Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

4 octobre 2006 3 04 /10 /octobre /2006 09:15

On ne fera pas la pub de la mutuelle qui ose briser un tabou : celui de la sécu à deux vitesses. Payer un supplément pour espérer récupérer la moitié de la cotisation de leur complémentaire, c’est l’option proposée aux adhérents de la MMA.


Les « bobomaniaques » sont devenus légion. Les dépenses médicales explosent pour des médicaments, des thérapies dont les professionnels déplorent l’inefficacité. Le nombre de consultations s’envole sans corrélation avec l’amélioration de la santé publique.


Cette initiative est à louer : elle ne remet pas en cause le principe de mutualité puisque l’adhérent qui souscrit à cette option prend un risque en acquittant d’abord une surprime. Elle met en valeur ce que chacun sait, à savoir que la consommation médicale est aussi affaire d’auto discipline, de mode de vie, de comportement. L’hygiène de vie récompensée par un assureur, on ne voit pas où est l’erreur.


Car l’affaire fait grand bruit. Les partisans de l’irresponsabilité individuelle crient à la tromperie, haro sur le Satan venu d’outre atlantique, le libéralisme qui détruit la solidarité nationale. Ils ont raison de craindre le reflux. Piocher dans la caisse collective et creuser le trou est un sport dont les adeptes se sont multipliés, comme les métastases d’un cancer en voie terminale.


Le jour où la Sécu nationale proposera une formule de soins modulée selon la performance individuelle, on aura fait un grand pas vers la maîtrise des dépenses de santé. On peut encore en rêver.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 11:50

Mieux que personne il a marqué son époque, et quand il quitte le devant de la scène le film nous revient d’un temps passé gommé de ses aspérités. Il fut le bouffon qui accompagna le monarque dans l’ascension de l’olympe jusqu’à sa descente aux enfers. Lui le chef encenseur n’abjura pas son idolâtrie quand la cohorte des partisans professait un devoir d’inventaire. Il est resté le fidèle parmi les fidèles et à ce seul titre fait figure d’exception.

Il n’était déjà plus que l’ombre de lui même et son effacement dans la course à la candidature lui permet une sortie coté cour qui ne fera pas tache sur son parcours.

C’était un artiste qui a suscité une saine et réelle admiration. Mystère de cette alchimie qui crée une relation entre un peuple et un bouffon ! Avec son départ c’est une page qui se tourne et une lumière dans la grisaille des politiciens qui s’éteint.

Salut Jack !

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
3 octobre 2006 2 03 /10 /octobre /2006 09:46

Fier de rouler français ? C’est la question à la quelle les constructeurs automobiles hexagonaux n’ont pas su apporter la réponse adéquate. Personne ne s’affiche en Renault. On arbore sa « Béhème » pas sa Peugeot. C’est l’échec qui se traduit par le déclin des ventes, l’expansion des importations et la feinte surprise des dirigeants dont on vantait il y a peu la capacité à résister à l’invasion des étrangères.


Pourtant le problème était simple. C’est une question d’image. La voiture reste un symbole pour une majorité d’acheteurs. Nos constructeurs nationaux n’ont pas réussi à hisser leurs marques au niveau où l’on se prend à rêver, ils dépensent des fortunes qui avec la formule 1, qui en rallyes sans obtenir le moindre dividende pour doper les ventes de la voiture de monsieur tout le monde.


Il suffisait pourtant de fredonner avec Alain Souchon « sous les jupes des filles » pour corriger le tir. Il n’y a rien sous le capot d’une Peugeot, d’une Renault, pour exciter le désir, rien non plus avec leur carrosserie pour enflammer les ardeurs des acheteurs. Et le résultat ne se fait pas attendre : les françaises sont délaissées pour des marques qui ont su faire fantasmer les gaulois qui sommeillent chez tous les conducteurs.


C’est simple comme l’œuf de Christophe Colomb : mais pour y penser encore faut-il avoir envie de regarder sous les jupes des filles…

 

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 21:27

Quinze ans sans lauréat ! Et pourtant le monde entier n’aurait d’yeux que pour nos scientifiques, nos chercheurs, nos mandarins. En quinze ans pas une seule médaille au Nobel de médecine, mais une certitude auto proclamée : notre système de recherche est envié par tous les fonctionnaires du CNRS. Ce pachyderme qui est à l’efficacité de la recherche ce que l’URSS était à libre entreprise : une antinomie.


