Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

2 mars 2007 5 02 /03 /mars /2007 10:56

C’est le rendez vous annuel où ceux qui nous prennent alternativement pour des boeufs, des moutons ou des veaux, font mine de s’intéresser à ce qui se passe dans les champs.


C’est le denier salon où il faut être vu tâtant le cul des vaches avant de caresser l’électorat rural dans le sens du poil. Chirac dont ce sera le der des der ne trouvera pas de sitôt un remplaçant capable d’ingurgiter tête de veau sur cassoulet, choucroute sur aligot tout en vantant une politique malthusienne de défense de nos prés carrés.


Aucun candidat n’a à ce jour fait de l’agriculture un sujet de débat. Et pourtant il faudrait cesser de présenter la PAC comme une panacée et prétendre œuvrer au co-développement, s’inquiéter du sort des pays mal nourris et cocooner nos paysans. Il faudra choisir d’être cohérent.


C’est certainement le dernier salon où l’on cause, mais certainement le seul où il ne fait pas bon causer agriculture et solidarité sans risquer de prendre quelques litres de purin sur le complet veston ou son tailleur Chanel.


Ils iront tous se montrer et s’en iront sur la pointe des pieds sans avoir manifesté la moindre velléité de réformer cette PAC  qui reste, en ce début du 21 ème siècle et en pleine mondialisation, une énorme incongruité.

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 18:24

Le pouvoir d’achat fait débat depuis le début de la campagne. Les chiffres communiqués par l’Insee ne convainquent pas les français qui fréquentent les super marché. La hausse des prix selon l’indice officiel n’excède pas 1 à 2 par an. Le client de Leclerc sera interloqué sait que depuis  le passage à l’euro son caddy s’est alourdi dans des proportions conséquentes, même s’il ignore de combien au juste.


Il existe pourtant une solution pour réconcilier les français avec la vérité des indices, c’est de rendre indépendant l’office qui les produit. Pourquoi l’indice officiel doit-il être soumis à la tutelle à un ministère des finances dont les dénégations, quant aux éventuelles manipulations n’ont aucune prise sur le public.


L’indice officiel ne reflète pas l’évolution du panier de la ménagère. La raison en est simple. Les consommateurs les plus attentifs à l’évolution des prix ne remplissent pas leurs caddies comme des technocrates l’ont concocté, ni comme des habitants de Neuilly, qui n’ont pas pour habitude de compter. Et ce sont les produits courants que les poids lourds de la distribution ont matraqués lors du passage à l’euro au détriment des français les moins aisés.


Un organisme indépendant aurait décelé cette anomalie que l’Insee s’est évertué à camoufler. La frisée aux lardons a vu son prix exploser de plus de 50% alors que le DVD n’a pas vu son coût augmenter. La moyenne des deux n’a pas de signification.


Couper le cordon ombilical entre l’Insee et le gouvernement serait une œuvre de salubrité pour restaurer la confiance dans cet organisme complaisant à l’égard des pouvoirs publics. Qu’il lui ait fallu trois ans pour imaginer un indice personnalisé montre l’inertie de cet établissement public dont le principal mérite est de rendre des services à ceux qui tiennent les cordons de la bourse.


C’est sans doute un détail, mais de ceux qui pourrait montrer la bonne foi des candidats. Alors suggérons leur de s’engager à libérer l’Insee de la tutelle du gouvernement. On pourra seulement alors prétendre à la vérité des prix.

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 13:18

Tel est pris qui croyait prendre ou l’arroseur arrosé : les dictons ne manquent pas pour épingler ce vertueux de la dernière heure qui trouve bien encombrant le chèque reçu de Jean Marie le Pen.


On a le choix entre les menaces de suppression de subventions agitées par les présidents de conseil généraux socialistes aux maires de leur zone d’influence qui parraineraient de « mauvais » candidats, et le chèque de remerciement pour l’association des joueurs de pétanque ou des peintres du dimanche dénoncé par le maire approché par le Pen.


En 2002 le maire de Saint Pierre d'Arthéglise n’a rien trouvé à redire avant de l’encaisser, si ce n’est que ce n’est pas au profit der son compte qu’il avait été émis. En 2007 réalisant sa compromission il joue les pères la vertu, ce qui ne manque pas de piquant !

