Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 14:42

Les temps sont assurément durs pour Ségolène, notre météore national de la politique. Sa fulgurante ascension au firmament en a fait la star que le monde entier vient contempler. Mais  chaque jour semble la rapprocher davantage de la chute sidérale qu’attendent goguenards ses amis du parti.


L’image d’une personnalité compétente fait place à celle d’une dilettante dont l’impréparation conduit à aligner bourde sur bourde - cf. le Québec, la justice en Chine - et à confondre autorité et autoritarisme - cf. la punition infligée à Montebourg, ou le brouillage des portables au siège de son parti.


On se gausse rue de Solferino, on se gausse en France, en Suisse, au Canada et on se frotte déjà les mains au lieu de sa prochaine destination.


Elle ne concourt pas contre Bayrou, Sarkozy et consorts, ils sont loin derrière. Non, c’est à une sévère confrontation avec Georges W. qu’elle s’est invitée. Pas de doute que sur sa lancée elle ne va pas tarder pas à le faire passer pour une flèche.

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
23 janvier 2007 2 23 /01 /janvier /2007 10:59

L’OPA sur les ondes dictée par la disparition de l’abbé Pierre a relégué la vacance de Mr Hulot au second rang. L’abbé lui a volé la vedette. Il avait fait une entrée fracassante et se retire en toute discrétion entre deux hommages au parrain des sans logis. On peut souffler chez les verts, tenter la récup chez les socialistes et la campagne peut recommencer à ronronner. Le trublion écolo a jeté l’éponge.


Sa notoriété n’en sera pas affectée. Coïncidence ? La place de favori des français vient tout juste d’être libérée par l’Abbé. C’est tout aussi valorisant d’être en haut de l’affiche sans responsabilité que se démener à l’Elysée en charge du destin des français. On comprend que Hulot ait attendu le départ de l’Abbé pour annoncer son retrait.


Au hit parade des français qui comptent il a enfin une chance d’être le premier.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 21:33

« Le Monde » brise un tabou et met sur la place publique la vie privée d’une candidate. Il y a mis le temps. Depuis que les blogs existent, il courre sur le net la rumeur d’une relation entre la fraîche Ségolène et un vieux président. Rumeur tellement prégnante que les journalistes interrogés refusaient de confirmer que le couple Royal était ensemble à la ville comme à la campagne.


Pour avoir l’un et l’autre arpenté les moquettes élyséennes à la cour de Mitterrand, la rumeur avait un fondement. Même si on imagine mal l’austère et vieillissant protestant, Louis Schweitzer, s’acoquinant avec le parangon de vertu, la bourge catho, tout juste émoulue de l’ENA.


Ce sont les blogs et non les médias, pourtant au fait des escapades de nos deux tourtereaux, qui auront forcé le quotidien du soir à lâcher l’information plutôt que de paraître ringard. Quel courage monsieur Colombani !


Puisque Mme Royal s’approprie le parler vrai, pourquoi a-t-elle demandé à ses avocats de clouer le bec aux médisants ? Mitterrand comme Chirac s’étaient interdit de porter en justice les affaires les concernant. Mme Royal a, quand elle est concernée, une vision de l’ordre juste particulièrement réductrice.


Cela augure mal de la défense des libertés si par malheur elle parvenait à l’Elysée.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 11:27

Elle est absente du débat d’idées qui secoue la classe politique en vue des élections. C’est sans doute le résultat de la piètre image que les politiciens français lui ont collé en en faisant la responsable désignée de beaucoup de nos maux. La bureaucratie européenne encouragée par le socialiste Delors s’est immiscée d’abord insidieusement dans la vie des français. Le rejet s’est manifesté brutalement, évité de justesse avec le traité de Maastricht, il s’est formalisé avec le non au referendum. Depuis le sujet est tabou, et pourtant l’Europe est au cœur de l’enjeu.


Soit que l’on souhaite sa construction, soit qu’on veuille en faire l’arlésienne de la politique des prochaines années. Encore faut-il le décider et ajuster ses propositions en cohérence avec ce choix.


