Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 21:14

Il fut emblématique de cette collusion qui l’espace d’une génération a dévoyé les meilleurs des français. Il fut haut fonctionnaire, résistant, préfet, ministre. La participation de Maurice Papon à la déportation des juifs fut occultée parce qu’il faisait partie de l’establishment. La France d’après l’occupation n’était ni blanche ni noire, en grande majorité elle avait été grise.


Seulement comme secrétaire général de la préfecture de la Gironde il avait un pouvoir de nuisance que le français moyen n’aura jamais. Et ce pouvoir de nuisance il en a usé, abusé. Il a sciemment envoyé des français se faire exterminer. Et il s’en est tiré !


Rattrapé par une vérité qu’il n’a pas eu le courage d’affronter il s’est essayé au rôle de victime. Pathétique, sans un mot pour les déportés, pour les familles de ses victimes, il a nargué la mémoire collective comme si l’amnésie l’avait frappé.


Usant et abusant des moyens de droit pour retarder sa pitoyable descente aux enfers il restera l’homme que de Gaulle a épargné. Il n’y eut pas que Mitterrand pour avoir un Bousquet.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 19:45

Bonnes Feuilles

 

Ouvrir ce livre* c’est emprunter une véritable machine à remonter le temps. C’est à un voyage au pays de nos ancêtres que nous invite l’ouvrage de Jean Louis Beaucarnot. Une exploration des aspects les plus courants de la vie quotidienne, les plus cocasses aussi quand n’existait ni eau sur le robinet, ni électricité, ni téléphone, ni internet.


Et ça se passait comme ça il y a  moins de 150 ans. Nos modes de vie ont plus changé en l’espace d’un siècle et demi que lors des 10 siècles précédents. Ce qui a forgé notre identité, nos us et habitudes, est passé au peigne fin. Nos sports, nos repas, nos fêtes comme nos l’expression de nos chagrins trouvent leur racine dans les traditions forgées par nos ancêtres. Beaucarnot nous livre la clé permettant d’entrevoir ce que la vie pouvait offrir à tous ceux qui nous précédèrent sur la bonne terre de France. C’était pas rose tous les jours, c’était même très souvent harassant, pénible et sans espoir d’une quelconque amélioration.


Et pourtant c’est cet horizon vers le quel certains aimeraient nous ramener. Cette vie moyenâgeuse c’est le futur que nous prépare les petits hommes verts, les disciples de Hulot, de Voynet et autre Bové.


Un monde où la nature aurait repris ses droits, où l’énergie ne serait plus qu’animale, où l’eau n’arriverait plus au robinet, où le char à banc remplacerait l’auto et la télé serait remplacée par la veillée avec les aïeux.


Saine lecture que celle de « Comment vivaient nos ancêtres » pour ceux qui s’apprêtent à apporter leur voix aux verts. Mieux qu’un programme électoral les 400 pages de cet ouvrage ! Vous saurez enfin tout ce qu’il faut savoir sur les écolos et qu’ils n'ont jamais oser vous raconter.

 

 

 * Comment vivaient nos ancêtres ?  Jean-Louis Beaucarnot.  JC Lattès

 

Repost 0
Published by Candide - dans Ecologie
commenter cet article
17 février 2007 6 17 /02 /février /2007 13:29

 

C’est une réplique promise à notoriété. « Besson, connais pas ! »

Il ne s’agit pas d’indifférence, de désinvolture, de dédain ou d’arrogance, il est question de respect humain, d’éducation, de civilité, enfin de tout ce qui fait la différence entre ceux que l’on a éduqué et ceux qui n’ont été que nourris.


Madame Royal est un brillant spécimen de cette dernière catégorie. Un total manque d’éducation, un vernis policé et une nature de loup, pour laquelle l’homme n’est qu’un loup pour l’homme. C’est à celui qui dévore le premier.


