Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

3 août 2006 4 03 /08 /août /2006 14:41

C’est la candidature de trop, celle qui peut faire reculer d’un rang le Ségolène de la droite. Elle ne peut être spontanée. Quand on connaît la difficulté pour un Le Pen d’obtenir les 500 signatures, le sésame qui ouvre droit à la candidature, la perspective pour un présentateur de télé de réunir les visas nécessaires pour se présenter confirme qu’à droite Chirac n’a pas désarmé.


A chacun son Taubira. Aucun maire de gauche ne pourra plus adouber celle qui fit chuter Jospin au risque de porter longtemps le sceau de l’infamie. A droite où l’on se cache pour assumer les positions du Front et des français qui adhèrent à ses thèses (un sur cinq), l’intrusion d’un gentil écolo, copain du président, peut modifier la donne.


Comment bannir des urnes celui qui fait du principe de précaution l’alpha et l’oméga de toute décision affectant la vie des citoyens. Plus de chemins de fer, on pourrait dérailler, plus de constructions navales, on pourrait sombrer, …ce monsieur Hulot est naturellement un pote de Chirac qui a fait de la compassion l’affaire de son quinquennat.


Infantilisons les français, prenons les pour des demeurés au point de croire qu’en réduisant la consommation d’aérosols on diminuera l’effet de serre et votons pour Hulot, le charlatan de la droite.


Si Bové peut faire trébucher à gauche, Hulot peut faire choir à droite. Ca ne serait pour déplaire ni à Villepin ni à Jacquot.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Serge Weidmann 17/08/2006 20:03

En effet, la candidature Hulot est une catastrophe politique à deux niveaux:
celui du débat d'idées
celui de l'avenir de la droite. Il est vrai que de celle-ci, Chirac s'en fiche: il est à gauche