Que Chevènement ait pu rejoindre Mme Royal montre que l’idée européenne n’est pas au cœur du projet socialiste, que Sarkozy ait repris l’idée de baisser la TVA sur la restauration n’indique en rien qu’il se battra pour relancer la construction d’un espace politique et économique intégré.


L’Europe devrait être au centre des préoccupations de cette campagne pour la raison que sa construction est un objectif structurant des propositions des candidats. Une fiscalité divergente, un code du travail trop protectionniste, des lois sociales trop différentes, par leur excès de générosité ou par leur timidité, sans parler des contraintes écologiques et c’est tout le jeu de la concurrence qui est faussé : délocalisation d’emplois, transferts de sièges sociaux, récriminations des citoyens pris en otage de règles bureaucratiques. Seule approche réaliste : la convergence avec comme objectif une similarité à terme dans les dispositions qui structurent la vie économique des pays de l’Union. Or cet objectif n’est pas mentionné par les candidats à la Présidentielle français qui se disent pro européens.


Quant à ceux qui font du souverainisme leur cheval de bataille, ils sont très discrets sur les modalités de la sortie de l’Union. Tancer Bruxelles sur ses excès de sa bureaucratie est chose facile, mais y substituer une bureaucratie nationale n’aura pas d’effets utiles. Or nous ne savons rien des scénarios de repli hexagonaux. Ils sont tus, si tant est qu’ils aient été concoctés.


L’objectif de convergence des politiques des états membres ne peut être discuté si la finalité c’est la construction de l’Union. On aimerait savoir ce qu’en pense Ségolène et Nicolas.

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 08:29

Il est en route pour là où il souhaitait reposer depuis très longtemps, même qu’il avait interpellé Dieu qui tardait à le rappeler. Sa prière est exaucée. Les sans abris avaient leur totem. L’adoption de la loi sur le logement opposable « permettait » la disparition de la figure emblématique des défenseurs des laissés pour compte de nos sociétés.


Le combat entamé il y 50 ans n’avait pas eu les résultats espérés. Les sans abris, devenus SDF s’étaient multipliés. Ce sont d’autres pèlerins qui ont repris le flambeau que la santé chancelante du fondateur d’Emmaüs avait laissé vaciller. Le pionnier de la médiatisation de la souffrance des plus démunis avait ses héritiers.


Ils ont planté leurs tentes là où s’étalaient les cartons des plus démunis, et miracle, une avancée sociale que beaucoup jugeait irréaliste est devenu réalité.


L’abbé Pierre pouvait rejoindre son dernier domicile, sa mission accomplie. Il devrait planter sa tente au paradis.

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 11:12

On entend Mme Royal nous rappeler qu’elle fait de la politique autrement. C'est bien, c’est son droit. Depuis qu’elle occupe les ondes elle ne dit rien d'autre, parce qu’elle n’a rien à dire. C’est l’avis de ses adversaires. Mais elle assure qu’elle écoute les français, qu’elle leur a donné la parole et qu’elle attend de savoir ce qu’ils ont à dire pour décider ce que sera la France de demain. Soit !


Si c’est vrai cela mérite quelques commentaires.


Sur les 63 millions de sujets qui peuplent le pays, il y a probablement autant d’opinions. Alors prétendre extraire de ces brèves de comptoir une série de propositions cohérentes et structurées, c’est s’atteler à la tâche titanesque de mettre à l’unisson  63 millions de frondeurs. Prétendre y parvenir d’ici au 11 février c’est se moquer des français.


Si la "campagne participative" consiste à recueillir l’avis des militants du PS, il suffit de se référer au  projet adopté par les socialistes, qui, nous a-t-on dit,  reflète la synthèse des réflexions des adhérents. S’y coller c’est perdre beaucoup de temps pour ré annoncer le 11 février ce que l’on déjà entendu lors de la présentation du projet. S’en distancer c’est se moquer des militants.


