Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Libre Cours par Candide
  • Libre Cours  par  Candide
  • : Décryptage sans complaisance de l'actualité quotidienne.
  • Contact

Retrouvez Candide
alias Phénix sur

3w.LeVésinet.com

Recherche

Texte libre

Archives

6 octobre 2005 4 06 /10 /octobre /2005 00:00

Ça se passe en Espagne, ça se passe en France, ça se passe en Angleterre, mais c’est en Afrique, en Océanie, ou en Amérique du Sud mais ça n’est certes pas en Europe.

 

 

 

 C’est à Melilla, à Mayotte, aux Malouines ou dans biens d’autres points sur la mappemonde où l’Europe s’étend contre vents et marées. Espagnols, français, anglais, hollandais et j’en oublie certainement gardent sur tous ces continents des vestiges d’un temps où le colonisateur était le bienfaiteur. Difficile de n’avoir pas compris que ce temps était révolu. Qu’il n’y a pas plus de légitimité à imposer au cœur du royaume chérifien des enclaves espagnoles, que de maintenir des comptoirs français dans les Indes orientales.

 

 

 

 Difficile de ne pas voir dans les incidents de Melilla comme dans les dérives migratoires à Mayotte ou les problèmes en Guyane comme un avant goût d’une remise en question définitive du rattachement de ces territoires à leur tutelle coloniale.

 

 

 

 Étrange silence des politiques de tout bord pour ces anachronismes dont la persistance n’est permise que  par la mise sous perfusion permanente de ces territoires par leur métropole, au plus grand profit des populations voisines qui entretiennent d’excellents rapports avec ces ulcères sur l'épiderme européen dont elles savent tirer un profit maximum.

 

 

 

 Combien faudra-t-il de Melilla, de guerre des Malouines, d’immigrations sauvages à Mayotte pour qu’enfin l’Europe se satisfasse de n’être qu'européenne ?

 

 

 

 Difficile de renâcler à l’entrée de la Turquie en Europe lorsque qu’on y côtoie  la Guyane , les Malouines et autres possessions d’Océanie. Et si dans ce même grand mouvement séparatiste on pouvait rendre la Corse aux corses on serait cohérent pour laisser les turcs dehors et fêter en ce 7 octobre l'anniversaire de Lépante.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans International
commenter cet article
5 octobre 2005 3 05 /10 /octobre /2005 00:00

Distingué par la royale académie, le citoyen Chauvin est porté au pinacle pour avoir le premier développé la métathèse. Des dialecticiens on avait appris la thèse et l’anti-thèse, les socialistes ont contribué en faisant la synthèse et les chimistes ont rajouté leur grain de sel avec la métathèse. On nous explique que c’est le libertinage moléculaire, l’échangisme au niveau des atomes ; sans être chauvin c’est sans doute à ce titre que cette découverte ne pouvait être le fait que d’un chercheur gaulois.

 

 

 

 Plus sérieusement la France au déclin annoncé se redresse fière sur ses ergots pour pousser son cocorico. On sort du fonds de sa retraite tourangelle le modeste nobelisé qui  rappelle ingénument que sa découverte qui date de quelques 35 années n’a pas à l’époque suscité l’enthousiasme de ses pairs. D’ailleurs ce sont des étrangers qui lui ont apporté ses lettres de noblesse.

 

 

 

 On aurait aimé que les commentateurs prompts à s’approprier les mérites d’un prix Nobel nous expliquent pourquoi cette découverte d’un chercheur français n’a pu être exploitée par les brillants cerveaux qui peuplent l’office publique de recherche scientifique dont les titulaires à la lecture des journaux nous semblent mieux formés pour les défilés que pour être nobélisés. C’est vrai que sur le pavé la concurrence y est moins rude qu’à la Cour du Royaume de Norvège. Et puis dans ce monde là on est d’abord républicain, exceptionnellement chauvin.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
4 octobre 2005 2 04 /10 /octobre /2005 00:00

Qui sont-ils ceux qui défilent ?

 

 

 Faut-il qu’ils soient excédés, se sentent floués pour crapahuter sur le bitume en scandant leur amertume contre leur patron, le gouvernement ou tout autre responsable désigné de leur infortune. Sont-ils encore naïfs pour croire que leurs vociférations infléchiront un tant soit peu ceux qu’ils vilipendent en arpentant bon enfant les artères de leur chef lieu.  

