Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

Recherche

Texte libre

Archives

7 juin 2006 3 07 /06 /juin /2006 01:58

L’Etat, c'est-à-dire le contribuable, vient d’être condamné à indemniser le député Lipietz de 62.000 € au titre de la déportation en 1944 d’un membre de sa famille. Cela  constitue un enrichissement nauséabond. Faire du fric au titre de la déportation de son père, déportation sans conséquence funeste faut-il le rajouter, est une exploitation éhontée de l’industrie de l’holocauste.


Rien de tel pour alimenter le sentiment anti sémite. Et pourquoi pas indemniser les arrières arrières petits enfants de Dreyfus, payer des compensations aux petits enfants pour les spoliations de leurs grands parents, pour le port forcé d’une étoile, et déferrer tous les descendants des français ayant prêté leur concours aux forces d’occupation devant des tribunaux  composés des survivants de ces déportations. C’est de la même veine que donner plus qu’un Euro symbolique aux ayant droits des victimes du nazisme.


C’est insupportable de faire du beurre sur la mémoire des victimes de l’holocauste. Lipietz et les siens ne sont que des profiteurs qui exploitent le filon de la Shoah. Ce sont des parasites qu’une décision scélérate d’un tribunal élève au rang de nuisibles.


Qu’attendent les institutions représentatives de la communauté juive pour s’indigner de cette provocation ? Qu’attend l’Etat pour faire appel de ce jugement ?

Partager cet article
Repost0
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 09:20

C’est à une commémoration silencieuse que les français sont invités aujourd’hui. Aucun oriflamme, aucun drapeau ni hallebardier, pas de discours, de rétrospective ni messe de recueillement : le 6 juin est rayé du calendrier des fêtes laïques carillonnées.


Le jour le plus long est victime du trop plein de commémorations. Il y a des devoirs de mémoire qui sont politiquement corrects et d’autres qui tombent opportunément aux oubliettes. Entre Trafalgar et Omaha beach, Chirac a honoré Nelson et ignoré Patton.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juin 2006 1 05 /06 /juin /2006 01:26

On ne va pas gâcher notre plaisir. Après avoir ressuscité  les maisons de correction la coqueluche des sondages découvre les méfaits des 35 heures. Il ne lui aura fallu que 5 ans pour prendre la mesure de cette ineptie. Elle en avait mit dix pour revendiquer le credo de la tolérance zéro à appliquer aux trublions de banlieue. A ce rythme la on n’attendra pas longtemps sa conversion à l’économie de marché.


Tel un curé défroqué qui jette aux orties les ornements de sa vie sacerdotale, l’égérie de la gauche abandonne un à un les oripeaux du socialisme. Comme les récents convertis sont souvent les plus ardents défenseurs de leur nouvelle cause  la question n’est plus de savoir si elle récupérera des voix de droite, la question est : gardera –t-elle suffisamment de voix de gauche pour arriver en tête dès le premier tour ?


Elle tente de réussir là où les centristes ont toujours échoué, la jonction de la gauche non communiste à la droite parlementaire. C’est ce qu’Angela Merkel a réalisé outre Rhin avec son gouvernement d’union nationale.


Cessons de plastronner : sa démarche a le mérite de carboniser autant les dogmatiques du PS que les ventres mous de l’UDF. Elle va forcer la droite à consommer sa rupture avec le chiraquisme et à abandonner cette prétendue troisième voix mélange incongru de libéralisme et d’étatisme. Les nostalgiques du gaullisme vont devenir orphelins.


On a un peu vite raillé sa candidature. Son projet, si elle le sort du carcan du parti socialiste, peut obtenir un large consensus autour de mesures impopulaires et nécessaires qui pétrifient la droite parlementaire depuis la capitulation  de Juppé.

Partager cet article
Repost0
4 juin 2006 7 04 /06 /juin /2006 20:40

On nous serine que la France d’en haut, celle qui ne paie pas ses contraventions, n’est pas assujettie aux limitations de vitesse et est amnistiée d’éventuelles condamnations, jetterait quelques cacahuètes à la France d’en bas, à laquelle vous appartenez très certainement.


Pour les quelques points de votre permis qui vous auront été défalqués, pour les sanctions mineures que vous aurez récoltées, de Villepin, dans son infini miséricorde vous gratifierait d’une epsilonnesque rémission de vos peccadilles.