A ce jeu là Mme Royal a gagné ses lettres de noblesse. Elle a croqué, humilié, bafoué et répandu tant de haine que la meute de ceux qu’elle a blessés est en train de la rattraper.


On ne donne pas cher de sa dépouille le jour où ils déclencheront l’hallali. Ils lui tomberont dessus, se jetteront sur sa carcasse et s’en partageront les lambeaux.


Les menaces de Besson résonnent comme le son du cor dans une chasse Royal. Il ne sera pas le dernier sur sa proie. Il le fait savoir avec éclat.

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 20:23

La mauvaise passe continue. Les sondages n’indiquent aucun frémissement. Les couacs succèdent aux couacs. Certains dans la presse ont décidé de ne pas tirer sur une ambulance.
C’est le cas du Monde qui s’inquiète en première page du coût des promesses de Sarkozy.

Elles susciteraient débat à l’UMP où en l’absence du grand chef, occupé en Réunion, ses conseillers discuteraient du bien fondé de certaines sucettes.

La propension des candidats à les distribuer avant de remporter les élections a atteint son paroxysme avec Bové qui ne donne pas dans la demi mesure et octroie 160 milliards d’€ en cadeaux divers et variés.

A l’UMP on reste raisonnable avec 35 Milliards. Mais ce sont surtout les 4% de baisse des prélèvements qui apparaissent problématiques. L’échéance à la quelle cet objectif pourrait être atteint mérite d’être revue. C’est une erreur de s’être donné 5 ans pour l’atteindre, c’est du pain béni pour les opposants et c’est prêter le flanc à la critique même que l’on a de cesse d’adresser à ceux d’en face : l’irréalisme des propositions.

On ne peut s’étonner que les porte-parole de la candidate s’en saisissent pour détourner les regards de sa situation délicate, mais on aurait été plus avisé de ne pas offrir de telles munitions à des adversaires qui n’en espéraient pas tant.

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 11:39

Les candidats sont-ils amnésiques ou d'indécrottables utopistes ? Question pertinente après avoir entendu leur porte parole plaider pour la construction d’un porte avion européen.

Ignorant des enjeux de la construction de ce deuxième « Charles de Gaulle » aux déboires lointains, monsieur Tout le monde ne manquera pas de remarquer que le pilotage d’un bâtiment de guerre ça ne se partage pas. Le cogérer avec d’autres pays, que ce soit les anglais, ou davantage de pays européens signifierait un accord sur les politiques étrangères menées en Europe.

Alors à ceux dont la mémoire défaille on rappellera que la France et l'Angleterre se sont opposés méchamment, lors de la guerre des Malouines, par missiles interposés et plus récemment sur l’invasion de l’Irak que la France a fermement condamné et où les anglais sont enlisés.

Que serait devenu le porte avions dans les deux cas pré cités ?

Aurait –il été mis en colocation, la moitié de son pont affecté à des avions pour défendre les Malouines, pendant que sur l’autre partie du pont les avions attaquaient les Falkland ?

La mise en commun de moyens militaires n'est pas à l'ordre du jour d'une Europe  sans politique commune. Alors les candidats qui se prononcent pour la construction de ce batiment avec d'autres pays mettent la charrue devant les boeufs. Sans même parler de l'aspect budgétaire, car faire payer cet équipement par l'Europe implique d'avoir transféré son financement depuis les Etats membres, sans occulter le fait que si tous les Etats se sentent concernés, ce ne sera plus un seul porte avion qu'il faudra fabriquer, mais un nombre aujourd'hui indéterminé...

Cette discussion sur le deuxième porte avion est bien prématurée.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
16 février 2007 5 16 /02 /février /2007 09:45
Duhamel forcé de quitter la scène médiatique suite à une bévue dont il est coutumier. Déjà il avait dû abandonner son micro de commentateur pour avoir servi la soupe à Jospin aux présidentielles de 2002. Aujourd’hui c’est son soutien affiché au béarnais qui lui vaut d’être mis au piquet, piégé à l’insu de son plein gré par une vidéo lors d’une réunion à Sciences Po.

