Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 11:55

C’est assurément une réussite que de voir le peuple de gauche pendu à ses lèvres. Que va-t-il en sortir ? Peu importe. Il suffit que le charme opère et par la magie du verbe la chrysalide accouche d’un papillon aux couleurs blanc rosacée, porteur des espérances déçues des militants mystifiés. L’envol vers un destin présidentiel ne tiendrait qu’à ses quelques minutes où l’on communie avec son auditoire, où l’émotion prenant le pas sur la raison le futur se met en marche balayant les doutes qui s’étaient accumulés.


L’alternative sombre est tout aussi possible. C’est un papillon de nuit qui s’extrait de la larve grise. Un de ces papillons qui peine à s’élever, dont le battement d’ailes résonne lourdement, et qui finit sa carrière en grillant sur les lumières avoisinantes.


C’est le destin de ceux qui n’ont pas voulu labourer mais ont cru qu’ils pouvaient en partant de rien récolter ce qu’ils n’avaient jamais semé.


En politique la morale n’est pas toujours au rendez vous : réponse demain !

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 18:56

C’est sans doute le prochain ministre des finances qui en a inspiré le contenu, enfin celui que Ségolène sortirait de sa manche, si d'aventure elle était élue.


Alors prêtons attention à l’avis de DSK tel qu’il s’exprime dans le rapport sur la fiscalité remis à la cheftaine.


Les prélèvements seront figés au niveau courrant. Pas de hausse donc. Mais une répartition de la pression fiscale plus « équitable », une tentative d’alignement de l’IS sur les pays voisins, des taxes écolos et un gadget pour les français qui s’expatrient. Beaucoup de bruit pour rien.

 
En faisant simple, l’éventuel suppression des minorations récentes sur l’IRPP n’aura aucun effet économique, juste psychologique, pas plus que l’impôt citoyen qui est le gadget pour socialo gogo.


Derrière la dialectique à usage interne ce document prône l’immobilisme. Comment pourrait-il en être autrement ? Coincé par l’ouverture des frontières et les risques de délocalisation accélérée les gens raisonnables au PS sont condamnés à maintenir le statu quo fiscal, que pour des raisons électorales ils tentent de masquer avec des gesticulations médiatiques : comme cette clé USB ou cet impôt citoyen qui servent de cache misère à l’absence de propositions fiscales volontaristes.

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 11:24

Nul ne peut être tenu de regarder la réalité. On peut l’ignorer, la récuser et espérer vivre assez longtemps avant qu’elle ne vous rattrape. Finalement peu importait à l’homme du moyen age que la terre tourne autour du soleil. Pour lui c’était blanc bonnet, bonnet blanc. Et cette révolution conceptuelle le laissait à juste titre indifférent.


Le fonctionnaire qui battait hier le pavé derrière une banderole syndicale raisonnait comme un serf moyenâgeux. Que les régimes spéciaux de retraite ne soient pas finançables ne le concerne pas : il y a droit. Même que plusieurs candidats à la présidentielle lui donne raison.  Ils les maintiendront alors qu’ils savent pertinemment que l’abîme est au bout du chemin.


Cette métaphore galiléenne s’applique à beaucoup des sujets traités par les hommes politiques. Le choix se résume in fine à décider si dans le temps qui leur est imparti ils prennent le risque d’ouvrir les yeux de leurs partisans sur la réalité ou s’ils continuent à la leur  dissimuler. En fait les prennent-ils pour des boeufs ou pour des êtres intelligents ?


A gauche ce n’est pas ce dernier parti qui est pris. Les retraites que l’on s’obstine à ne pas réformer, mais aussi l’immigration que l’on refuse de choisir, les pratiques communautaristes – excision, polygamie – que l’on continue d’ignorer, la mondialisation de l’économie, la prégnance du libéralisme dont la réalité est niée. Il n’y a pas que le nuage de Tchernobyl qui s’est arrêté au dessus de la ligne Maginot.


Finalement aux français de décider s’ils souhaitent être traités comme ces serfs moyenâgeux maintenus dans un obscurantisme infantilisant ou acceptent de s’ouvrir à un monde qui est entrain de les dépasser.