 

 

 Se savent-ils manipulés par ceux qui tirent de ces exercices une crédibilité que leur syndicat est incapable de leur procurer quand seulement 8% des salariés sont syndiqués et récupèrent ainsi de l’Etat honni les fonds que les contributions de leurs adhérents sont bien loin de quoi leur assurer ?

 

 

 Parce que c’est mieux que de se tirer une balle dans le pied : c’est l’Etat qui finance à plus de 80% les manifestations dans les quels il est bafoué. Il fournit l’intendance, il libère les fonctionnaires pour qu’ils puissent défiler sans qu’une seule retenue ne soit effectuée sur leur traitement et il se fait sur les ondes l’avocat de ces gens là.

 

 

 

 Etonnant que ces propos on ne les entende pas dans la bouche d’un Premier Ministre, ni du Chef de l’Etat. Etonnant n’est-ce pas, que l’Etat patron de la SNCM n’ait pas osé  rappeler que ses salariés avaient droit à 6 mois de congés par an et la retraite à 50 ans ?

 

 

Alors pas étonnant que les bénéficiaires d’un statut arbitraire défilent pour défendre des privilèges qu’aucun politicien n’a le front de dénoncer. Pour une minorité qui mériterait d’être écoutée, ces défilés sont squattés par des manipulés aux ordres d’une caste de profiteurs qui se servent ouvertement et impunément dans les caisses de l’Etat.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
3 octobre 2005 1 03 /10 /octobre /2005 00:00

Parler d’un sujet que l’on reproche aux autres d’aborder voila qui mérite à tout le moins un pan sur le bec. La nuance étant que nous n’avons pas pris l’initiative d’inviter celui que la justice vient de rendre à la vie civile tout en lui enjoignant de taire tout ce qui concernait son emprisonnement.

 

 

 

 Mais voir ceux qu’un Mitterrand au pire de sa forme devait traiter de « chiens » se précipiter micros à la main pour recueillir les confidences d’un criminel pas même repenti a quelque chose de très malsain.

 

 

 

 Si jamais la formule «quand les bornes sont franchies il n’y a plus de limites » s’appliqua bien, c’est à ce simulacre d’interview d’un Lucien Léger interdit d’expression depuis sa sortie de centrale après 40 ans de prison.

 

 

 

 Qui sont-ils ces dévoreurs d’intimité ? Quelle indécence à exhiber ce pauvre hère, à afficher  son repère et à dévoiler ses anges gardiens. Voudraient-ils le livrer à la rancœur populaire, le faire lapider par une populace dont l’inquiétude n’est que le fruit de leurs gesticulations ?

 

 

 

 Voudraient-ils le stariser, en faire un Patrick Henri bis, ce gibier de potence miraculé par un Badinter qui avait su retourner un jury populaire et qui devenu le chou chou des média sombrera dans une petite délinquance pour assumer son statut de pseudo star.

 

 

 

 Dans les deux cas ils auront créé l’évènement qui fera vendre du papier, de l’audience à la télé. Il n’y a que l’anonymat qui ne rapporte rien.  Il n’intéresse pas même les chiens.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Libre Cours
commenter cet article
2 octobre 2005 7 02 /10 /octobre /2005 00:00

C’est sans doute le plus gros chantier à mettre à l’agenda du prochain quinquennat : réconcilier les français avec leur justice.

 

 Pas un jour ne se passe sans qu’une décision ne soit rendue suscitant ahurissement ou stupéfaction. On acquitte les incendiaires d’un commissariat, on envoie aux Assises des écervelées pour un feu de boite aux lettres, on libère des mutins corses, on renfloue l’escroc du siècle, et on donne une promotion au petit juge d’Outreau.  Le citoyen, lui, reste pantois devant le loto des tribunaux.

 

 

 Il y a deux règles simples pour pratiquer une saine justice : que les lois soient intelligibles puisque nul n’est censé les ignorer et que l’équité préside à leur application pour que le justiciable ne se croit pas victime d’une injustice. 

 

 

 Depuis quelques septennats nos présidents ont veillé scrupuleusement à ce qu’aucune de ces conditions ne soient respectées.

