Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

1 décembre 2008 1 01 /12 /décembre /2008 21:55
Le problème qui secoue nos lointains amis guyanais est un marqueur que nos politiciens ne pourront longtemps ignorer ici en métropole.

Ménager la chèvre et le chou en est la traduction triviale. Peut-on satisfaire Borloo et Lagarde en est la transposition politique. Nul besoin d’être prophète pour anticiper que Borloo sera du fait de la crise prochainement renvoyé à ses chères études et que la logique économique prévaudra sur la croyance écologique.

Pour résumer en une phrase. Doit on imposer aux guyanais qui n’en ont cure les normes anti pollution européennes en matière d’approvisionnement en carburant ?

Seul territoire de l’Amérique du sud, représentant moins de 0.1% de sa superficie, à se voir imposer de telles normes, la Guyane française devrait brider son économie pour respecter l’environnement. La hausse subséquente de 30 ou 40% du prix de l’essence met en péril une économie déjà sous perfusion.

Alors faut-il mettre l’économie de ce département à genoux pour un obtenir un effet incommensurable – stricto sensu - sur la pollution ou reconnaître enfin que dans l’hémisphère sud  les écolos marchent sur la tête. En attendant d’étendre cette conclusion à l’hémisphère nord ?


Michel COUDERT Candide
Repost 0
Published by Candide - dans Ecologie
commenter cet article
30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 20:38

C’est le nouveau défi, un problème d’une extraordinaire complexité, qui nous guette et suscite des réflexions que la crise rend encore plus stimulantes.


La cinquième génération c’est quand les jeunes retraités ont encore des grands parents vivants. C’est une situation aujourd’hui assez exceptionnelle. Avec l’allongement de la durée de vie d’un an tous les 3 ans, c’est, dans un horizon proche, la garantie d’un déséquilibre total des comptes sociaux.


La situation était déjà préoccupante.


La génération du baby boom en cours de retrait des affaires aura subi le contrecoup du passage à 80 ans de l’espérance de vie de leurs parents, les "privant" de l’héritage qui intervenait jusqu’alors au cours de la vie active.


Leurs retraites comme chacun le sait ne sont toujours pas équilibrées ce qui s’explique par l’entrée tardive dans la vie active de leurs enfants et par le poids plus élevé des seniors (leurs parents) dans la population. Les seniors de la génération précédente auront cumulé le bénéfice patrimonial et la couverture des retraites par un taux d’actif suffisamment élevé ce qui ne sera pas le cas des jeunes seniors qui quittent aujourd’hui le monde du travail.


Mais le pire est à venir. La cinquième génération va alourdir le poids des non actifs dans les comptes sociaux et contribuer à rendre impossible l’équilibre sans une remise à plat totale du modèle de société.


Retarder l’entrée dans la vie active au motif qu’il faut laisser les seniors au travail n’est à l’évidence pas la solution. Réduire les prises en charge sociétales n’est pas la direction vers laquelle la république compassionnelle nous invite à regarder. Et ne rien faire comme trop de gouvernements s’en sont contenté semble mener à des crises sporadiques de plus en plus fréquentes comme l’a montrée la très symbolique grève des pilotes de ligne.


Ce n’est pas en nous invitant à travailler jusqu’à 70 ans que le problème se réglera. Encore faut-il croire que le travail crée le travail, ce qui malheureusement reste à démontrer. Si Malthus revenait ne pourrait-il se vanter d’avoir prophétisé avec quelques siècles d’avance ce qui risque de nous arriver ?



des problèmes récurrents avec le FAI ( Neuf/SFR pour ne pas les nommer )  empêchent la maj régulière de ce blog.

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
28 novembre 2008 5 28 /11 /novembre /2008 10:15
Le discours gouvernemental empreint de réalisme se heute aux grands principes : le droit de chacun de disposer de lui même.

De deux choses l'une. Soit la liberté des SDF ne souffre aucune restriction et leur vagabondage de fait doit être préservé. Soit la loi fait obligation d'assistance aux personnes en danger, autre grand principe, et alors nul n'est autorisé à les laisser mourrir de froid dans leur campements insalubres.

La recherche d'un "in medio stat virtus" parait inopportun quand l'hiver frappe à la porte. S'il en existe un il est indécent de se mettre à le rechercher alors que quotidiennement des SDF disparaissent.  Querelle byzantine pour tout un chacun mais issue vitale pour ceux qui sont directement concernés.


Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 11:56

La situation n’est guère enviable. De quelque coté qu’elle se retourne Martine est entourée d’amis de la dernière heure ou d’ennemis de la première.


