bientôt. Et on sera les premiers à célébrer cette capacité à obtenir la reddition de ses plus virulents opposants en leur donnant l’illusion de la victoire. On appelle ça dans l’autre camp : le gagnant gagnant, le cercle vertueux ou quelque chose du même acabit.


Qui peut croire à l’innocence d’un secrétaire général de FO, à la connivence d’un patron de la CFDT  ? Certainement pas les lecteurs habitués de ce blog. Et si ce n’était qu’une astuce pour donner du temps au temps elle aurait rapidement un effet désastreux sur la crédibilité de l’hôte de l’Elysée.  Le mystère est entier car on n’ose pas imaginer que ses électeurs soient les dindons de la farce.


Alors on reste perplexe et on attend de connaître ce qui sortira in fine des négociations aussi bien engagées.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
26 mai 2007 6 26 /05 /mai /2007 09:25

En cette veille de Pentecôte la question mérite d’être posée. Car si beaucoup a été dit sur cet avatar de la politique Raffarin, son illisibilité et le fiasco de son application, il reste, au-delà de cet indéniable gâchis, comme un relent de mal au cœur.


Le piètre résultat des premiers « lundis » a conduit à développer une formule à la carte, indolore pour les fonctionnaires et pour ceux qui bénéficient de RTT et supportée in fine par les salariés des PME et des toutes petites entreprises.


Pire, le pataquès d’un système à deux vitesses conduit à altérer la productivité des entreprises qui auront décidé d’être en activité le lundi de pentecôte. La double peine pour ceux qui vont travailler : c’est l’histoire d’une idée faussement généreuse, qui détournée de sa finalité ne contribue que marginalement au résultat escompté mais accroît les inégalités.


Puisque le temps est à la rupture, il serait sain qu’un homme sage remette à plat ce monument du bétisier national,  pur produit de notre technocratie. Retour à la journée chômée, puisque dans cette république laïque les fêtes religieuses ont encore droit de cité. Et suppression du 8 mai qui, à aucun titre, ne mérite d’être férié et honoré. Si les allemands refluèrent et finirent par capituler ce n’est pas aux armées françaises qu’on le doit, n’en déplaise à ceux qui nous installèrent tardivement dans le camp des vainqueurs.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 18:53

Ce ne sont que des salves d’avertissement. Mais le temps passe à l’orage et les tirs se font plus précis. D’abord le Japon dont on ignore s’il ne recèle pas le fruit d’une oeuvre présidentielle. Ce fut démenti et on ne peut escompter la publication du génotype chriraquien pour le comparer avec celui de tous les fils et filles de l’empire du soleil levant. Seul le sujet ou son géniteur pourrait briser l’omerta. !

 

Puis la découverte en sous produit de l’affaire Clearstream, d’indices d’un compte dans une banque japonaise ne cesse de susciter des échos que les dénégations indignées de l’ex président n’ont pas réussi à arrêter. L’affaire devient embarrassante quand on rapproche le montant du patrimoine déclaré par le chef de l’état à sa sortie de l’Elysée, le 16 mai, de celui de son entrée douze ans plus tôt : ils sont identiques. Qu’a t-il fait des sommes reçues à titre d’ancien maire, d’ancien député, d’ancien ministre, d’ancien… ..  situations qui pour chacune d’entre elles laissent à son titulaire une confortable retraite, sans parler de son traitement de président, alors que tout ses frais étaient pris en charge par le contribuable.  Où est passé l’argent ?

 

Ce pourrait bien être la question existentielle des dernières années de Chirac. Et les réponses qu’à ce jour le président a fourni sont bien peu acceptables dans l’enceinte d’une juridiction dont on imagine mal qu’elle se satisfasse d’un « abracadabrantesque » ou d’un « pschitt » présidentiel.

 

Alors l’assiégé s’organise et des fuites viennent à propos préparer l’opinion à une dérobade de longue durée. Jean Veil, le fils de Simone, est commis : il propose de mettre à l’abri son éminent client pour des raisons de santé. D’autres suggèrent de le mettre à la Santé pour qu’il y soit à l’abri.


Le feuilleton ne manquera pas de nous tenir en haleine. Mitterrand fut sauvé d’un désastre judiciaire par une maladie de longue durée. Chirac – en pleine forme - devra t-il attendre qu’une loi opportune éteigne l’action publique sur ses frasques financières ?

 

La réponse est chez notre président dont on sait tout le bien qu’il pense des amnisties !

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
25 mai 2007 5 25 /05 /mai /2007 16:29

Il tient sa promesse, si tant est que de ne rien faire en soit une ! Il ne vous fera pas cadeau des PV récoltés pendant la période électorale comme cela avait été le cas pour ses prédécesseurs : dura lex, sed lex !

Et tant pis pour les contrevenants qui avaient « omis » de timbrer leurs papillons. Ils auront à payer l’amende et le supplément pour le retard de règlement. Pourquoi en faire cadeau à des délinquants ? Il y a ceux qui galèrent pour stationner en toute légalité, il y a ceux qui marchent, pédalent ou se transportent en commun, alors encourager les mauvais citoyens, les pollueurs resquilleurs qui plus est en les détaxant aurait été inconvenant.


La morale est sauve, les méchants sont punis, juste un peu plus aigris. Ils menacent de protester en votant : c’est d’ailleurs à cela que sert le bulletin. En donnant leur voix à Sarkozy, ils en ont pris pour 5 ans. Et puisque le président refuse l’amnistie aux petits contrevenants, il s’interdit – sous peine de sanction – de contrevenir à ses engagements : Il eut été bien avisé de se souvenir qu’il faut quelque fois faire table rase du passé, remettre les compteurs à zéro.

La morale n’en est pas moins sauve pour autant, dès l’instant où cet effacement des mémoires peut bénéficier à chaque citoyen aléatoirement, voire au président !

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
24 mai 2007 4 24 /05 /mai /2007 09:49

Il y a une certaine candeur à susciter ce débat à la veille des élections. Mais puisqu’un ministre a levé le lièvre, les automobilistes qui se transforment en tortue à la vue des panneaux sont passés à l’offensive.


Quelle mouche a bien pu piquer ce sous ministre pour offenser à quelques jours des législatives le troupeau docile des électeurs qui s’apprêtait à voter UMP ?


Dans le contexte où tout conducteur sait que son permis ne peut résister longtemps aux soustractions de points infligés par les radars, prévenir qu’on ne préviendra plus de leur voisinage est quelque peu provocateur. Pour éviter de se faire piéger il n’est qu’à refuser un blanc seing à ce gouvernement. Et comme Mr Fillon fait obligation  à ses ministres d’obtenir l’onction du suffrage universel, ce candide Bussereau sera – espérons le, automobiliste mes frères -  désavoué.


L’avenir de cette proposition dépend des charentais dont Mr Bussereau fut l’élu de la 4 ème circonscription (Royan). On invite nos lecteurs électeurs de cette circonscription à prendre toutes les dispositions pour que les automobilistes aient toujours le loisir de tomber sur un panneau avant de franchir un radar. Faute de quoi ce sont des légions de piétons qui déambuleront demain sur le bitume de nos autoroutes.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article