 

 

 Déjà l’Ex avait voulu se faire passer pour un petit saint pour une sombre affaire de diamants, Mitterrand a impunément pu flétrir l’institution quand à Chirac il ne doit d’être en liberté qu’a son statut qui le place au dessus des lois.

 

 

 En France il y a deux catégories de justiciable : ceux qui dictent leurs lois – politiciens, syndicalistes sans oublier les magistrats et qui sortent blanchis quelque soient leurs méfaits et la cohorte des sans grade qui n’en connaît à ses dépens que la stricte application.

 

 

 Bien entendu c’est seulement à un homme au dessus de tout soupçon que les français pourront confier la mission de restaurer la crédibilité de cette institution. Un homme politique de premier rang répondant au critère précédent,  la liste risque d’être bien courte avec ceux de cette génération.

 

 

 Par contre si vous croyez aux vertus de l’homéopathie et si vous pensez que le mal puisse être traité par le mal, votre liste s’allongera tel le nez de Pinocchio. Vous y découvrirez les Noir côtoyer les Emmanuelli, les Strauss Khan être embarqués avec les Longuet, en oubliant tous ceux qui ont laissé leurs sbires se salir les mains.

 

 

 Alors tout compte bien fait c’est au roi de la magouille, au virtuose du banjo, au prévaricateur enfin rétabli dans ses droits par le jugement le plus insultant de ce quinquennat que devrait revenir cette mission de salut public.

 

 

 Il n’y en a plus pour longtemps avant de voir fleurir dans nos défilés des oriflammes réclamant : Nanard pour Président.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Justice
commenter cet article
30 septembre 2005 5 30 /09 /septembre /2005 00:00

C’est une entreprise exsangue qui n’en finit plus de voir le bout du tunnel. Elle cumule pertes sur déficits, elle change d’état major à chaque saute d’humeur de l’assemblée générale, elle n’atteindrait 2007 que pour déposer son bilan !

 

 Malgré ce sombre pronostic cette entreprise au passif abyssal se paie le luxe d’un plan social à faire rêver un salarié de Total. Un conducteur de train sera gratifié de 60.000€ net d’impôt pour avoir le droit de rester au dépôt. Ca donne une idée de ce qu’un cadre palpera si il est volontaire pour quitter le « navire » au milieu du gué. Ce sont les futurs nouveaux bourgeois de Calais.

 

 

 D’ailleurs tout ceux qui se sont exprimés n’ont qu’un souci : être sur de figurer dans la liste des virés. Quant à ceux qui seraient re toqués on les sent déjà tout déprimés : ils n’auront pas la chance de pointer à L’ANPE de Calais.

 

 

 Bien étrange cette affaire : car si Eurotunnel doit se développer on peine à comprendre qu’il  remercie 500 salariés : à moins qu’il lui ait fallu tout ce temps pour réaliser qu’il y avait autant de superflu, ce qui dénote l’impéritie des dirigeants successifs.

 

 

 Et si les perspectives sont toujours aussi sombres, si au 10 milliards de dettes on doit ajouter la goutte d’eau de 52 millions d’Euros pour financer ces départs anticipés : on doit se demander : mais qui va payer ?

 

 

 Parce qu’une entreprise ne dépose pas son bilan parce qu’elle est en pertes ; sinon il y a longtemps qu’Air France, Renault ou France Telecom, sans même parler d’Eurotunnel, auraient disparu du paysage pour n’en citer que quelques unes, mais parce qu’il n’il n’y a plus d’argent dans la caisse.

 

 

 Alors sortir 52 millions pour acheter le départ de 500 salariés, soit en moyenne 100.000€ par départ et les faire bénéficier du « chomdu »  financé par la collectivité c’est un comble de mauvaise gestion : on comprend que l’action n’est pas bondie. Nous si, pas pour la même raison.

 

 

 Le comble du cynisme est atteint par le représentant des syndicats qui, prenant la défense des futurs recalés du plan social, exige, en ces temps de chômage, pour ces salariés-malgré-eux une prime …de consolation !