Les uns comme les autres seront mobilisés. Non seulement contre l’ennemi de l’Elysée, l’ultra libéral, le grand méchant représentant du capital – la terminologie guerrière de la lutte des classes va refleurir – mais aussi animés d’une volonté de revanche. Ceux qui ont du abandonner le combat à Reims, les Delanoistes et consorts ralliés sur le tard dans un front tout-sauf-Royal  à Mme Aubry feront cause commune avec les royalistes qui n'ont digéré pas leur défaite électorale.


L’inversion du front populaire en un Tout sauf Aubry n’est pas le moindre paradoxe de la situation des socialistes. Combien de temps Aubry supportera-t-elle d’être l’otage de ces groupes antagoniste? Pas sur qu’elle résiste longtemps aux tirs croisés de ses "amis" et de ses  ennemis.





Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
25 novembre 2008 2 25 /11 /novembre /2008 09:19

Le système D est consubstantiel à la filiation gauloise. Des ethnologues formés à la génétique identifieront peut être un jour le gène dont la retranscription permet à son possesseur d’exprimer un goût prononcé pour la combine.


En attendant on en est réduit à collectionner les cas où la dérive est telle qu’elle tient plus de l’escroquerie que de la simple débrouille.

Ainsi l’exemple rapporté ci-dessous de ces "traders" qui se comportent en citoyens voyous pour bénéficier d’une assurance chômage alors qu’ils n’ont jamais cotisé à la hauteur de leurs émoluements. Pas même à la hauteur du millième de leurs allocations.

Nous donnons rarement dans l’appel au civisme sachant que tout français qui se respecte  a péché à dû concurrence du nombre de circonstances qui lui ont été offertes, mais le caractère abyssal du détournement au détriment des Assedic est tel qu’il ne doit pas être considéré comme juste un autre petit arrangement avec un système oh combien sévère pour les moins filous, mais comme de l’escroquerie.




Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 10:17

Le document joint se passe de commentaires. Sa publication a permis aux donneurs de leçons patentés de surfer sur leur thème favori :  la discrimination rampante. Notre péché originel : être des petits hommes blancs devrait nous imposer une mauvaise conscience éternelle.  On suggère à la Halde de rendre aussi obligatoire l’étude de Pascal Bruckner et de son « Sanglot de l’homme blanc » à tous les lycéens…

Devrait-on rappeler à la Halde qu’en France la plus oppressive des discriminations découle du statut de la fonction publique, qui dispose que 5 millions de personnes ont un régime avantageux donc discriminatoire au regard de tous les autres français. Messieurs de la Halde, vous qui en profitez, qu’attendez vous pour abolir ce privilège ?.



Lire le document
   Halde au ridicule



Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 16:01
Que la gauche se déchire sur fonds de querelle de personnes satisfait leurs opposants de tous bords. A première analyse qu’ils soient de l’ultra gauche, du centre ou de la majorité les responsables politiques - hors PS - peuvent naviguer sans craindre qu’un tsunami rose ne déstabilise leurs embarcations.

Cette analyse est bien entendu rejetée des caciques de ces partis qui feront valoir qu’ils appellent de leurs vœux une forte et véritable opposition, avec un parti susceptible de conduire une alternance. Vous avez déjà entendu cette petite musique, qui sonne aussi faux qu’une profession de foi d’un candidat socialiste. En fait ils se délectent tous de la déchirure et rêvent que la brisure se transforme en fracture.

Ils ont oublié que l’absence de contre pouvoir produit des anti corps qui se dissimulent dans la société, qui ne sont guère perceptibles puisque ceux chargés de jouer les rabat-joie ne sont pas à leur poste pour assumer le rôle de soupape.

Ils ont oublié que les grands discours métaphysico, sociologico, historico globalisant sur mai 68 occultaient le simple fait que la France avait vécu 10 années de monarchie autoritaire et gaulliste sans aucun contre pouvoir digne de ce qualificatif. Et si seule la France a “bénéficié“ de ce tsunami que nous avons décrété universel, c’est que dans les autres démocratie les contre pouvoirs existaient et jouaient leur rôle de soupape de sécurité.

Sans parti socialiste en ordre de marche la France redeviendrait la France des années 60 sous la férule d’un Sarkozy, monarque absolutiste comme ses dérives fréquentes l’ont mis en évidence. Et l'explosion 68tarde ne mettrait pas 10 ans à déferler sur le pays.

Rêvons donc d’une fin de crise rapide chez les socialistes et reconnaissons que le score 50/50 est une bien bad news pour notre démocratie.

Michel COUDERT  Candide
Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 20:00

Jusqu’où le journaliste peut-il aller ? Entre complaisance et acerbité existerait-il un juste milieu ?

 

La question vient à l’esprit après l’affront fait à Apathie par Mme Royal dont chacun sait qu’elle n’a pas un respect infini pour les convenances. Il n’est pas le premier à être victime des manquements de la future ( ?) premier secrétaire du PS.