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 09:52

La plume est facilement critique, surtout en cette période pré électorale où les bévues, les bourdes, les propos inconséquents fleurissent sur les lèvres de ceux qui traquent les suffrages des électeurs, de quelque bord qu’ils soient.


Faisons amende honorable et admettons que tenir le crachoir pendant plus de 4 mois sans commettre un lapsus, émettre une ineptie, ou contredire des propos déjà tenus tiendrait du miracle. Comment éviter la cohorte des scrutateurs qui guettent à longueur de journée le mot imprudent, la petite phrase déplacée, le jugement maladroit, comme celui qui encensa la justice chinoise sans donner dans la langue de bois ?

 
Alors rendons hommage à nos candidats qui sur la distance ne se comporte pas si mal. Et qui tous les matins doivent trouver quelque chose à ajouter, donner leur pâtée à la meute des  journalistes affamés et ainsi bénéficier de quelques minutes d’attention lors du JT quotidien.


Et pour les assister ils disposent de larbins dont c’est le métier à plein temps, sans RTT ni trente cinq heures. Ils ne comptent pas leurs heures supplémentaires. Ils peuvent se faire virer sans préavis, sans indemnités pour compenser sa perte de notoriété pour une perle mal inspirée.


C’est la grandeur et la servitude de ces éminents courtisans que sont les portes paroles. Ils s’effacent derrière le candidat après avoir usé leur brosse à reluire. Pour services rendus ils espèrent à la fin du parcours récupérer quelques miettes. Enfin, pour ceux qui auront misé sur le bon canasson.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 13:22

Un four industriel et une élection présidentielle : cela fait rarement bon ménage. C’est même, un accident majeur ce « trou d’air béant » dans le quel plonge EADS. Même Peter n’avait pu imaginer un cas aussi frappant de son principe d’incompétence. En 2006 une équipe dépassée par les enjeux, les choix technologiques, les problèmes de gouvernance de son organisation mais maintenue contre toute vraisemblance par copinage avec Chirac pour services rendus. Le fils d’un tycoon parvenu au sommet pour cause de décès et Airbus, le fleuron de l’industrie aérospatiale en perte de contrôle sur son vaisseau amiral : l’A380.

Alors les politiques quittent le terrain des petites phrases et chacun y va de son remède. Aucun, n’a jamais tenu les commandes d’une entreprise d’industrielle, ne sait ce comment se conquiert un marché, comment s’organise une entreprise multinationale, mais ils y vont de leur couplets.

Cela laisse mal augurer de leur capacité à reconnaître leur incompétence, à laisser les professionnels s’emparer des dossiers et à gérer les destinées d’un pays quand sur le premier dossier ils retombent dans les ornières qui ont fait le désastre industriel qu’il s’agit de réparer.

Seul Sarkozy s’estime incompétent, mais pour combien de temps. On ne lui donne pas longtemps pour retrouver les accents de l’interventionnisme dont aucun dirigeant de ce pays, depuis Colbert, ne s’est longtemps départi.

Ce télescopage entre deux évènements parfaitement indépendants est un test grandeur nature de l’éventuel clivage entre les candidats. Le libéral et le socialiste. A moins que seule l’épaisseur d’un papier à cigarette ne sépare les positions des prétendants. L’avenir proche nous le dira.

 

 

lire aussi : Europe : le contre exemple

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 09:20

A quand le prochain coup bas ?

Le Canard n’est jamais aussi bien informé que lorsque les candidats de droite sont bien placés. Souvenez vous : les diamants de Bokassa, la feuille d’impôt de Chaban ou l’appartement de Juppé...


C’est assez satisfaisant de penser que le ministre candidat n’est pas dénué de qualité de négociateur. Puisqu’il a su obtenir pour sa petite personne – si tant est que les faits soient avérés – des avantages réguliers mais non négligeables on peut espérer qu’il mettra, le jour venu, son talent au service des intérêts de la France. A ce petit jeu là il sort plutôt sympathique de cette révélation.