 

 

 Si Eurotunnel n’est pas prêt d’enrichir ses actionnaires il aura, je l’espère, divertit les lecteurs de Libre Cours qui sauront enfin pourquoi ils cotisent tant aux Assedic.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Economie
commenter cet article
29 septembre 2005 4 29 /09 /septembre /2005 00:00

Ca tombe à pic un terroriste qui reconnaît avoir préparé des attentats. Il devait commencer en faisant  sauter le  métro, avant de se rendre au  siège de la DST pour y déposer une bombe en gardant la dernière pour Orly, juste avant de s’envoler.

 

 

  Il faut être journaliste, n’avoir pas connu la garde à vue pour se laisser embobiner par de si beaux aveux. Ca nous rappelle des Irlandais qui allaient faire tout flamber. En 1983 à Paris les bombes sautaient déjà rue des rosiers et on a cru pouvoir jeter des Irlandais en pâture, d’ailleurs n’avaient-ils pas tout avoué ? La suite est connue.

 

 

  Un ministre qui huit jours à l’avance pré annonce sur toutes les chaînes l’arrestation de terroristes là où sont par hasard disposées des caméras de télé, c’est un ministre bien renseigné qui peut rejoindre Elizabeth Tessier au palmarès des français les mieux informés.

 

 

 Diffuser les propos extirpés lors d’une garde vue en leur prêtant un semblant de vérité c’est se rendre complice de manipulation. C’est indigne de journalistes sauf à s’entourer d’un luxe de précaution à détruire l’intérêt de cette information. C’est courrant chez les ministres et la liste serait longue des désinformations relayées par des hommes politiques et étayées sur de soi disant aveux obtenus au cours des garde à vue.

 

 

Tant mieux Sarkozy si cette manipulation enraye sa glissade dans les sondages mais à jouer sur la crédulité de ceux que de Gaulle appelait des veaux il s’expose à ne survivre que par une surenchère dans l’intox dont il prétendait il n’y a pas si longtemps qu’elle lui serait à jamais étrangère.

 

 

 C’est un pari risqué pour ce gouvernement déjà secoué par des frondes multiples que de chercher un moment de répit en manipulant l’opinion sur la réalité de la menace terroriste. On peut essayer de jouer les petits Bush mais les français pourraient être moins naïfs que leurs lointains cousins.

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
28 septembre 2005 3 28 /09 /septembre /2005 00:00

Le gouvernement semble frappé d’aphasie. Tétanisé. Le premier ministre étonnamment absent sur l’affaire de la SNCM : sans doute un énarque est-il mieux formé pour gloser sur les « malheurs » d’HP que pour gérer une société de ferries. Alors on laisse au GIGN le soin d’arraisonner le bateau pirate, puis on fait machine arrière toute sur les engagements de privatisation et on reste courageusement calfeutré dans son Hôtel Matignon.

 

 

 

 Il en a fini avec le pain blanc, l’ami Villepin. C’est la semaine où tout s’écroule : un sous ministre des anciens combattants se couvre de honte en licenciant la petite fille de Papon, un ministre de la justice est désavoué par le Conseil Constitutionnel pour avoir confondu bonne justice et bons sentiments, un ministre des transports – oui il y en a un - sombre avec la mutinerie d’un de ses bâtiments et le successeur à la santé de Douste bla bla doit annoncer le plus grand déficit de l’histoire de la sécurité sociale alors que l’équilibre nous était promis.

 

 

 

On pensait en avoir fini avec les politiciens quand de Corse est venue l’estocade. On ne les aimaient pas, même qu’on les détestaient avec leur cagoule, leurs bombes, leurs rackets et leurs fanfaronnades. Mais il y avait ce mélange de Robin des bois, de Sacco et Vanzetti, de Bonnie and Clyde qui nous empêchaient de totalement criminaliser leur comportement.

 

 

 

 Et les cagoules sont tombées : un soi-disant représentant des indépendantistes, un nommé Talamoni, tout comme le patron du syndicat des travailleurs corses – un certain Rossi, ont revendiqué urbi et orbi le piratage du Paoli. Non pas qu’ils se battent contre la privatisation mais - je cite -  « pour garantir la continuité territoriale et  la qualité du service public que l’État français met en péril. » Des indépendantistes garants du rapprochement avec la métropole, des nationalistes corses intéressés au service public : on leur avaient attribué des convictions on découvre qu’ils ne courent qu’après les subventions.