 

Devait-il ravaler sa rancœur ou plutôt faire étalage de son aigritude en fustigeant la fautive devant l’opinion ? N’importe le quel d’entre nous, victime d’une telle incivilité n’aurait pu se venger qu’en la vouant aux gémonies. Apathie de par son statut de journaliste-en-vue a pu la clouer au pilori de l’opinion publique. Dès lors a-t-il abusé de sa position dominante ?

 

Débat sans cesse relancé de la soumission des médias aux hommes politiques. Tantôt accusés de leur servir la soupe, tantôt flétris pour profiter de leur pouvoir de nuisance les journalistes balancent entre ces deux pôles également répulsifs.

 

C’est ce qui fait le charme et la difficulté de leur jobs et aussi pourquoi ils sont si peu nombreux à risquer de se faire poser un lapin.




 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 15:19
La tentative de rapprocher l’éthique et le droit vient faire une première victime : Daniel Bernard qui voit la cour d’appel lui refuser la retraite chapeau de 1,2 millions d’€ que Carrefour, son ex employeur, lui avait consenti de son plein gré. Les petits actionnaires vont être renfloués.

Difficile de comprendre ce revirement d’une jurisprudence constante   des décisions des tribunaux de commerce qui considèrent que si les parties sont libres de leur consentement les engagements licites ne peuvent être déliés.

Or à notre connaissance le signataire coté Carrefour était mandaté pour engager l’entreprise. Ce sont donc les nouveaux dirigeants qui ont considérés que les engagements des prédécesseurs étaient susceptibles d’appel. Porte ouverte à toutes les remises en question !

Les défenseurs de l’éthique ont le vent en poupe en ces temps de crise et la décision ravit nos dirigeants. Les patrons ne doivent pas échapper à la dureté des temps. Dans le subliminal difficile de faire plus lourd.

On s’égare si l’on pense que l’on a le moindre intérêt pour le cas personnel de ce dirigeant. On s’inquiète en revanche de la dérive qui consiste à judiciariser à tout va. Qui ne va être tenté de porter son affaire devant une juridiction qui devra dire ce qui est et ce qui n’est pas exorbitant. Bien malin celui qui pourra donner une définition, interprétable équitablement à Douai comme à Périgueux.

Plus étrange cette décision intervient quelques semaines seulement après qu’un quidam ait obtenu d’une cour d’arbitrage, pour un conflit lui aussi de droit commercial une indemnité pour préjudice moral  de 285 millions d’€ payée cette fois par le contribuable.

En France il vaut mieux s’appeler Bernard Tapie que Daniel Bernard. et pressurer le contribuable que l'actionnaire privé.

Michel COUDERT Candide








Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
19 novembre 2008 3 19 /11 /novembre /2008 17:27
"Dis moi comment tu empruntes, je te dirai qui tu es !"

C’est peu ou prou la lecture que Philippe Marini sénateur de l’Oise fait du rapport du conseil économique et social qui décrit la situation de surendettement qui frappe de plus en plus de familles en proposant de légiférer.

Le crédit revolving dont les taux frôlent l’usure est un outil permettant en cas de précarité d’assurer les dépenses courantes à un coût exorbitant. (autour de 20%).

Il pousse à la consommation d’autant plus que sa publicité n’est pas contrôlée. Les banques aux quels l’État vient de garantir les prêts s’étaient jusque là opposées à toute régulation de cette forme de crédit. Dans le contexte de la crise dont les effets pèsent lourdement sur les ménages déjà endettés il est critique que les banques ne profitent pas de l’étranglement de certains clients pour leur offrir des ré échelonnements de dettes à des conditions qu’ils ne pourront pas honorer, les entraînant dans la spirale du surendettement.

Le bons sens qui semble inspirer le sénateur de l’Oise le conduit à protéger le consommateur à l’encontre de son plein gré puisque ce dernier ne peut ignorer qu’il outrepasse ses moyens financiers et à sanctionner les banques qui ne s’assureraient pas de la solvabilité de leur client.

C’est au détriment de leur liberté de s’endetter… penseront les libéraux. C’est pour leur éviter de les retrouver en commission de surendettement pourrait-on leur rétorquer.

La contradiction n’est qu ‘apparente. Les consommateurs compulsifs qui forment le gros du troupeau des surendettés actifs (par opposition à ceux qui le deviennent victimes d’un événement extérieur, maladie, chômage etc.…) contourneront la législation si d’aventures elle était adoptée. Ce ne sont pas quelques spots publicitaires préventifs ou quelques restrictions à la facilité de distribuer les crédits revolving qui les guériront de leurs troubles obsessionnels.

Marini se paie un coup de pub, mais ne résout certainement pas le problème de la baisse du pouvoir d’achat et sa conséquence chez les moins favorisés.

Michel COUDERT Candide
Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article