Intéressante situation qui semble dénier à un journaliste le droit d’avoir sa propre opinion. Qui croirait que ceux qui nous commentent l’actualité n’ont pas de préférence partisane ? Alors doivent-ils tous cesser de nous informer ?

La sanction qui frappe Duhamel met en lumière l’hypocrisie d’un système où l’affichage de la préférence passe pour un manque d’objectivité. A écouter comment les journalistes traitent Le Pen et le "danger qu’il véhicule" (sic) et cire les galoches de Bové – comme si c’était un petit sain - on peut légitimement douter de l’absence de parti pris dans cette corporation.

Alors l’honnêteté ne commanderait-elle pas que chaque journaliste commentateur soit invité à préciser le nom du candidat de leur choix et à les laisser exercer leur talent, connaissant où va leur penchant ?
Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 21:32

Bizarre, étrange et certainement fortuît. Le jour même où un député PS, un certain Besson, claque la porte de l’équipe Royal pour d’obscures raisons de chiffrage de son programme électoral, Suez, le groupe énergétique franco belge, rend public le choix de Tricastin sur la Drome, pour y construire une centrale nucléaire, EPR de 3 ème génération.


Dommage que par un édit royal, le PS, racolant sur les terres écolos, se soit interdit de donner dans le nucléaire, EPR ou pas. Même qu’il faut réduire sa part à moins de 50 %.


Question candide : Une centrale, c’est  combien d’emplois ?


Le député de la Drôme , un certain Besson – quel hasard - qui connaît la réponse a, toutes affaires cessantes, abandonné sa place éminente de conseiller de la candidate pour rentrer au pays.

 

Il devait avoir de bonnes raisons personnelles. Car ce n’est certainement pas pour expliquer aux électeurs de la Drome que le PS s’oppose à la construction d’une centrale et à ses milliers d’emplois, qu'il est rentré au pays !

On comprend qu’au PS il y ait de l’électricité dans l’air, même nucléaire, à moins que ce ne soit que pure coïncidence !

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 19:33

Cette question pollue. Elle est légitime et ne recevra aucune réponse qui puisse satisfaire les candidats de chaque bord, ni d’ailleurs leurs électeurs. Enfin elle est inutile puisque les promesses des candidats ne seront pas tenues. Pas qu’ils n’en aient pas l’intention, mais les réaliser aurait un tel effet dévastateur sur l’économie et les finances publiques qu’ils en seront dissuadés.


En fait, plutôt que de chiffrer leurs catalogues de promesses les candidats seraient bien venus d’apporter des réponses à la seule question qui vaille d’être posée :


Qu’est qui est, dans le pouvoir d’un futur président, susceptible de remettre la France en marche ? Quels sont les manettes ou les robinets dont le changement de réglage va faire décoller l’économie, créer des emplois, relancer l’exportation, nous remettre en tête du peloton ?


La prétention de sortir de la mauvaise passe où se trouve le pays par le miracle du verbe ne nous étonne pas des socialistes. C’est la confiance restaurée par la magie de la grâce Royal. Pas sérieux s’abstenir, dit-on dans les offres d’emploi !


Mais Sarkozy qui s’engage à réduire les prélèvements en distribuant moult cacahuètes n’apporte pas non plus de réponses à la question du retour à la croissance. Donner au paiement des heures sup. un effet d’entraînement autre que marginal est un acte de foi au quel on ne succombera pas.


Décider d’investir plutôt que de dépenser devrait être la ligne de partage des deux candidats. On n’en est pas là ! Les socialistes font fort sur la dépense mais Sarkozy n’est pas en reste. Et le clivage investissement - dépense n’est pas mis en évidence.


Augmenter les retraites, créer des emplois aidés alimentera la consommation, au prix d’une ponction sur les revenus, ce qui en effacera instantanément le bienfait. C’est de la redistribution.