Mais le message est plus pervers, c’est le soupçon d’influence que le Canard veut instiller. L’idée qu’il aurait profité d’un retour d’ascenseur d’un promoteur  bien en cour à la mairie de Neuilly, qui l’aurait récompensé pour services rendus en toute légalité.


L’absence de preuve n’étant pas la preuve de l’absence : le soupçon perdurera quels que soit les démentis des personnages concernés.


On remarquera qu’en terme d’influence le canard est mal placé pour donner des leçons lui qui fait commerce de la sienne pour déstabiliser les personnages qui n’ont pas l’heur de lui plaire.


Silencieux sur les feuilles de paie du couple Royal ou sur leur patrimoine immobilier il permet au ministre de l’intérieur de faire litière des accusations de censure de la presse qui lui a souvent été faite

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 09:23

Sur TF1 Mr Bayrou a encore enfoncé le clou. S’il est élu, ce dont il affirme ne pas douter, il gouvernera pour les français de droite comme pour les français de gauche. Il les rassemblera.


D’ailleurs n’est-il pas bien placé pour nous expliquer que le centre c’est le mouvement, lui le ministre de plusieurs gouvernements, le député depuis plus de 30 ans. Son palmarès prêche pour son engagement à faire bouger une France encalminée par la lourdeur de ses certitudes.


Le meilleur modèle social, le pays dont le « monde entier » envie le système d’assurance maladie pourrait-elle être remise en marche par celui qui ministre de l’2ducation nationale découvre que l’illettrisme fait des ravages. Illettrisme que le futur président s’engage à éradiquer en 3 ans alors que ministre pendant 4 ans il n’a rien pu faire pour en venir à bout. C’est que Monsieur Bayrou veut gouverner avec les syndicats, dont chacun sait le goût prononcé qu’ils ont pour les réformes, le changement et l’abrogation des situations acquises.


Le ministre à l’impuissance revendiquée deviendrait un président performant. Il ne souffrirait plus de ce trouble de l’élection qui semble l’avoir paralysé chaque fois qu’il était aux responsabilités.


Monsieur Bayrou ment quand il prétend qu’il a changé. Il est fonctionnaire, n’a jamais été que fonctionnaire et ne sait parler qu’à des gens en demande d’assistance. Il en a administré la preuve tout au long de sa carrière politique, ce ne sont pas les quelques pilules de jouvence qu’il prétend avoir ingurgité qui transformerons le petit professeur en homme d’Etat.

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 14:44

D’un même élan, les candidats prônent la non discrimination, l’égalité des chances et autres bons sentiments. Qui pourrait s’opposer à un tel objectif ? Ni les vrais républicains, ni les faux démocrates, ni les bons chrétiens, ni aucun de  ceux qui un jour ont cru à cette devise bien désuète : liberté égalité fraternité.

Peut être nous faut-il de temps à autre dépoussiérer nos vieux ornements. Ce ne sont ni les germains, ni les autrichiens qui renieraient leur fières devises, ni les américains qui se sont mis hors du temps en invoquant Dieu, ni même ces perfides anglais qui livrent une morale intemporelle à la quelle nous ne pouvons objecter. Mais que dire de notre devise si ce n’est qu’elle fleure bon le ringard franchouillard.

 

Liberté ; Qui peut l’invoquer sans se souvenir qu'en son nom tant de crimes ont été commis ? Elle n'est pas même contestée à ceux qui nous en amputent quand ils en font un usage qui empiète sur celle de leur contradicteurs. 

Egalité ; C'est un mythe hérité du siècle des Lumières et vidé de tout contenu depuis que ces Lumières se sont paisiblement éteintes. Associée à la chance elle reste très hypothétique. C’est l’archétype d’une abstraction dont les mathématiques se sont emparées et qu’on devrait leur laisser tant elle est impuissante à représenter tout autre réalité.

Fraternité ; Qui l’a déjà rencontrée ? Ce n’est ni l’amitié ni le copinage, mais cet élan qui l’espace d’un conflit rend frères d’armes ; on comprend qu’elle fut partagée par les paysans soldats va-nu-pieds qui boutèrent à Valmy les coalisés et gagna à ce titre le droit de figurer sur les frontispices de toutes nos mairies.