Ah, mais ! Dès fois que la france d’en bas se prendrait pour la France d’en Haut. Non, foi de Galouzeau, point trop n’en faut.


« Non, c’est tout faux ! » a donc conclu péremptoirement le sous ministre à l’aménagement du territoire. C’était trop beau pour être honnête. Il n’y aura pas d’assouplissement des pénalités liées aux petites infractions. Mais eux resteront au dessus des lois.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2006 6 03 /06 /juin /2006 17:03

Perdu de vue l’objectif de cette mesure décidée en réponse à la canicule de l’été 2003. En solidarité avec le quatrième age les actifs devaient donner une journée de travail pour  améliorer les conditions de vie des plus âgés.


Le propos n’est pas de critiquer la générosité entre les générations : elle est a toujours été au coeur même de la vie en société. La nouveauté c’est qu’allongement de la durée de vie et  réduction du temps de travail ont considérablement accru la charge de solidarité sur les actifs. La dérive instantanée a consisté à creuser un déficit budgétaire qui handicapera la prochaine génération, les plus jeunes d’entre nous.


Quant à la solidarité avec nos anciens, était-il réaliste d’en rajouter une couche sur la population des actifs ? Ne sont-ils pas ceux qui supportent déjà l’essentiel des efforts de redistribution ?


Le piètre résultat du premier essai a conduit à développer une formule à la carte, indolore pour les fonctionnaires et pour ceux qui bénéficient de RTT et supportée in fine par les salariés des PME et des toutes petites entreprises.


Pire, le pataquès d’un système à deux vitesses conduit à altérer la productivité des entreprises qui auront décidé d’être en activité le lundi de pentecôte. La double peine pour ceux qui vont travailler : c’est l’histoire d’une idée faussement généreuse, qui détournée de sa finalité ne contribue que marginalement au résultat escompté mais accroît les inégalités.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2006 5 02 /06 /juin /2006 19:46

Les circonstances dans les quelles les marines ont éliminé des villageois irakiens n’ont plus de rien de secret. Ces exactions sont coutumières des armées d’occupation. Seul l’exempté George W Bush devait l’ignorer quand il lança les GI à l’assaut de la forteresse irakienne. La liste des dommages collatéraux de l’occupation américaine ne cesse de s’allonger. Les conséquences des massacres d’Haditha sont incommensurables.


Guantanamo, Abou Ghraib, Haditha et toutes les prisons cachées de la CIA créent plus de vocations terroristes que les croisades du chevalier Bush ne permettent d’en éliminer.


La seule justification que l’on pourrait donner à cet entêtement c’est que sa motivation est vierge d’arrières pensées. Que seule la restauration du crédit des Etats-Unis, de  la grandeur de l’Amérique et des valeurs sur les quelles ses pères fondateurs ont créé son identité motive les actions guerrières de son président. On sait qu’il n’en est rien. Qu’un mix de fanatisme religieux et de considérations bassement financières a constitué les arguments déterminants de cette intervention.


Aujourd’hui les « US go home », ces 3 mots que les partisans du glacis soviétique taguaient sur les murs des villes européennes dans les années cinquante s’affichent dans toutes les cités du monde musulman.


Bush nous ramène 50 ans en arrière. Ce n’est pas sûr que ce soit un progrès.

 

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 10:21

Puisque la Française des Jeux (FdJ) tarde à faire entendre sa voix, apportons notre éclairage sur cette tromperie dont le principal bénéficiaire se fait très discret.

Dés le 7 février Candide vous avait informé de la censure exercée par la FdJ sur une émission de M6 décrivant la combine. Résumons : la distribution des lots gagnants dans le Vegas, jeu de grattage n’est pas aléatoire. Dès qu’un lot important  est sorti d’une séquence de cartes, cette séquence ne comporte plus de cartes gagnantes.

 C’est le point crucial. Pour ceux qui ne jouent pas, ce n’est pas limpide, pour les joueurs c’est clair. Il faut les avoir vu gratter au comptoir du café tabac pour comprendre que le gagnant se représente instantanément pour se faire payer son gain. Le débitant sait dès lors que la série du Vegas dont la carte gagnante est sortie ne possède plus de lots intéressants. En continuant à vendre les tickets suivants, il trompe les acquéreurs. Mais c’est le scénario inverse qui est plus juteux ; car si la majorité des cartes a été écoulée sans que le lot principal soit sorti, il est nécessairement dans le jeu de cartes restant. Il est facile au débitant de se l’approprier pour gagner à coup sur plus que sa mise.