Elle s’est enfermée dans un piège en faisant miroiter à son électorat que le 11 février sortirait de ce processus un projet, une vision pour la France. Si le pari est tenu cela tiendra du miracle, car jusqu’à présent sa seule capacité a consisté à inventer des mots, à aligner des paroles, à se repaître de formules vides de contenu.


Alors on s’interroge : où va Mme Royal ? Nous le saurons le 11 février. Mais insuffler  la vie à un projet, bâti sur l’illusion que la parole était donnée aux français, va requérir de la candidate une stature d’homme d’Etat. L'ultime illusion ?

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 21:02

« Le Monde » ne craint pas de flirter avec le ridicule quand il s’agit de cajoler son lectorat. Sa Une nous apprend que les professeurs de nos lycées sont en voie de paupérisation, pas moins ! A 30.000€ le traitement net annuel moyen d’un professeur du secondaire, sans oublier les a-coté dont Mme Royal a regretté qu’ils complétaient trop souvent le revenu des enseignants au détriment de l’intérêt des enfants, il y a beaucoup de salariés qui revendiqueraient d'être "paupérisés". Quant à Mr Hollande pour qui la richesse commence à 4.000€ mensuel, il devra nous expliquer où il situe la rémunération des fonctionnaires de l'éducation nationale, les enfants choyés de son parti.


La conclusion que devrait tirer nos enseignants, c’est que leurs nombreuses manifestations, leurs grèves à répétition n’ont pas les effets escomptés. Si malgré tous les mouvements dont ils sont coutumiers ils admettent qu’ils se sont laissés tondre la laine sur le dos, c’est soit qu’ils ne sont pas très futés, soit que leurs représentants les défendent très mal . On tout état de cause, ils auront montré qu’ils ne sont pas dignes d’être augmentés…


Mais ne rêvons pas, ils continueront à défiler. Et a justifier leur prolétarisation dans un monde dont ils ont refusé de comprendre l’évolution.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
20 janvier 2007 6 20 /01 /janvier /2007 14:46

Osons les mots : cette pub est immonde, elle n’est pas seulement détestable. Qu’il ne se soit trouvé personne pour y mettre le hôla avant que l’affichage n’envahisse nos écrans est significatif d’une perte de repères.


Cristalline – la mal nommée – ose s’en prendre à ceux qui se satisfont de l’eau de la ville. Quand les bornes sont franchies, il n’y a plus de limites, pas même celles du mauvais goût. Les responsables de cette campagne de dénigrement méritent de boire la coupe jusqu’à la lie.


On peut transgresser les tabous, mais on doit s’interdire d’en faire commerce. Pour l’avoir oublié on félicite Delanoë, de mettre un terme à cette campagne qui est une insulte à ceux qui, par goût, ou par habitude , ne se posaient pas même la question de boire l’eau du robinet.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 18:29

Existe-t-il un plan B ? Au parti de Fabius la question peut prêter à sourire, pour qui se souvient de l’antienne de l’avocat du non au référendum sur la constitution européenne. Ce qui n’était à l’époque qu’une manipulation orchestrée pour se refaire un nom pourrait se révéler fort utile au PS pour échapper à un désastre dont l’imminence tétanise les ténors.


Faisons un peu de politique fiction. Que la Royal glissade dans les sondages perdure, et c’est à un tsunami chez ses militants que le parti devra faire face. Ségolène ne tient sa fragile légitimité qu’à une opinion dont la versatilité l’a porté aux nues. Elle en a usé, voire abusé. Un retournement balaierait une candidate qui n’a pas d’ancrage dans le parti. Sa posture de candidate à l’écoute des gens ne peut tenir lieu de viatique.


Les français veulent confier leur destin à quelqu’un qui sait où aller, pas à une madone même revêtue de lin blanc. L’appareil ne l’a soutient qu’en grinçant des dents. Son refus d’adosser son projet au programme socialiste a compromis, non sans raison, l’adhésion du parti à sa candidature. Ses mimiques, ses bévues, ses amis ont fait le reste : la grogne gagne dans ses rangs. La tentation du pire peut conduire à une implosion que seul le premier secrétaire dans le rôle de Janus, a permis jusqu’ici à éviter. Jusqu’à quand ?