Autour d’eux, les européens ont fait le choix de Galilée sans que le ciel ne leur  tombe sur la tête. Ca, c’est la réalité !

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
8 février 2007 4 08 /02 /février /2007 09:41

Ce sont les plus courtisés des français. Et pourtant la vie ne leur a pas souri. Ils touchent le RMI, ont droit aux restos du cœur, aux aides sociales. Il ne se passe pas un jour sans qu’un candidat vienne leur faire risette, leur promettre d’améliorer leur sort, de leur donner une nouvelle chance, de les sortir du ghetto où l’absence de ressources les condamne à végéter.


Ce sont vers les plus démunis qu’une fois tous les 5 ans les hommes politiques adressent leurs œillades. Rendez vous compte, ils sont plus de 3 millions. L’écart qui sépare le futur président de son challenger malchanceux. Ce n’est pas chez les nantis que l’on va glaner les voix qui feront la différence ; ceux là ont depuis longtemps affiché leur préférence. Non, ce sont les « sans voix » pour reprendre l’expression paradoxale de plusieurs candidats, qui font l’objet des sollicitations.


Et là tout est bon, la démagogie bat son plein. Finie la précarité, bonjour les logements sociaux, l’accession à la propriété, à la formation et aux emplois normalement rémunérés. D’Arlette à Jean Marie ils redoublent de créativité pour s’attirer les bonnes grâces d’un électorat qui au soir du second tour sera prié de retourner à son anonymat.


Si en plus les promesses faites devaient être tenues, il ne resterait plus de défavorisé sur qui compter pour les prochaines élections.


« Salauds de pauvres* », Une fois tous les cinq ans vous êtes considérés. Buvez du petit lait, et puis faites vous oublier !

* Marcel Carné

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 23:15

Difficile d’être au centre. Surtout quand la droite et la gauche rivalisent pour brouiller les repères habituels à chaque camp. Sarkozy en appelle à Jaurès quand Royal invoque les mannes du général. Alors comment se situer quand, comme Bayrou, on proclame le rassemblement ?


C’est le retour vers le futur : Il fait très IV ème république, du moins selon l’idée que l’on s’en fait. Il parle de la France éternelle, de sa devise, de sa reconstruction, de ses devoirs vis-à-vis des africains : il a du sauter une génération.


La France éternelle est un beau souvenir, sa devise une cruelle illusion, sa reconstruction a été menée à bien à l’exception de sa fonction publique, quant à nos devoirs vis-à-vis des Etats africains ils expriment un néo colonialisme insupportable à ces pays là.


Il fait penser à un petit homme vert découvrant la planète France. Oui il y des ascenseurs, des écoles privées fréquentées par des musulmans, des clivages entre les générations, entre ceux qui sont intégrés dans le modèle social et ceux qui le rejettent ou que le système a exclu.


La générosité des convictions masque une grande candeur, à moins que cette fausse naïveté ne soit qu’une ruse destinée à tromper un électorat prompt à se donner à celui qui sait flatter ses bons sentiments. Ce vieux routier de la politique est un roublard qui nous la joue « je fais de la politique autrement ».


De fait il promet tant et plus après avoir clamé qu’il ne dépenserait rien. Son programme ne peut être chiffré tant les annonces sont hors de portée de réalisation à l’instar de l’engagement de transformer chaque lycée et collège de France et de Navarre en annexe du lycée Henri IV. Cela flatte les ego, mais pas besoin d’habiter aux Mureaux pour comprendre que ce n’est qu’un piège à gogos.


C’est un homme du passé qui nous revient paré d’oripeaux récents pour cacher l’archaïsme de sa démarche. Mais ou était-il passé depuis dix ans ? Son retour vers le futur nous le fait apparaître singulièrement creux. Il a donné la mesure de son décalage en entamant son  discours aux bordelais par le rappel que son meilleur souvenir de campagne électorale était son engagement  aux cotés de Raymond Barre…avec le succès que l’on sait !