Pour la quinzième année des chercheurs américains ou anglais sont récompensés. Chacun sait que le système de santé des anglais ne vaut pas tripette. Quant au modèle ultra libéral qui a cours outre atlantique il produit bon an mal an plus d’innovations que notre organisme d’Etat tous les vingt ans. Mais le mélange industriels – chercheurs est insupportable à nos quémandeurs obsessionnels de fonds publics.


N’y touchons pas : c’est un repère de gauchistes chez qui l’évocation du mot « innovation » déclenche une grève par un réflexe « pavlovnien ». En grève ou pas, peu importe puisqu’il n’y a aucune corrélation entre le temps de travail et le fruit des recherches. Ne confondons pas inspiration et transpiration : mais quand l’un et l’autre font défaut le résultat est …confondant.


Invité à parrainer la création du CNRS, on prête à de Gaulle la formule «  je n’ai pas besoin de chercheurs, j’ai besoin de trouveurs ! » Qu’en pense les candidats à la présidentielle ?

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
2 octobre 2006 1 02 /10 /octobre /2006 09:40

Est-il la conscience universelle que notre civilisation attend, le messie laïque envoyé par l’Être suprême, est-il la Vérité faite chair qui parcourt le monde pour enseigner l’Histoire aux peuples récalcitrants ?

A quel titre distribue-t-il ses admonestations ? Aujourd’hui aux turcs, hier aux américains, avant hier aux européens de l’est. Non content de ré écrire l’histoire de France et de se vautrer dans la repentance au point d’abdiquer les valeurs dont étaient chargées les grands acteurs de cette histoire, il s’arroge la posture du juge impartial des évènements qui ont façonné le Monde. Comme si l’Histoire pouvait se lire à une seule voix.

 

Cette ingérence dans les relations passionnelles entre turcs et arméniens rend la France insupportable à ceux qui savent trop bien que la vérité n’est ni une ni indivisible. Qu’attendent les turcs pour lui rétorquer : « taisez vous ! Chirac. Qu’avez vous fait du Rwanda, de la Bosnie , etcetera… »

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
1 octobre 2006 7 01 /10 /octobre /2006 21:00

C’est du grand art, du cousu main ! N’hésitons pas, c’est de la haute couture, une œuvre de maître artificier : ré amorcer une bombe et se faire deux éléphants. Ca c’est du safari. C’est signé Sarkozy !


Dégoupiller la grenade qui a fait long feu et une victime à Auckland pour déstabiliser deux candidats à la présidentielle : fallait y penser et ne pas se planter dans l’exécution. On peut saluer le digne successeur de Fouché. La campagne ne fait que commencer, mais les fleurets ne sont plus mouchetés.


La Royale qui, par fils Royal interposé, envoie par le fond le navire amiral de GreenPeace alors que Fabius prétend que tout ignorer de l’opération c’est le cocktail explosif qui vient d’être agité au nez et à la barbe des prétendants candidats.

 
N’imaginez pas Strauss Kahn, leur adversaire commun, capable d’une telle turpitude, son intelligence professorale lui interdit les chemins détournés, et son dilettantisme de mettre quoi que ce soit à exécution.


Non c’est en face que ça s’est tramé, chez le premier flic de France. Pour une première salve, c’est en plein dans le mille. Il y a du mauvais sang (contaminé) à se faire au PS mais on en est qu’aux escarmouches. Vivement qu’on rentre dans le vif du sujet - n’en déplaise à Ségolène.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
30 septembre 2006 6 30 /09 /septembre /2006 19:00

Et deux de chute ! L’incontournable Jospin ayant libéré la voie de…garage, c’est le grand perdant des sondages, l’éléphanteau de Tulle qui s’y est engouffré. Il n’avait jamais réussi à faire croire qu’il avait un statut de présidentiable, exit donc Hollande et sa carrière de politicien.

A droite plus que jamais les choses semblent aller de soi : ça sera Sarkozy ou la déculottée. Aucune alternative n’a gagné une once de crédibilité malgré les fins stratèges du « à qui perd gagne ».  Les Debré et Villepin ont à ce jour échoué à faire chuter le petit Nicolas. Ils ne leur restent plus que quelques semaines pour fabriquer un candidat : on peut penser que c’est râpé.

La surprise ne pourrait venir que de la gauche de la gauche, si renforcée par le coté bourgeois de Ségolène, elle récoltait plus que prévu et faisait ombrage à Ségolène la situant comme Jospin en troisième position, après… Le Pen , l’histoire ne repasse pas les plats.