Strauss Kahn ne se prive pas de faire entendre sa différence. Fabius ronge son frein, se dit disponible mais ne fait rien. L’appareil gronde. Hollande s’est disqualifié. Entre ces trois là, le courrant ne passe pas.


Le choix est cornélien : faut-il continuer à soutenir une perdante ou changer de pouliche ? Le temps presse, l’inactivité pèse sur les éléphants. Jospin le recours n’est qu’à un pont du continent. Sa légitimité face aux vaincus des primaires est réelle, il a su s’effacer pour ne pas diviser le parti. Il en est le seul recours même si son échec probable ne doit pas beaucoup le motiver.

 

Jospin ou le plan B : c’est le joker du parti des éléphants. Enfin, on nage en pleine fiction !

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
19 janvier 2007 5 19 /01 /janvier /2007 18:28

Bonnes feuilles

Il avait du entrer chez ce libraire par effraction. Il ne se trouvait nulle part ailleurs. La couverture rouge sang et le titre «  La Bible immorale *» étaient suffisamment racoleurs pour attirer les yeux du chaland. Cet ouvrage de monsieur Normand Rousseau, universitaire québécois, vous ne le dénicherez pas dans les bibliothèques des âmes bien pensantes.

C’est qu’il n’y va pas avec le dos de la cuillère, le canadien ! Il a relu la Bible à la façon de Voltaire et nous en assène une contre lecture avec la délicatesse d’un bûcheron du grand nord. Attachez vos ceintures, ça décoiffe pendant 500 pages. Aucune des turpitudes, des ignominies, des horreurs que nous narre l’ouvrage divin ne nous est épargnée. Le sang coule à flots, et c’est bien là l’objet de l’ire de notre blasphémateur. L’illusion que la religion mène les hommes à la vertu est combattue en se référant exclusivement aux textes sacrés.

L’originalité c’est le parti d’imputer la responsabilité de ces infamies à Yahvé et la démonstration en est impressionnante. Bien sûr c’est une lecture au premier degré. Mais foin de métaphores, Yahvé a bien ordonné à Abraham d’immoler son fils Isaac. Et pour un Isaac sauvé - sinon il n’y avait pas de peuple élu – combien d’innocents massacrés ?

Yahvé démarre fort : un déluge pour liquider l’humanité, puis des meurtres en pagaille, des sacrifices humains, des mises en esclavage, des malédictions : tout cela revendiqué en son nom. Pour un Caïn, le premier assassin, qui  voit sa vie préservée, le fils turbulent de Noé est condamné à l’esclavage. Même Job qui n’a jamais douté, voit sa vie transformée en calvaire, pour le seul bon plaisir de Yahvé.

Difficile de trouver une seule bonne action à mettre au crédit de ce dieu là. Même l’arrivée de son fils donne lieu à des massacres de nouveaux nés. Quant à sa crucifixion dans la pire des traditions du sacrifice humain, elle nous est offerte en exemple, quotidiennement par sa réplication lors de la transsubstantiation à laquelle les chrétiens sont tenus de croire.

Pourquoi ne pas reconnaître que la Bible est une fiction ? Que ses appels au meurtre, à la guerre sainte, que sa défense du statut des esclaves, de l’infériorisation des femmes sont le signe d’une écriture humaine et non la preuve de son essence divine.

Mais comment dénoncer l’immoralité de sa propre religion ? Renoncer à la Bible , n’est-ce pas récuser 20 siècles de christianisme, ce qui interdit aux croyants une lecture critique des textes sacrés ?  C’est toute la thèse de monsieur Rousseau.

 

 

* La Bible immorale, par Normand Rousseau, aux éditions Louise Courteau, Canada, 2006

 

Repost 0
Published by Candide - dans Bonnes feuilles
commenter cet article