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 17:05

Une opportunité : celle d’inscrire les fiducies dans notre code civil. Décryptons. La fiducie est au français ce que le trust est à l’anglais : une forme efficace d’organisation du patrimoine, de la succession. Beaucoup de nos voisins ont instauré cette structure capitalistique qui donne flexibilité et efficacité aux détenteurs de capitaux. L’outil est connu des groupes industriels qui, pour en bénéficier, délocalise qui aux Pays Bas, qui au Luxembourg ou en Belgique, pays de l’espace européen.

 

« L’entreprise française » devrait pavoiser. L’assemblée nationale s’apprête aujourd’hui à faire entrer la fiducie dans notre arsenal législatif.

 

Que nenni ! La fiducie est vidée de son contenu. Ce n’est plus le trust à l’anglo saxonne que nos parlementaires vont autoriser, pas même un trustillon. L’avatar franchouillard de la fiducie ne servira que d’épouvantail à socialo. Il n’aurait pas empécher Peugeot, La française des jeux ou Alstom d’aller planquer leurs capitaux dans un pays voisin pour en bénéficier.


Une fois encore nos libéraux s’arrêtent à mi chemin. Ils font mine de déterrer la hache de guerre mais revendique son innocuité comme pour s’en excuser. Le jour où la droite osera revendiquer son libéralisme, elle pourra dire en paraphrasant Mr Sarkozy, que la rupture aura été consommée. En attendant elle nage en pleine contradiction, se donne des verges pour se faire fouetter sans obtenir l’avancée libérale revendiquée.


La formule est ancienne, mais encore d’actualité : la droite la pus bête du monde….

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 09:59

A gauche toute. La voie centriste semble abandonnée. Encore que rien ne lui interdise de faire un autre changement de cap. Hier c’était vers la gauche que la timonière socialiste avait mis la barre.


Il devient évident qu’elle navigue à vue. Le récif Bové récemment surgi l’oblige à durcir son discours de peur de se  faire cannibaliser sur sa gauche. L’écueil Bayrou lui a fait perdre des voix sur la frange social démocrate de son électorat. Son fonds de commerce se rétrécit : alors en avant la démagogie.


Le couplet sur le « capitalisme fou » résonne drôlement quand il émane des nantis de la fonction publique. Il sonne vrai chez Arlette Laguiller mais fait franchement rigoler quand il est prononcé devant les plus éminents représentants de la gauche caviar.


A hésiter, à louvoyer, à tenter de racoler un jour les déçus du centre, le lendemain ceux de l’extrême gauche, Mme Royal en vient à oublier qu’elle représente une caste de privilégiés. Ceux qui profitent des avantages acquis, de la garantie de l’emploi, des 35 heures du cumul des mandats…


Elle peut prétendre tendre la main aux exclus, aux plus démunis mais c’est aux nantis qu’elle s’adresse. Le Pen a raison de remarquer que lorsqu’on a le choix entre l’original et une imitation, on porte sa voix sur l’authentique et non sur sa copie.


Pour les démunis Mme Royal ne sera jamais qu’une racoleuse qui drague sur un trottoir déjà bien occupé… On est bien loin de la madone virginale d’il y a quelques mois. Faut croire qu'elle est toute déboussolée !

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 21:39

C’était il y a 8 jours, le gratin des présidentiables défilait à la convention de Nicolas Hulot pour s’engager à lutter contre le réchauffement de la planète. C’est une belle cause, qui n’engage à rien ou presque ! Ca ne mangeait pas de pain d’adhérer à cette charte dont les effets seront perceptibles, si jamais, dans quelques décennies.


Alors on a mieux à proposer à nos candidats. Une croisade beaucoup plus terre à terre. Les chiffres de la sécurité routière sont mauvais. Depuis deux mois le nombre des tués de la route remonte en flèche. Aucune cause n’est identifiée avec certitude. Mais la perspective d’une amnistie des infractions au code de la route est citée pour expliquer cette hausse brutale du nombre des victimes. On ignore si c’est vrai, mais c’est plausible.


Que penser de l’impact d’une position commune de tous les candidats. Imaginons qu’ils tiennent une réunion au cours de la quelle ils signeraient l’engagement de ne pratiquer aucune amnistie d’aucune sorte en raison de leur élection.