 

D’où l’intérêt pour les détaillants de la FdJ d’écouler un maximum de Vegas. Avec ce système le gain de la FdJ ne réalise pas une économie sur le paiement des gains. La duperie repose sur la non équité des joueurs et sur l’avantage donné aux détaillants de s’enrichir sans coup férir. Puisque les détaillants s’enrichissent facilement en écoulant des Végas, in fine le grand gagnant c’e n’est pas la FdJ mais l’Etat qui récupère par sa société écran une manne supplémentaire.

 

On comprend mieux pourquoi ni Bercy, ni la FdJ ne se sont précipités pour arrêter cette tromperie. Dans cette affaire l’Etat est pris la main dans le sac pour complicité de fraude. On aimerait que ses représentants s’en expliquent plutôt que de poursuivre les plaignants pour une prétendue diffamation.

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 09:16

Chassez le naturel, il revient au galop ! Ce n’est pas la fille d’un colonel de cavalerie qui réfuterait ce dicton. Sa charge contre les trublions de banlieue prend le PS à rebours. N’est-elle pas à son tour en train de labourer sur les terres du FN ? Proposer la ré ouverture sous le contrôle des militaires des maisons de correction va donner des crises d’urticaire à gauche comme à droite.

Remettre les sauvageons dans le droit chemin, responsabiliser leurs géniteurs qui n’applaudiraient pas ? Mais quand les sauvageons sont instrumentalisés par les partis de gauche, quand les instituteurs, les éducateurs sont phagocytés par une idéologie laxiste prônée par ces mêmes partis ou leur relais syndicaux, il faut avoir le courage de s’en départir avant de demander à l’armée d’intervenir.

En fait c’est le naturel autoritaire de la madone des sondages qui ressort de cette prise de position. La populaire Ségolène masque une personnalité peu encline au dialogue, forte tête, arrogante derrière un minois ripoliné. C’est ce penchant brutal qui se démasque au fur et à mesure de ses interventions. Elle ne peut pas toujours se contenter de répéter : « Nous sommes fiers de ce que nous avons fait, et plus fiers encore de ce que nous allons faire». Il lui faut à son tour aller au charbon, plonger les mains dans le cambouis et à en juger par la première saillie, ça va décoiffer même ses plus farouches zélateurs.

Et si au deuxième tour Le Pen affrontait la Royal, les voyous n’auraient plus qu’à bien se tenir !

Partager cet article
Repost0
31 mai 2006 3 31 /05 /mai /2006 20:33

L’image d’un vieillard courbé sous le poids des ans nous renvoie aux mensonges qui suivirent la catastrophe de Tchernobyl. Triste fin de vie pour le professeur Pellerin, responsable d’avoir communiqué l’absence de retombées du nuage radioactif. Il est mis en examen pour tromperie aggravée.


Etrange qu’il ait fallu plus de 20 ans pour détecter qu’il y avait eu information mensongère.

Bizarre qu’aucun ministre de la justice ne se soit pré occupé de faire la lumière sur cette opération de désinformation.

Etonnant enfin qu’aucun des politiques concernés par cette occultation n’aient été auditionnés.


On a trouvé un pèlerin, un lampiste de 82 ans. Alors ni Chirac, ni Barzach ne se seraient posés de questions ? Ils auraient avalé cette histoire comme de parfaits moutons ; c’est ce qu’on voudrait nous faire gober.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2006 3 31 /05 /mai /2006 19:40

Un peu de retenue. Restons décent ! La débauche de superlatifs qui accompagne l’annonce des statistiques de l’emploi frise l’inconvenance.  Quant aux ministres qui se disputent la paternité de la réduction du chômage, ils prêteraient à sourire – selon le vœu de Villepin -  si la situation des chômeurs s’était réellement améliorée. Mais avec notre taux de 9.3% on est très loin d’avoir trouvé le remède au drame des sans travail. Borloo a repris ce que Jospin, le dernier, avait largement développé : créer des emplois aux frais de l’Etat.


Ne chipotons pas aux heureux bénéficiaires la joie d’avoir retrouvé un emploi, un statut, mais de grâce ne faisons pas des effets de l’application d’un cautère sur une jambe de bois l’ébauche d’une solution structurelle qui permettrait aux 4 millions de français sous ou inemployés de retrouver leur dignité.

Partager cet article
Repost0