Le duel en perspective n’a rien de folichon. Un madré de la politique qui avance au son du canon contre une figurine opalescente qu’on découvrira translucide à force d’être transparente.

Et si tout cela ne nous convenait pas, pas plus le jeune roublard que la fausse vestale, on ne pourrait pas même mettre un bulletin blanc dans l’urne pour témoigner de notre probité candide. Il ne compterait pour rien.

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
29 septembre 2006 5 29 /09 /septembre /2006 10:34

Hier c’est Jospin qui n’en finit pas de digérer son humiliant premier tour de 2002, et décanille la favorite des prétendants au poste de meilleur des candidats,  aujourd’hui c’est Giscard dont la plume témoigne de son inusable capacité à ressasser son septennat raté, en pointant l’immoralité de son poulain, le vieillissant Chirac et lui ôter toute velléité de se présenter pour un troisième mandat.

 

Ces bassesses sont congénitales chez les « grands » hommes politiques. Giscard oubliant la façon dont il a lâché Pompidou et Jospin son devoir d’inventaire vis-à-vis de Mitterrand. Ils s'autorisent toutes les turpitudes pour accéder au pouvoir et crient à la trahison, quand on leur refait les mêmes coups qui leur ont si bien réussi. Amnésie ou hypocrisie ?

 

Triste fin de règne pour ces hommes qui ne trouvent plus que dans la nuisance le moyen d’exercer une influence.  Peu importe la réalité des faits qui nous sont livrés, peu importe qu’ils aient compromis pour de vrai ou pour de faux la re-élection de l’un, la carrière présidentiable de l’autre : c’est dans chacun des cas le refus d’assumer son passé, ses échecs et sa mise à la retraite anticipée.

Devenir le meilleur ennemi de son propre camp c’est semble-t-il le destin de tous ces piteux revenants. Et Chirac torpillant Sarkozy ne fait que perpétuer la tradition.

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 09:07

Son retour de l’île de Ré n’aura pas donné lieu aux « cent jours ». La manœuvre n’a pas eu les effets escomptés, et Lionel a été forcé d’en tirer les conclusions : son destin présidentiel est définitivement scellé.


Désavoué en 2002 par le vote des français, les socialistes, du camarade de base à l’éléphant d’appareil, viennent de lui signifier le peu d’intérêt que ses contorsions médiatiques suscitaient dans le parti. C’est humiliant d’être contraint d’abandonner une bataille parce que les petits soldats vous refusent le droit de la livrer.


La métaphore militaire dont Jospin a usé et abusé conduit le général à quitter le théâtre des opérations. C’est un ancien combattant. Quel flair : Chirac, bon prince, vient de relever leur pension.

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article
27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 03:11

Seule voix discordante, seul rescapé du tsunami du politiquement correct Libre Cours n’hésite pas à trouver scandaleuse la revalorisation des retraites des anciens combattants d’origine « indigène ».


Il ne s’agit pas de ratiociner sur le différentiel de niveau de vie entre l’ougandais, l’ivoirien et sénégalais et de suggérer qu’un réajustement des parités en fonction des pays suffisait à effacer l’injustice dont se prétendent victimes les frères d’arme des armées africaines pour le gel des pensions et retraites qui leur sont encore versées. Le pouvoir d’achat d’une pension non revalorisée versée à un africain pouvant égaler celui d’une pension versée en métropole.


Non, l’argument est beaucoup plus cinglant. Ces braves gens ont, il y a plus de 40 ans, revendiqué et obtenu - à juste titre - leur indépendance. C'est-à-dire la rupture de la filiation avec la mère patrie pour la quelle ils ont combattu. Dont acte ! Personne ne les y obligeait.


Ils ont alors récupéré sans bourses déliées tout ce que la métropole avait investi pour le développement de leurs pays. Ils n’ont cessé de recevoir des mille et des cents pour les aider à décoller, puis à re-décoller… Libres à leur gouvernant d’affecter notre générosité au financement des retraites de ceux de leurs concitoyens dont le passé colonial mérite cette reconnaissance.


Mais la France n’a aucune dette, ni morale ni financière, vis-à-vis de populations qui n’avaient d’autre choix, qu’elles fussent asservies ou pas, que de combattre au coté de l’Axe ou contre l’Axe et ce indépendamment de leur bon vouloir. Elles ont voulu le beurre et ne cesse de réclamer l’argent du beurre. Ces pays n’assument toujours pas leur indépendance et ce n’est pas cette nouvelle aumône qui les y incitera.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article