 

Notre devise issue de l’euphorie révolutionnaire ne reflète pas plus l’idéal citoyen de notre temps que les paroles vengeresses de notre hymne national n'ont de sens dans une enceinte sportive et pacifique. 

Comment lutter conte la discrimination sans entorse à la liberté. Puisque la discrimination résulte de la différence et que la différentiation est à l’origine de tout ce qui est de l’ordre du vivant, lutter contre la discrimination c’est imposer un ordre artificiel au profit de ceux qui la revendiquent. Les américains pionniers dans cette démarche en ont vite mesuré la perversité et ce n’est pas la querelle sémantique sur le fait qu’elle soit ou non positive qui change l’essence du débat.

 

La nature est inégalitaire, nous sommes tous différents, beaux, riches intelligents quand ce n’est pas tout le contraire. Certains sont plus égaux, paient plus d’impôts, sont mieux portants, cotisent tout autant, sont plus futés et trouvent toujours à être employés. Il faut que cela cesse !

De grâce, qu’une Haute Autorité lutte contre ces scandaleuses discriminations que l’on soit enfin tous égaux, tous chômeurs, tous malades, tous indigents mais surtout qu’on élise le Meilleur président. Sans pitié pour les perdants !

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 21:26

En franglais, erreur de timing, c’est quand même plus parlant.


Même les meilleurs peuvent se tromper. L’essentiel c’est d’arriver à point, peu importe le tempo, peu importe les mouvements du yoyo, c’est le 22 avril qu’il lui faut c’est être au plus haut.


A cette aune là on peut porter un jugement critique sur les choix de Nicolas. Après avoir monopolisé les média en janvier, ce qui lui valut les sondages que l’on sait, il a disparu en février laissant le champ libre à la concurrence.


C’est l’erreur classique qui n’épargne aucun des favoris, voir Balladur, Jospin qui en leur temps furent donnés vainqueurs.


Etonnant qu’il puisse se trouver encore des candidats pour rejouer le même scénario. Et pourtant Sarko a chuté de 5 points en quelques heures ! Il a sufi d’une prestation pour inverser un mouvement qu’imprudemment il avait jugé gagnant. Seulement son temps de parole est compté ; l’électorat est volatile et c’est celui qui le dernier impressionnera le troupeau des indécis qui sera promu Président.


C’est ce à quoi le quinquennat conduit. A ce simulacre de débat où l’avenir du pays se joue non sur la stature des prétendants, mais sur le tirage au sort de l’ordre des participants à une émission de télé réalité.


A ce jeu là, Nicolas sort aujourd’hui perdant. Il a deux mois pour montrer sa maîtrise de l’agenda des média.

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
24 février 2007 6 24 /02 /février /2007 10:00

Le canal saint Martin va-t-il devenir l’église saint Bernard des sans abris ? Cette église qu’il avait fallu évacuer manu militari parce qu’elle était squattée par des immigrés.


L’affaire prend de l’ampleur avec le refus des SDF de déménager dans les lieux  mis à leur disposition par les pouvoirs publics. Trop éloignée, mal équipée, environnement militarisé, les raisons ne manquent pas pour critiquer le transfert à l’ancienne caserne de Nogent. Il est clair que les occupants des tentes disposées le long du canal font monter la pression. A peine relogés, ils sont remplacés par d’autres SDF venant chercher l’espoir d’une meilleure solution. La pompe est alimentée, le flux va grossissant et les exigences à l’avenant.


C’est bien là le problème des solutions compassionnelles. On verse une larme sur des situations intolérables, on fixe les projecteurs sur les cas emblématiques aussitôt exploités par les marchands d’illusion aux desseins politiques rarement avoués.


Il eut été facile de prendre le problème par le bon bout. Libérer les places d’accueil en nombre suffisant et y placer les sans abri en appliquant la loi qui interdit vagabondage, mendicité et couchage sur la voie publique.


Maintenant qu’ils se sont laissés déborder, les pouvoirs publics, en cette veille d’élection, hésiteront à nettoyer les abords du canal St martin et les SDF dûment instrumentalisés par des apprentis sorciers aggraveront leur prétentions. Au point de désavouer les enfants de don Quichotte qui découvrent à leurs dépens qu’on peut toujours être doublé par plus royaliste que soi.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article