Un moment solennel : tous les Ségo, Sarko, Bayrou, le Pen et tutti quanti refusant le principe d’amnistier les infractions au code de la route. Le signal serait fort, la prise de conscience du fléau de l’insécurité routière suivie d’une réponse à la hauteur des circonstances. A l’opposé des postures démagogiques, dont nos candidats nous abreuvent à longueur de discours.


Alors chiche ! Hulot a su récupérer pour une cause fumeuse à l’horizon incertain. Qu’attend-il pour devenir le fédérateur d’une cause aussi dramatique que la sécurité routière et à réunir les signataires de sa charte écolo pour qu’ils s’interdisent d’utiliser le virus de l’amnistie présidentielle.

 

Aux hésitant on pourra faire remarquer que ne pas adhérer à ce pacte c’est draguer les voix des assassins de la route. Qu’en pense Mme Royal, qui a refusé de répondre à cette question ?

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
6 février 2007 2 06 /02 /février /2007 10:11

Archaïque, conservateur, rétrograde, diviseur. Ce sont quelques qualificatifs extraits des commentaires des éminences socialistes après la prestation de Sarkozy sur TF1.


On veut bien. On peut juger le personnage selon ces termes peu amènes mais en l’occurrence c’est à ses propos que les socialistes les appliquent.


Il a revendiqué la remise à plat des régimes spéciaux de retraite. Il a prôné le respect de l’identité française par ceux qui souhaitent nous rejoindre. Il a vanté le mérite du travail bien rémunéré. Il a défendu sa conviction que le mariage devait être réservé aux couples hétéro sexuels.


Ces positions correspondent à celles de la grande majorité des français. L’équité c’est de faire cotiser tout le monde sur un pied d’égalité dès l’instant où les raisons de la discrimination n’existent plus. Défendre le maintien de ces situations discriminatoires c’est être conservateur et inéquitable.  Prétendre laisser venir sur notre sol tout ceux qui souhaitent bénéficier des avantages de la citoyenneté française sans accepter les devoirs qui s’y attachent  c’est faire perdurer des politiques qui ont conduit aux catastrophes des banlieues, au déficit des régimes de santé et à la montée des communautarismes. C’est être archaïque et utopiste.


Difficile de contrer les propos sarkoziens en étant de bonne foi. Alors on emploie des mots, des mots dont a vidé le contenu, des mots qui se retournent contre leurs auteurs.


Comment échapper au terme d’archaïque quand on défend des avantages acquis, une idéologie moribonde, des idées malthusiennes sur le partage du travail. C’est pourtant la mystification que les socialistes voudraient encore nous faire avaler.


A moins que Mme Royal, le 11 février nous annonce une révolution….

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 09:44

Au risque de paraître trivial la réflexion qu’inspire la troisième place de Bayrou dans les sondages se résume dans la formule : « Ca lui fait une belle jambe ! »


Comment monnayer cette troisième place, c’est la question que Bayrou ne peut pas évacuer. Inutile de rêver, le podium lui est inaccessible. Laisser croire que le vote utile qui concentrera sur les deux candidats une majorité des électeurs ne se produira pas est une tromperie.


Bayrou récupère les déçus de la gauche, Bové les déçus d’extrême gauche. Pour cette raison il a tout intérêt à ne pas présenter de programme. Le vague, le flou dans le quel Bayrou se complet alimentent le doute sur sa capacité de passer à l’action.


Et si un Royal effondrement lui donnait une chance de figurer dans la finale, il lui faudrait convaincre les français qu’il pourrait former un gouvernement avec un groupuscule UDF. Car une alliance UMP PS restera chimérique aussi longtemps que le PS se figera sur une idéologie réfutée par tous les socialistes européens.


Alors cessons de prendre l’Allemagne en exemple : pays fédéral au régime parlementaire et au scrutin proportionnel. Tant de différences en font un exemple non transposable e ce coté du Rhin. Monsieur Bayrou le sait bien. Les français le savent moins. C’est malhonnête de faire de l’Allemagne un exemple quand on sait que cela n’a aucun sens.

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article