 

 

 

 Cette croisière imprévue du Paoli aura éclairé les velléités indépendantistes des plus obtus nationalistes. Ils n’en veulent qu’à nos sous et ne reculeront devant aucun reniement pour garder leurs prébendes, leurs sinécures et leurs petits trafics.

 

 

 

 On comprend dès lors que l’interruption de la ligne avec le continent leur porte préjudice et leurs raisons pour réclamer derechef le retour du service public.

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Politique
commenter cet article
27 septembre 2005 2 27 /09 /septembre /2005 00:00

J’espère que je serai pardonné pour la trivialité du propos…mais l’annonce de la rencontre de Hans Kung et de Joseph Ratzinger, les frères ennemis de la théologie qui divergèrent à l’issue du concile Vatican II, mérite qu’on lui consacre quelques lignes optimistes.

 

 

 

 Une hirondelle ne fait pas plus le printemps ici qu’à Castel Gandolfo mais Benoît XVI peu suspect de libéralisme dogmatique fait un geste vers le plus irréductible des contestataires aux dérives idolâtres de son prédécesseur.

 

 

 

 C’est un signe d’espoir que Benoît envoie à tous les déçus de la starification papale. Que le plus brillant des théologiens, conseiller de Jean XXIII, ami de Paul VI, puis considéré comme renégat et interdit d’enseignement par Jean Paul II pour avoir douté de l’infaillibilité pontificale, puisse rencontrer son successeur manifeste une volonté d’ouverture qui avait tant manqué à l’intransigeant Karol Wojtyla.

 

 

 

 J’entends bien n’avoir aucune qualité pour décerner des étoiles à l’un plutôt qu’à un autre mais ce dernier pape s’auto érigeant en demi dieu, se béatifiant en même temps qu’il encensait les plus dévots de ses partisans, faisant litière de la liberté de conscience sans la quelle une religion se transforme en secte a conduit sur la ligne de crête où l’on côtoie l’intégrisme le plus dictatorial.

 

 

 

 Alors, sans que personne n’aille à Canossa, on se réjouit de ce rapprochement qui, si il n’est encore qu’un symbole, laisse entrevoir que l’Eglise Catholique pourrait aborder ce siècle en regardant le monde tel qu’il est et non plus par le petit bout de la lorgnette d’un curé polonais.

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Religion
commenter cet article
26 septembre 2005 1 26 /09 /septembre /2005 00:00

Son nom ne mérite pas d’être cité tellement le personnage est insignifiant ; il est sous ministre de la république ; on espère en écrivant ces lignes qu’il a déjà rédigé sa lettre de démission.

 

 C’est une carpette de la plus vile espèce qui déshonore tout un gouvernement. Son fait d’arme est avéré, même si les gazettes ont été priées de taire l’outrage que le sous secrétaire aux anciens combattants vient de commettre sous la pression, dit-on, de son entourage.

 

 

 Un ancien combattant qui se camoufle derrière son cabinet ça n’a pas du être très vaillant quand les balles sifflaient.

 

 

 Elle a du démissionner ; Elle fut forcée de quitter son poste au ministère quand un délateur a informé le sous secrétaire qu’elle était la petite fille du sinistre Papon. Dans la république de Chirac toutes les turpitudes sont autorisées, mais être le descendant d’un triste sire vaut lettre de cachet.

 

 

 Si tous les descendants de français peu reluisants sont ainsi offerts à la vindicte populaire on va regretter l’ancien temps où sous le Vichy de Papon  on permettait aux juifs d’afficher à leur boutonnière leur fière appartenance. Ca n’avait qu’un mérite : c’était la transparence.

 

 

 Il y avait longtemps qu’une histoire aussi sordide ne nous avait été contée : mais cette vendetta orchestrée par un ministre du gaullien Villepin sonne le glas d’un régime délétère incapable de faire face aux rancoeurs abjectes de soi-disant résistants.

 

 

 Et si ce monsieur Hamlaoui Mekachera, puisque c’est son patronyme, n’a pas le courage de revendiquer son exploit, qu’il nous fasse connaître par quels autres faits d’armes il a gagné son fromage de ministre des anciens combattants.

 

 

 

Repost 0
Published by Candide - dans Portrait
commenter cet article