Créer plus de postes d’enseignants, de policiers n’est pas de non plus de nature à relancer l’économie marchande. C’est ailleurs que se situent les solutions.


L’État ne disposant plus des robinets de développement des infrastructures (Rail, Route, Télécommunication etc., sont sous contrôle privé) que lui reste-t-il pour assurer la croissance : l’hyper structure.


C’est "l’environnement" dans le quel les entreprises opèrent. C’est l'arsenal juridique fiscal et social, c’est la stabilité des règles de gestion, c’est l’équité dans la répartition de la manne étatique. Toutes choses qui ne permettent pas d’effet de manche en haut d’une tribune mais dont le « fine tuning », le réglage permet de passer d’une situation de quasi blocage à une situation de fluidité. Ce fut le job de Blair en Angleterre.


C’est cette mutation qu’il faudra financer. C’est le prix de la burette d’huile à verser dans les rouages du "système" pour éviter le serrement des engrenages, qui doit être évalué. Ce ne sont ni les sucettes de l’une ni les cacahuètes de l’autre, dont l’utilité – si ce n’est pour appâter des électeurs – est économiquement nulle.


Si quelqu’un pouvait le leur souffler…on pourrait enfin passer aux choses sérieuses !

 
Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
15 février 2007 4 15 /02 /février /2007 10:37

« Moi j’dis que quand la baisse dans les sondages coïncide avec la crise du personnel, faut plus comprendre … faut prier ! »


Les tontons flingueurs s’invitent au conseil national du PS. Cette célèbre apostrophe de Blier aura pu y être échangé hier soir quand les discussions ont porté sur le financement du programme de la candidate.


Eric Besson, le Monsieur « économie » du PS s’en va de son plein gré et laisse l’équipe de Ségolène Royal avec ses chiffres et son projet. Lui, le jospiniste, n’aura peut être pas envie de faire trop parler de lui, si les vents contraires annoncés par les sondages se confirment. Un  fauteuil d’élu de la Drôme contre un séjour dans un panier de crabes : on comprend qu’il ait fait son choix.


Quelles options pour Ségolène Royal ? Car enfin … si tout le monde se vante de la soutenir … c’est de plus en plus du bout des lèvres, même les gamins du stade de rugby l’ont accueilli avec les sifflets et les huées que l’on a entendus.


Dans son camp on n’en finit pas de vanter…à l’instar de Nanard, son inexpérience et l’incompétence de son entourage. Lang et Montebourg rivalisaient d’insolence il y a quelques mois encore avant d’être temporairement ( ?) saisis par la grâce Royale. Dans combien de temps ressortiront-ils les petites phrases assassines qu’ils lui avaient destinées.


A la ringardise de ses propositions selon Lang, Montebourg s’offusquait que l’on ait pu présenter son incompétence pour une qualité. C’était avant un premier retournement de vestes !

A quand le suivant ?

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
14 février 2007 3 14 /02 /février /2007 20:46

Il était condamné deux fois à perpétuité. Quelques 18 ans plus tard il est libéré. Ca fait 9 ans la perpète chez Mr Clément, notre ineffable garde des sceaux.


Il aurait pu être repenti, prendre le profil bas de ceux qui, leur tribut payé, veulent tourner la page. Il se serait évanoui discrètement, évitant par sa résurrection de réveiller la mémoire des familles des 4 flics assassinés.


Non ce terroriste militant d’une cause perdue persiste et signe. Dès sa sortie, bénéficiant d’une étonnante libération conditionnelle, il a repris son discours provoquant, choquant, comme s’il n’avait pas fait couler suffisamment de sang.


Cet homme est dangereux : il l’a prouvé. Il n’exprime ni regret, ni volonté de s’amender, il cultive la haine et nul ne peut prétendre qu’il saura la contrôler.

Repost 0
Published by Candide - dans Justice
commenter cet article